Le Blog

10 ALBUMS HIP-HOP QUI FÊTENT LEURS 10 ANS EN 2019

 

 

 

 

10 ALBUMS HIP-HOP QUI FÊTENT LEURS 10 ANS EN 2019

 

Retrouve l'article ICI 

 

Notre #10YearsChallenge chez BACKPACKERZ, c’est de lister 10 projets de 2009 qui auront marqué cette année et préparé les prochaines.

2009, c’est l’époque des derniers projets de Drake et J. Cole avant l’étape du fameux premier album, la suite on l’a connait tous avec 10 ans plus tard, deux artistes qui ont maintenant un statut d’intouchable et une discographie qui s’est épaissi en succès. Cette même année, on verra un certain Kid Cudi mis en orbite autour de la lune quand Jay-Z conclura la deuxième trilogie de sa carrière. Si un an plus tôt, 50 Cent pensait enterrer la carrière de Rick Rossen révélant son passé d’officier de prison, le boss de Miami ne vacillera même pas avec la sortie de son troisième album.

Fashawn sortira avec le beatmaker Exile un chef d’oeuvre en guise de premier album, un véritable coup de maître de la part du MC de Fresno. L’accueil fut aussi très bon pour les albums de DOOM et Brother Ali qui occupent toujours aujourd’hui une place de choix dans leur discographie respective. Mos Def lâchera quant à lui son dernier album solo en date, tandis que privé de Pimp C suite à son décès en 2007, le nouvel album du duo UGK aura bien évidemment une saveur particulière sur fond de nostalgie.

Bref, une année qui, sans être incroyable non plus, mérite tout de même que l’on s’y replonge. Découvrez ci-dessous notre sélection de 10 albums hip-hop qui fêtent leurs 10 ans en 2019. – Matic

Kid Cudi – Man On The Moon

 

Sortie : 15 septembre 2009

Après la mixtape à succès A Kid Named Cudi, le protégé de Kanye West nous emmène en voyage sur la Lune. Sur une vibe plutôt chill, oscillant entre rap et chant, Kid Cudi évoque des thèmes tels que la dépression et la solitude (entre autres) dans des morceaux tels que « Soundtrack 2 My Life » ou « Solo Dolo ». Man On The Moon: The End of Day (son titre complet) est un véritable voyage dans les pensées de Cudi, des musiques à travers lesquelles il s’ouvre aux auditeurs. L’album est construit comme une progression de l’individu, puisqu’il débute par des morceaux plutôt sombres, un cauchemar vécu par l’artiste (certains titres portent explicitement la mention « nightmare ») et termine sur les notes lumineuses de « Hyyer » et « Up Up & Away », qui constituent le réveil de Cudi. Avec Man On The Moon, Kid Cudi sort l’un des albums phares de la fin des années 2000, un premier album qui aura suffit à asseoir la popularité du gamin de Cleveland.

DOOM – Born Like This

 

 

Sortie : 24 mars 2009

Après quatre années de silences pour MF DOOM depuis The Mouse & The Mask paru en 2005, le plus célèbre des rappeurs masqués sort en 2009 Born Like This. La recette n’a pas vraiment changé : des rimes en pagailles, un rap technique et une touche d’humour, le tout sur des instrumentaux composés par J Dilla, Jake One, Madlib et bien sûr DOOM. Born Like This n’est certainement pas l’album le plus acclamé de Daniel Dumile ou le plus connu, mais il contient son lot de très bons morceaux avec « Gazillion Ear », « Batty Boyz », « Angelz » et « That’s That ». Au diable le mixage, avec ce projet il revient à la recette qui l’a fait connaître à ses débuts : un rap épuré, sans fioritures. Comme avec ses projets précédents il est à l’opposé de ce qui est courant dans le rap. Il s’amusera d’ailleurs de l’usage de l’auto-tune à l’aide de Posdnuos (De La Soul), le temps d’un interlude. Born Like This est également le dernier album solo en date de MF DOOM, qui n’a sorti qu’un seul autre projet depuis dix ans, mais nous ne sommes jamais à l’abri d’un retour du Supervillain.

