S'abonner à flux flux actualité professionelles IRMA
Mis à jour : il y a 59 min 33 sec

Veille d'actualités - Semaine 21 & 22

ven, 06/02/2017 - 14:48

Manchester stands together, réactions à à la nomination de Françoise Nyssen, streaming et user centric, Femmes en musique, Universal en bourse, musique à l'image, collecte record pour la Sacem, lauréats IFCIC…

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

Les réactions de la filière musicale à la nomination de Françoise Nyssen

Nommée au ministère de la Culture, Françoise Nyssen, codirectrice des éditions Actes Sud, n'a pas tardé à recevoir les félicitations de la filière… qui l'encourage à développer une politique de soutien au secteur.


"Manchester stands together" : le monde de la musique rend au hommage aux victimes de Manchester

Dès le lendemain de l'attentat au concert d'Ariana Grande dans la salle de Manchester Arena, les artistes du monde entier ont tenu à rendre hommage aux victimes et à leurs proches.



L'UPFI appelle à un changement du mode de répartition des revenus sur le streaming

Porteurs d'un programme pour « renforcer la puissance et la diversité de la production indépendante », les dirigeants de l'UPFI - Union des producteurs phonographiques indépendants - estiment être « en passe de réussir [leur] transition numérique ».


Il est temps que le Festival de Cannes récompense les musiques de film

Pour ce soixante-dixième anniversaire, les festivaliers ont eu quelques occasions de se concentrer plus que de coutume sur leurs oreilles : Radio Festival, la webradio officielle, offrait des musiques de films des sélections passées, B.O. de films méconnus, rares et indépendants…


Le regroupement ‘Femmes en musique' signe une lettre enflammée et intelligente dénonçant le sexisme

Plusieurs artistes féminines ont décidé de dénoncer les inégalités hommes-femmes dans l'industrie musicale. Le regroupement F.E.M., pour Femmes en musique, a publié un message sur les réseaux sociaux.


Vers une part minoritaire d'Universal Music Group en Bourse ?

Le groupe Vivendi pourrait introduire en Bourse une part minoritaire de sa filiale de musique Universal Music Group, a indiqué son président du directoire Arnaud de Puyfontaine dans un entretien au Wall Street Journal.


Sécurisation des salles de spectacles : plus d'attention, pas de surenchère

Le ministère de l'Intérieur a réuni des représentants du secteur culturel au lendemain de l'attentat à la Manchester Arena. Depuis novembre 2015, un fond de soutien permet aux lieux et festivals de financer le surcoût de la sécurisation.


1,37 milliard d'euros collectés par la Sacem en 2016

Des montants de collecte et de répartition en hausse, des axes stratégiques de développement autour du numérique, de l'innovation et de l'international… la Sacem fait son bilan de l'année 2016.



Musique à l'image : « Ce n'est plus considéré comme une exploitation secondaire par les producteurs »

L'éditeur et superviseur musical Matthieu Chabaud est l'auteur du premier guide professionnel sur l'exploitation de la musique à l'image. Après le Festival de Cannes et à quelques jours du Midem, il présente sa vision d'un secteur à mi-chemin entre musique, cinéma, télévision, publicité et jeu vidéo.


Lire aussi :

Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Première édition du concours Gate Up

jeu, 06/01/2017 - 15:19

Les Inrockuptibles et Paris Aéroport lancent Gate Up, dispositif de soutien et de développement de jeunes musiciens/songwriters en duo ou en solo. Les lauréats joueront aux inRocKs Festival et au Paris Aéroport Festival. Date limite de candidatures : 16 juin.

Le concours s'adresse à tous les musiciens ou duo en développement, et dans tous les styles, à condition de ne pas être signé en contrat de production ou de licence avec un label ou une maison de disque.

Seront toutefois admis à participer les artistes entrants dans les cas suivants : artistes autoproduits, sous contrat d'édition musicale, autoproduits sous contrat de distribution, ou signés sur des structures locales ou associatives.

Les 15 talents sélectionnés se produiront dans les terminaux de Paris-Orly dans le cadre des « Paris Aéroport Sessions » 2017, de façon programmée ou inattendue. Deux lauréats seront finalement choisis par le jury et par le public pour jouer lors du Paris Aéroport Festival le 14 octobre, et le gagnant du prix du jury se produira aux inRocKs Festival, qui fêtera cette année ses 30 ans. D'autres dotations sont pourvus dans le cadre du dispositif par l'apport des partenaires de FGO Barbara, du FAIR et de l'IRMA.

PLUS D'INFO

L'UPFI appelle à un changement du mode de répartition des revenus sur le streaming

mer, 05/31/2017 - 10:13

Lundi 29, les producteurs indépendants de l'UPFI ont présenté leurs objectifs « au lendemain des présidentielles » lors d'un déjeuner de presse. L'occasion pour son président, Vincent Frérebeau, de se féliciter de l'arrivée d'une entrepreneuse culturelle — « l'une d'entre nous » — rue de Valois.

Porteurs d'un programme pour « Renforcer la puissance et la diversité de la production indépendante », les dirigeants de l'UPFI estiment être « en passe de réussir [leur] transition numérique ». Deux raisons viennent nourrir cet optimiste. La progression de l'abonnement au streaming, d'une part, et l'accompagnement des entreprises par le crédit d'impôt dédié, d'autre part. « Il nous a permis de “résister” » expliquent-ils, en précisant que ceci a sauvegardé leurs capacités « d'embauche et de production » et, en leur conférant ainsi un meilleur positionnement par rapport aux autres pays européens (hors zone UK), a favorisé l'export.

Cependant, trois inquiétudes viennent pondérer le tableau : la fragilité des mesures (le crédit d'impôt n'est pas une mesure pérenne, pour l'instant reconduite jusqu'à fin 2018), les besoins de revaloriser la Rémunération équitable et d'adapter le régime de la Copie privée aux nouveaux usages, et la nécessité « d'une clarification et d'une évolution du modèle de répartition des revenus du streaming ». Ainsi, les producteurs appellent à faire écho à la proposition de Deezer pour développer un modèle “user centric” (cf communiqué ci-dessous).

Comme l'explique Stephan Bourdoiseau, patron de Wagram, les revenus sont pour l'instant répartis en fonction du volume global du streaming, ce qui fait qu'un abonné qui écoute beaucoup de choses différentes ne génère que peu de revenus pour chacun des artistes qu'il écoute. « Comme nous sommes dans un marché fermé, cela produit un phénomène d'aspiration » précise-t-il en indiquant que, du coup, les revenus se concentrent sur un petit nombre artistes. Les producteurs y voient donc un enjeu de diversité car le phénomène assèche le financement des productions les moins écoutées. Pour Vincent Frérebeau, la mise en œuvre d'une rémunération affectant les revenus à ce qui est réellement écouté par l'abonné serait plus respectueux du consommateur et de ses motivations. Pour autant, l'enjeu n'est pas forcément celui d'une redistribution des parts majors/indés. Même si les études d'impact restent rares et parcellaires, elles ne semblent pas, selon eux, modifier le prorata. Il s'agit plutôt d'un rééquilibrage de répertoire, Emmanuel de Buretel, patron de Because, y relevant « une accentuation au profit d'une “pop urbaine” américaine », phénomène entraînant lui-même un formatage de productions adaptées à cette logique.

L'UPFI souhaite donc poser un débat qui se situe au niveau mondial. Mais si le syndicat prévoit d'interpeller ses représentations européenne (Impala) et mondiale (Win), l'objectif est d'abord de pousser le test avec Deezer. Pour son directeur général, Jérôme Roger, il s'agit d'un enjeu de mutation économique adaptant la filière à ses nouveaux fonctionnements. « Nous souhaitons ardemment que notre demande soit partagée, notamment dans le cadre des discussions pour un meilleure partage de la valeur » indique-t-il à quelques jours du Midem.

Par ailleurs, le syndicat développe un ensemble de propositions, dont notamment un plaidoyer pour le crédit d'impôt (CCIP). Ainsi, en cumulant les recettes induites par ce soutien (TVA, cotisations sociales, recettes à l'export), il calcule « un gain net pour l'Etat de 17.404k€ » sur un bilan d'application de 2006 à 2015. Présentant également une analyse des revenus des entreprises, il constate « le passage d'un modèle mono-revenu à un modèle multi-revenus » sur la période 2002/2016, les droits voisins atteignant désormais 21% d'un CA global où les ventes physiques ne représentent plus que 46%, tandis que les ventes numériques ont quasiment doublé en cinq ans pour atteindre un volume de 30%.

Communiqué de l'UPFI :

Musique à l'image : contrats, usages et gestion de droits

mar, 05/30/2017 - 12:00

L'éditeur et superviseur musical Matthieu Chabaud est l'auteur du premier guide professionnel sur l'exploitation de la musique à l'image. Après le Festival de Cannes et à quelques jours du Midem, il nous présente son ouvrage et sa vision d'un secteur à mi-chemin entre musique, cinéma, télévision, publicité et jeu vidéo.