Jay-Z – The Blueprint 3

 

Sortie : 8 septembre 2009

C’est en 2009 que Jay-Z choisit de sortir l’ultime volet de sa trilogie BlueprintThe Blueprint 3est peut-être l’album qui aura ouvert Jay-Z à un public encore plus grand que la fanbase qu’il avait déjà grâce aux hits incontournables « Empire State of Mind » avec Alicia Keys, et « Run This Town » aux côtés de Kanye West et Rihanna, sans oublier « D.O.A. (Death of Autotune) » pour faire plaisir aux aficionados de rap pur. The Blueprint 3 rassemble la crème de la production avec Timbaland, No I.D., Kanye West, Swizz Beats, The Neptunes, tout en mettant en avant les futurs talents de la prochaine décennie en la présence de J. Cole, Drake et Kid Cudi. Ce projet a peut-être divisé le public, mais il demeure l’un des albums les plus marquants des années 2000.

Fashawn – Boy Meets World

 

 

Sortie : 20 octobre 2009

En 2009, Fashawn n’est qu’un rookie et pourtant son premier album ne laisse pas entendre la même chose. Le rappeur de Fresno (Californie) montre qu’il est capable de poser de gros couplets, sur des productions toutes composées par Exile, passant d’une ambiance boom bap, à un style plus soulful voire jazzy sur certains titres. Le jeune Fashawn partage même le micro avec des pointures tels que Evidence, Blu et Planet Asia. Si le manque d’expérience peut parfois se ressentir, Boy Meets World demeure un premier opus réussi qui n’a laissé présager que du bon pour la carrière d’un rappeur très prometteur.

UGK – UGK 4 Life

 

 

Sortie : 31 mars 2009

En 2009, UGK, légendaire duo texan, sort son dernier album en date, deux ans après le décès de Pimp C. Son acolyte Bun B a fait de ce projet un véritable hommage à celui qui a été son frère d’armes pendant environ 15 ans de rap. On y retrouve le son si caractéristique du duo sudiste, avec ses basses ultra puissantes, bien appuyé par la présence de quelques pointures telles que 8Ball & MJG, Boosie Badazz, E-40, Snoop Dogg et Too $hort. UGK 4 Life aura permis d’inscrire définitivement le duo Underground Kingz parmi les légendes du rap tout en rendant un hommage poignant à Pimp C.

Royce Da 5’9″ – Street Hop

 

 

Sortie : 20 octobre 2009

Le MC de Detroit, protégé d’Eminem, a sorti son quatrième album solo en 2009. Avec son lot de productions surpuissantes, Street Hop est une vraie claque en pleine figure dès les premiers morceaux. Royce Da 5’9″ fait appelle à quelques pointures du rap que sont Busta Rhymes, Phonte ou Bun B et il réunit Slaughterhouse sur le titre « Warriors », quelques mois après la sortie du premier album du supergroupe. Mais pas trop de featurings, Royce est avant tout un très bon rappeur et il est bien décidé à le montrer sur cet album. Pas de répit, sur les 19 morceaux de l’album Royce découpe les beats, tous aussi percutants les uns que les autres. Street Hop ne contient peut-être pas de hits aussi marquants que « Boom » ou « Hip Hop », mais il fait définitivement parti des meilleurs projets de la discographie de Royce.

Rick Ross – Deeper Than Rap

 

Sortie : 21 avril 2009

En 2009 le maton du rap game Rick Ross est de retour pour son troisième opus, Deeper Than Rap. Il s’offre pour cela un casting cinq étoiles en featurings avec la présence de Lil Wayne, Kanye West, T-Pain, Nas, Foxy Brown, Gunplay… L’album n’offre pas d’énormes bangers comme Rozay sait le faire habituellement, mais plutôt des morceaux plus posés, avec un grand nombre de refrains chantés. Les productions vont même piocher des samples soulful à l’image de « Valley of Death » ou « Usual Suspects ». Deeper Than Rap est très représentatif de la capacité qu’a Rick Ross de se renouveler dans sa musique, et sa versatilité lui permettant de kicker avec charisme sur tout type de beats.