Complétant sa collection d'ouvrages sur les métiers de la musique, l'IRMA publie le guide pratique La Musique à l'image dont l'auteur, Matthieu Chabaud, est un spécialiste qui intervient depuis plusieurs années en formation sur ces questions. Il dirige la société française du groupe indépendant d'édition musicale Schubert Music Publishing présent dans treize pays, et est également superviseur musical, producteur exécutif de musique à l'image et administrateur de la Chambre syndicale de l'édition musicale (CSDEM).

Matthieu Chabaud - (c) Julien Vachon

Comment est né ce projet de guide La Musique à l'image ? Sur quelle expérience s'appuie-t-il ?

Au départ, mon premier métier est celui d'éditeur de musique. En 2007, j'ai commencé à travailler pour de la musique à l'image en devenant co-producteur et coéditeur de la musique du film À l'intérieur [1] composée par François-Eudes Chanfrault qui nous a malheureusement quitté depuis. Allier musique et film de cinéma m'a beaucoup intéressé. Ça a été le déclencheur !

Depuis, j'ai développé mon réseau en film long métrage, en publicité, en jeu vidéo, et j'ai trouvé dans la musique à l'image une voie pour exploiter les œuvres des auteurs que je représente, voire pour développer la carrière de certains d'entre eux qui se sont spécialisés dans cette branche.

De fil en aiguille, je me suis mis à donner des formations professionnelles sur le sujet parce que j'aime partager mes connaissances. Ceux qui viennent se former ont parfois d'autres visions du métier et posent beaucoup de questions, ce qui me permet de confronter ma pratique à d'autres réalités et de faire avancer mon propre propos.

Naturellement, j'ai eu envie d'aller plus loin et d'écrire noir sur blanc ces connaissances accumulées, d'autant qu'aucun livre sur le sujet n'existait ! Il y a bien des ouvrages musicologiques ou historiques sur les musiques de film de cinéma, de publicité ou de jeu vidéo, mais aucun ne traite de l'aspect professionnel et technique.

De quelle manière est abordée la musique à l'image dans ce guide ? À qui est-il destiné ?

Il s'agit d'un ouvrage pour tous ceux qui travaillent dans les secteurs de la musique et de l'image, qu'ils soient éditeurs musicaux, producteurs de films, de publicités, de phonogrammes, compositeurs pour l'image, artistes-interprètes, superviseurs musicaux, etc. Il s'adresse aussi bien à ceux qui connaissent le sujet qu'à ceux qui ont envie de pénétrer ce marché, et il s'applique à tous les « genres images » : film long ou court métrage, documentaire, série, émission de télévision, jeu vidéo, etc. Les captations de concerts et les vidéomusiques sont aussi évoquées même s'ils feront l'objet d'une mise à jour à venir.

Concrètement, au-delà des aspects artistiques et historiques, ce livre aborde les points techniques que sont les contrats de synchronisation, de commande, de cession de droits, d'incorporation à une œuvre audiovisuelle, de production exécutive de musique originale… On y retrouve également la question des usages, du « qui fait quoi » dans la branche, de la gestion collective et de la façon dont les ayants droit récupèrent leurs rémunérations liées au droit d'auteur et aux droits voisins.

Quel regard portez-vous sur l'évolution récente et à venir de la musique à l'image ?

On voit bien que l'image a pris une importance extraordinaire dans le secteur de la musique. Même si on continue à en parler en ces termes, ce n'est plus considéré comme une exploitation secondaire par des producteurs phonographiques qui cherchent souvent à « décrocher une synchro ». Via les clips et YouTube, on voit aussi combien l'image est entièrement intégrée dans les plans de promotion globale autour des artistes. Si bien qu'aujourd'hui, un groupe qui n'aurait pas d'image est un groupe qui n'a pas d'existence. Ce n'est pas aussi simple et ce n'est pas forcément quelque chose que j'approuve, mais c'est clairement l'évolution.

Le revers de la médaille est qu'on baigne dans le fantasme. La musique à l'image est toujours perçue comme un eldorado et un secteur particulièrement lucratif. Mais c'est moins vrai aujourd'hui car le secteur est devenu très concurrentiel, avec de plus en plus d'entrants qui cherchent à exploiter le créneau. Résultat : l'exploitation de 30 secondes de musique en publicité pouvait rapporter trois fois plus il y a quelques années qu'actuellement.

Une autre évolution que j'observe, c'est que dès qu'il y a de l'image, on cherche à y ajouter de la musique. Même sur des séquences courtes de quelques secondes, on va ajouter des lignes musicales, une harmonie ou une mélodie, ce qui fait qu'il y a de plus en plus de musique partout, ce qui est très positif. C'est également vrai pour le jeu vidéo et les applications sur smartphone, où en plus du design sonore, on ajoute de la musique préexistante ou de commande de grande qualité.

Quels sont les enjeux à venir pour l'exploitation de musique à l'image ?

L'enjeu est essentiellement économique. On se retrouve face à des entreprises utilisatrices qui ne veulent plus payer la musique, ou tout du moins qui le laissent entendre. Je pense à certaines libraires musicales américaines ou scandinaves qui proposent de « nouveaux modèles » laissant croire que la musique est libre de droit sans tenir compte ni des créateurs ni de ceux qui les développent.

Aujourd'hui, le danger est là. Il faut arriver à préserver ces secteurs en rémunérant les ayants droit et ceux qui travaillent dans cet écosystème, la tendance actuelle proposant des tarifs relativement bas. Il faut aussi que les organismes de gestion collective passent des accords avec les nouveaux utilisateurs de musique. C'est dans ce domaine qu'il faut être fort pour préserver la création et sa qualité.

COMMANDER LE GUIDE
La Musique à l'image, Matthieu Chabaud
Éditeur : Irma éditions • Édition : juin 2017
Pagination : 272 pages • Langue : français
Prix : 30€

[1] Un film de Julien Maury et Alexandre Bustillo.

Garocamp : transformation numérique & expérience client

lun, 05/29/2017 - 18:06

Les 29 et 30 juin, se tiendra Garocamp Days #2 en amont du festival Garorock à Marmande. Ce rendez-vous B2B des événements connectés propose une plateforme d'échanges pour les organisateurs de spectacles et d'événements en recherche d'innovation.

Dédié à la transformation numérique des grands événements, Garocamp a pour objectif de connecter les porteurs et les développeurs de solutions concrètes à travers une série d'animations inédite axée cette année sur une thématique phare : l'expérience client.

Au programme : tables rondes, ateliers, master class et speed-dating, et spécialement cette année un workshop pendant lequel des structures de Nouvelle Aquitaine (SMAC le Florida, Le Futuroscope, Brive Festival, Free Music Festival, festival Garorock…) viendront « pitcher » leurs attentes et besoins en matière d'événement connecté devant un parterre d'entreprises sélectionnées.

La seconde édition de Garonne Startup, concours d'innovation numérique dans l'organisation d'événements, se déroulera également pendant l'événement. Garonne Startup est un accélérateur de projets qui délivre aux lauréats une aide financière, un accueil dans son écosystème et un accompagnement adapté.
En savoir plus sur Garonne Startup

PROGRAMME

JEUDI 29 JUIN

09h45 - 11h / #FOCUS > Festivals et parcours clients, comment les réinventer ?

11h - 12h15 / #STAND UP > Les technologies au service de l'expérience sensorielle

14h - 15h30 / Atelier #1 : Grands événements, produit touristique à part entière

14h - 15h30 / Atelier #2 : Vers l'organisation d'événements plus responsables

14h - 15h30 / Atelier #3 : Les stratégies digitales au service de l'expérience client

14h - 15h30 / Atelier #4 Festivals et acteurs de l'économie collaborative, quelles opportunités ?

16h - 17h20 / #TABLE RONDE > Les datas en billetterie : enjeux et perspectives, quel est le meilleur moyen d'en tirer partie ?

18h - 19h / #DEBAT MOUVANT > Le futur des festivals ? Quels lieux de spectacle pour demain ?

VENDREDI 30 JUIN

9h30 - 10h30 / #WORKSHOP

11h - 12h30 / #SPEED DATING

14h - 16h / MASTERCLASS "Garonne Startup"

14h - 16h / Festivalomix, un atelier creatif

PROGRAMME COMPLET

Agenda pro : semaine du 29 mai au 4 juin

lun, 05/29/2017 - 13:05

Chaque semaine, retrouvez les principaux rendez-vous professionnels de la musique : rencontres, ateliers, forums, AG, salons, congrès, etc.