Mos Def – The Ecstatic

 

Sortie : 9 juin 2009

C’est 10 ans après la sortie de son premier album solo Black on Both Sides que sort ce quatrième opus de Mos Def, à ce jour le dernier en date. Après le précédent et mitigé True Magic (2006), celui qui se nommera quelques années plus tard Yasiin Bey avait à cœur de satisfaire ses fans avec un contenu à la hauteur de sa réputation. The Ecstatic s’articule autour de quatre beatmakers principaux qui produisent 13 des 16 titres de la tracklist. On retrouve donc aux commandes Madlib, Oh No, Preservation et le frenchie Mr. Flash pour une sélection de beats cosmopolites qui joueront un rôle majeur dans le succès de ce projet. Rajoutez à cela des apports sonores de J Dilla, Georgia Anne Muldrow et Chad Hugo (The Neptunes), et vous obtenez certainement le casting à la prod le plus solide de 2009. Un album qui s’ouvre avec « Supermagic » et son refrain Mary Poppinesque dans lequel viennent se mélanger discours de Malcom X et samples de Bollywood. Sur « Auditorium et History », ce sont respectivement Slick Rick et Talib Kweli qui accompagnent au mic Mos Def, quand ce dernier montre toute son habilité sur des titres comme « Quiet Dog », « Pretty Dancer » et « Casa Bey » qui ne pouvaient être dompté que par son flow. Avec ce projet, l’activiste de Brooklyn enchaîne les prestations de premiers plans, se plaçant comme un ambassadeur avisé et légitime de la culture Hip Hop.

J. Cole – The Warm Up

 

Sortie : 15 juin 2009

Il y a dix ans, le grand J. Cole n’était encore qu’un rookie qui commençait à se faire un nom. Sa deuxième mixtape The Warm Up aura bel et bien servi d’échauffement. Une bonne entrée en matière pour celui qui deviendra l’un des rappeurs les plus influents des années 2010. Le jeune Jermaine met un point d’honneur a montrer son talent et sa polyvalence sur ce projet, puisqu’il produit les trois quarts des morceaux. On retrouvera d’ailleurs le single « Lights Please », qui se fera ensuite une place sur le premier album de J. Cole. Comme toute mixtape, l’objectif de The Warm Up est bien sûr de montrer ses skills au micro, c’est pourquoi cet opus comporte son lot de freestyles sur les instrumentaux de « Dead Presidents », « Johnny Blaze », « 93 ‘Til Infinity ». Avec The Warm Up, sa deuxième mixtape, J. Cole aura réussi à se faire suffisamment remarqué pour lancer sa carrière. Une carrière plus que fleurissante quand on connaît la suite des événements.

Brother Ali – Us

 

 

Sortie : 22 septembre 2009

En 2009, l’albinos le plus célèbre du rap, Brother Ali, dévoilait son nouveau projet intitulé Us. Un album entièrement produit par Ant, beatmaker du duo Atmosphere et compagnon de label de Brother Ali chez Rhymesayers (c’est également lui qui produira plus tard l’album All The Beauty in This Whole Life, sorti en 2018). Sur des productions boom bap, jazzy ou soulful, Brother Ali délivre des textes profonds, teintés d’épisodes autobiographiques, dans la continuité de ses projets précédents. Il laisse exploser sa verve pour des morceaux poignants tel que l’opening track « The Preacher ». Bien que s’adressant à un public assez restreint, Us aura permis à Brother Ali de prouver qu’il était capable de rester cohérent sur la durée en proposant une fois de plus un projet de qualité.

Les autres projets marquants de 2009 : So Far Gone de Drake, Til the Casket Drops de Clipse, Relapse d’Eminem, Only Built 4 Cuban Linx… Pt. II de Raekwon, Attention Deficit de Wale, Blackout! 2 de Method Man & Redman…

 

 

ajouté par La Com'

commentaire

Tous les articles