29 MAI

RENCONTRE
Workshop avec Chab
Paris


30 MAI

RENCONTRE
Protection sociale des auteurs
Besançon (25)


30 MAI - 1er JUIN

RENCONTRES
"Contrat de filière en faveur des musiques actuelles et variétés " en Nouvelle-Aquitaine
Limoges (87, Cenon (33), Poitiers (86)


30 MAI - 2 JUIN

ATELIER
Musique et mouvements
Lyon


31 MAI

ATELIER
Ableton User Group #7
Paris


31 MAI - 4 JUIN

RENCONTRE
Primavera Pro
Barcelone


1er - 3 JUIN

COLLOQUE
Rock & Violences en Europe (1955-1990)
Rouen


3 JUIN

RENCONTRE
Workshop avec Feadz
Rennes


AGENDA DES AIDES FILIÈRE DE MAI AGENDA DES AIDES ARTISTE DE MAI RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET (tremplin, dispositif d'aide, etc.)
ET ACTUALISÉ EN CONTINU

1,37 milliard d'euros collectés par la Sacem en 2016

mer, 05/24/2017 - 18:15

Des montants de collecte et de répartition en hausse, des axes stratégiques de développement autour du numérique, de l'innovation et de l'international… la Sacem fait son bilan de l'année 2016.

CHIFFRES CLÉS
  • 1,37 milliard d'euros ont été collectés par la Sacem, un montant en hausse de 3,9 % sur l'année, qui inclut : – 884,3 millions d'euros collectés pour le compte des auteurs compositeurs et éditeurs de musique (+2,6%) – 486,7 millions d'euros collectés sous mandat pour le compte d'autres ayants droit (+ 6,5 %)

-* La Sacem a réparti 769.1M€ à 298 000 ayants droit au titre de 2,2 millions d'œuvres, auxquels s'ajoutent 438M€ distribués au titre des mandats, soit un total de 1.21M distribués en 2016, en hausse de 1.9%.

  • Les droits d'auteur issus du online (streaming, téléchargement…) affichent une forte hausse, avec + 42,6 % par rapport à l'an dernier grâce au traitement de 2 600 milliards de données d'usage
  • 360,5 millions d'euros collectés par le réseau régional de la Sacem pour ses répertoires au titre de la Sacem et de la Spre.
  • Des licences multi territoriales qui couvrent plus de 130 territoires dans le monde.
  • La Sacem compte désormais 161 170 membres, soit une nouvelle embellie de + 2,4 %.
  • 719 000 contrats signés avec près de 500 000 clients d'une grande diversité
  • 57,7 millions d'euros investis au titre des œuvres sociales et de l'action culturelle de la Sacem, dont 25,2 millions d'euros en soutien à près de 2000 projets de création, de diffusion et de formation.
  • 163 accords de représentation avec des sociétés étrangères avec 115 sociétés de 95 pays différents
LES PRINCIPALES ÉVOLUTIONS
  • La croissance des revenus issus du online (streaming, téléchargement…) : les collectes ont augmenté de + 42,6 % pour atteindre 56,3 millions d'euros, les propulsant au-dessus des revenus issus des supports physiques (CD, DVD…), à 49,6 millions d'euros, en baisse de - 5,1 %.
  • Une accélération des investissements dans l'innovation : la Sacem a noué un partenariat de 10 ans avec IBM pour déployer URights, une plateforme mondiale de gestion des droits d'auteur pour la musique en ligne, qui exploite l'intelligence artificielle de l'outil Watson Explorer d'IBM afin d'analyser les données, qu'elles soient structurées ou non. Par ailleurs, les équipes techniques de la Sacem, d'Ascap, de PRS for Music et d'IBM ont uni leurs forces en vue d'exploiter la technologie blockchain et mettre au point un prototype de gestion partagée des informations relatives aux droits d'auteur.
  • Une diversité internationale toujours plus importante de ses membres : Parmi les 4 206 nouveaux membres qui ont rejoint la Sacem en 2016, on compte 490 créateurs étrangers représentant 78 nationalités différentes (Italie, Luxembourg, Egypte, Brésil, Cameroun, RD Congo…).
  • Le partenaire privilégié de l'industrie musicale : en juin, la Socan, organisation de gestion collective canadienne des droits d'auteur, signait avec la Sacem le premier accord transatlantique pour la collecte des droits en ligne de ses 135 000 auteurs, compositeurs et éditeurs de musique. La Sacem a également renouvelé son partenariat avec Universal Music Publishing International (UMPI), et conclu un nouvel accord avec SoundCloud couvrant 33 territoires européens.
  • Un réseau performant : le réseau régional de la Sacem a collecté 291,8 millions d'euros en 2016, soit une augmentation de 2,7% par rapport à l'an dernier.
  • Un soutien à la création et aux créateurs : en 2016, la Sacem a investi plus de 57,7 millions d'euros dans des activités sociales et culturelles afin de garantir aux artistes un avenir durable. 25,2 millions d'euros ont été consacrés à l'action culturelle de la Sacem, notamment grâce aux sommes issues du 25% copie privée (23 millions), en soutien à 1 995 projets.
PLUS D'INFORMATION

Agenda pro : semaine du 22 au 27 mai

lun, 05/22/2017 - 11:12

Chaque semaine, retrouvez les principaux rendez-vous professionnels de la musique : rencontres, ateliers, forums, AG, salons, congrès, etc.



22 -24 MAI

RENCONTRE
Forum Entreprendre dans la culture
Paris


24 MAI

RENCONTRE
Journée de l'accompagnement MERCI
Paris


24 MAI

RENCONTRE
Colloque national sur la santé du musicien dans les musiques actuelles
Audincourt (25)


25-26 MAI

RENCONTRE
European Lab
Lyon


26 MAI

DATE LIMITE DE DÉPÔT
Start-up en Scène


26 MAI

RENCONTRE
Diversité, renouvellement, élargissement des publics : quels constats, quelles actions engager ?
Coutances (50)


26 - 27 MAI

RENCONTRE
"Forum des Cultures d'Afrique et Afro descendantes africaines"
Paris


27 MAI - 3 JUIN

RENCONTRE
Rendez-vous Hip-Hop
Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Paris


AGENDA DES AIDES FILIÈRE DE MAI AGENDA DES AIDES ARTISTE DE MAI RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET (tremplin, dispositif d'aide, etc.)
ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Veille d'actualités - Semaine 20

ven, 05/19/2017 - 13:27

Cette semaine : nominations au ministère de la Culture de Françoise Nyssen, Alain Loiseau et Marc Schwartz, aide aux labels, décret amateur, Spotify rachète Niland, la vraie histoire du MP3, acquisition de la CMRRA par SoundExchange…

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

Les dossiers qui attendent Françoise Nyssen au ministère de la culture

Françoise Nyssen, codirectrice des éditions Actes Sud, est la première éditrice à devenir locataire de la Rue de Valois. À peine nommée, elle plongera dans le bain sans attendre…


Spotify rachète Niland, startup française spécialisée dans le "machine learning"

Le service de musique a annoncé le rachat de Niland, une start-up française qui a développé des algorithmes pour son moteur de recherche et la recommandation.


Fonpeps : mise en place de l'aide aux labels indépendants

Le décret n°2017-1046 du 10 mai 2017 instituant un dispositif de soutien à l'emploi dans le secteur de l'édition phonographique a été publié au Journal officiel. Ce soutien s'inscrit dans le cadre des mesures instituées par le Fonds national pour l'emploi pérenne dans le spectacle (Fonpeps).


La vraie histoire du MP3

Suite à l'annonce de la mort définitive du MP3, le Fraunhofer Institute ayant décidé de mettre fin à son programme de licence, Philippe Astor republie une enquête restituant la véritable origine (essentiellement française) de cette technologie de compression audionumérique.


La participation des amateurs à un spectacle organisé dans un cadre lucratif

Le décret n° 2017-1049 du 10 mai 2017 relatif à la participation d'amateurs à des représentations d'une œuvre de l'esprit dans un cadre lucratif a été publié au Journal officiel. Il précise les conditions dans lesquelles les entrepreneurs de spectacle peuvent faire participer des amateurs à ces spectacles sans être tenues de les rémunérer.


Alain Loiseau, nouveau délégué musique du ministère de la Culture

Ancien Secrétaire général et directeur de l'Orchestre de Paris, Alain Loiseau prendra la place de Marc-Olivier Dupin, délégué Musique à la Direction générale de la création artistique du ministère de la Culture.


Marc Schwartz prend la rue de Valois

La ministre de la Culture aura a ses côtés Marc Schwartz qui devrait être désigné directeur de cabinet dans les prochains jours.


La SOCAN commente l'acquisition de la CMRRA par SoundExchange

La nouvelle de l'acquisition de l'Agence canadienne des droits de reproduction musicaux (CMRRA) par SoundExchange témoigne que le monde de la gestion des droits musicaux évolue à une vitesse impressionnante.

Lire aussi :

Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

La participation des amateurs à un spectacle organisé dans un cadre lucratif

ven, 05/19/2017 - 12:30

Le décret n° 2017-1049 du 10 mai 2017 relatif à la participation d'amateurs à des représentations d'une œuvre de l'esprit dans un cadre lucratif a été publié au Journal officiel. Il précise les conditions dans lesquelles les entrepreneurs de spectacle peuvent faire participer des amateurs à ces spectacles sans être tenues de les rémunérer.

Depuis juillet 2016 et la mise en application de l'article 32 de la loi CAP, la présomption de salariat posée par le Code du travail pour les artistes du spectacle ne s'applique plus aux artistes amateurs participant à des représentations organisées dans un cadre non lucratif, y compris quand l'organisateur a recours à la publicité, à du matériel professionnel ou à une billetterie payante.

Attendu depuis l'été dernier, le décret publié le 10 mai par le ministère de la Culture vient préciser cette fois la participation d'amateurs à des représentations organisées dans un cadre lucratif.

Les entrepreneurs de spectacles "dont les missions prévoient l'accompagnement de la pratique amateur et la valorisation des groupements d'artistes amateurs" peuvent faire participer ces amateurs sans être tenues de les rémunérer dans la limite de plafonds de représentations fixés à :
un total de 5 par an pour les spectacles auxquels participent un ou plusieurs amateurs à titre individuel ;
un total de 8 par an pour les spectacles auxquels participent des groupements d'artistes amateurs constitués ;
10 % du nombre total des représentations lucratives composant la programmation de l'entrepreneur de spectacles concerné.
Par ailleurs, un artiste amateur ne peut participer, à titre individuel, à plus de 10 représentations sur une période de douze mois consécutifs.

Le décret met également en place un régime de télédéclaration des spectacles recourant à des amateurs sur un registre tenu par le ministre chargé de la culture. Les entrepreneurs doivent signaler la représentation deux mois avant sa réalisation. En cas de défaut de déclaration, le ministre chargé de la culture peut mettre en demeure l'entrepreneur de spectacles et des amendes peuvent lui être infligées.

Cette réglementation entrera en vigueur le 1er octobre 2017.

LIRE LE DÉCRET

Fonpeps : mise en place de l'aide aux labels indépendants

mer, 05/17/2017 - 12:45

Le décret n°2017-1046 du 10 mai 2017 instituant un dispositif de soutien à l'emploi dans le secteur de l'édition phonographique a été publié au Journal officiel. Ce soutien s'inscrit dans le cadre des mesures instituées par le Fonds national pour l'emploi pérenne dans le spectacle (Fonpeps).

Présenté en septembre 2016 et doté d'un budget global de 90 millions d'euros, le Fonpeps est entré dans une phase de concrétisation en janvier 2017 avec le lancement des trois premières mesures (aide et prime à l'embauche CDI, prime aux contrats longue durée dans le spectacle) sur les neuf annoncées.

La quatrième mesure, qui vise à aider le secteur indépendant des producteurs de disques, vient d'entrer en vigueur suite à la publication du décret n° 2017-1046.

Ce dispositif vise à favoriser l'emploi direct d'artistes pour des séances d'enregistrement en vue de la production d'un enregistrement phonographique. Une partie du salaire chargé versé aux artistes est ensuite remboursée a posteriori. Les acteurs éligibles sont les labels indépendants (entreprises de moins de dix salariés équivalents temps plein annuels et dont le chiffre d'affaires annuel ou le bilan annuel n'excède pas 2 millions d'euros) et les enregistrements de jazz ou de musique contemporaine.

Le décret définit les modalités de mise en œuvre du dispositif, notamment son champ d'application, les conditions d'éligibilité, son montant et ses modalités de gestion.
La dotation du fonds dédié à cette mesure est faite à parité par l'Etat et par les professionnels de l'édition phonographique.

LE SITE DU FONPEPS

Le Groupe Audiens lance Mon expert protection sociale

mar, 05/16/2017 - 15:32

Le Groupe Audiens lance Mon Expert Protection Sociale, un nouveau portail pour les startups et les créateurs d'entreprises. Avec cette interface, le groupe de protection sociale complète son offre pour se rapprocher des acteurs du numérique culturel.

9 mois d'échanges et de travail ont permis d'accoucher de Mon Expert Protection Sociale, la nouvelle interface d'Audiens, l'organisme de protection sociale dédié aux secteurs de la culture, de la communication et des médias. A l'origine : le constat de la complexité du sujet pour certains entrepreneurs, auto-entrepreneurs et TPE.

Avec ce portail, Audiens, qui entretient déjà de bonnes relations avec les grands groupes et les PME, franchit un pas de plus en direction des acteurs du numérique culturel (jeu vidéo, agences de développement d'applications web et mobiles, éditeurs numériques…), souvent petites structures et auto-entreprises. « Leurs dirigeants sont souvent des couteaux-suisse pour leur entreprise, entre tâches de gestion et leur métier, s'interrogeant sur les questions de l'assurance dans leur quotidien », selon Stéphanie de Pierrepont, Chef de projet communication. « Les sites de Legifrance, la Chambre des métiers, la Chambre de commerce et de l'industrie sont très bien faits pour entrer dans les détails et pour les spécialistes mais peuvent freiner certains par leur technicité ». La proximité des entreprises incubées à la Nurserie d'Audiens n'est pas étrangère à la réflexion, celles-ci ont partagé leurs expériences en la matière. « Le fondateur de startup doit maitriser de nombreux sujets très vite au moment de la création de sa structure, il reçoit d'ailleurs de nombreux courriers : Urssaf, Audiens, banque, assurance… », constate Aude Merlet, Chef de projets marché du numérique.

Mon Expert Protection Sociale est une réponse à la recherche d'informations au quotidien. Comme en témoigne le découpage en 4 grandes rubriques :

  • « Mes Obligations » pour préparer la création d'entreprise,
  • « Mon Entreprise au quotidien »,
  • « Les Offres d'assurance »,
  • « Les + d'Audiens ».

À la manière de ce que serait « la protection sociale pour les nuls » ou une FAQ, les informations sont classées par questions avec des réponses simples selon les cas principaux : auto-entrepreneur, employeur ou salarié. Sont aussi associées des ressources comme de courtes vidéos et les renvois vers le site institutionnel d'Audiens.

Décryptage des obligations en santé, prévoyance et assurance de biens, droits et devoirs en tant qu'assuré ou employeur sont désormais à portée de clics. « On a fait beaucoup de veille et un gros effort de vulgarisation de termes qui peuvent paraître barbares ». Pour Stéphanie de Pierrepont, l'enjeu était de faciliter l'accès à la protection sociale et les pratiques des entrepreneurs, un sujet sérieux dont il faut assurer la crédibilité pour toutes les générations.

Mon Expert Protection Sociale complète ainsi l'offre du Réseau Culture & Innovation animé pour rapprocher les nouveaux entrants avec la protection sociale (Prix de l'initiative numérique, la Nurserie, les Rencontres), le MOOC Audiens et les Webconférences. Autant de nouvelles interfaces qui concourent à la transformation numérique du Groupe Audiens.

Crédit photo Erwan Floc'h

Un mécène pour le Fair

mar, 05/16/2017 - 11:05

Le Crédit Agricole d'Ile-de-France Mécénat apporte un soutien financier au Fair pour une durée de 3 ans. Grâce à cet apport, le dispositif d'aide au démarrage de carrière et de professionnalisation des artistes de musiques actuelles renforce son accompagnement auprès des 15 jeunes talents sélectionnés chaque année au terme d'un appel à projets.

« En soutenant le Fair, nous apportons notre soutien à une nouvelle génération de jeunes artistes de talent qui renouvellent le patrimoine de la musique. Cette action contribue au rayonnement culturel de notre région, auquel nous sommes particulièrement attentifs en tant que banque mutualiste » commente François Imbault, Président du Crédit Agricole d'Ile-de-France et du fonds de dotation Crédit Agricole d'Ile-de-France Mécénat.

« Nous avons réellement co-construit l'évolution du dispositif avec notre nouveau partenaire, avec un programme axé sur les formations » ajoute Julien Soulié, directeur du Fair.
Constatant la profonde mutation que connaît l'industrie musicale et le besoin des artistes à l'appréhender, le Fair a en effet souhaité renforcer l'accompagnement des lauréats en formation professionnalisante. L'apport de Crédit Agricole d'Ile-de-France Mécénat va ainsi permettre de développer un socle de formation à travers deux axes :

  • La formation théorique et artistique, grâce à des partenariats avec l'IRMA et le Studio des Variétés, mais aussi la tenue d'un séminaire artistique d'une semaine chaque année.
  • Des formations thématiques ciblées répondant aux besoins spécifiques de chaque artiste grâce à des ateliers portant sur des questions de gestion et de communication (comptabilité, développement à l'international, structuration, outils numériques, prévention des risques, etc.).
Le site du Fair

Agenda pro : semaine du 15 au 20 mai

lun, 05/15/2017 - 11:09

Chaque semaine, retrouvez les principaux rendez-vous professionnels de la musique : rencontres, ateliers, forums, AG, salons, congrès, etc.



15 MAI

RENCONTRE
Construire l'économie de la production et de la diffusion
Paris


16 MAI

CONFÉRENCE & ASSEMBLÉE GÉNÉRALE
Les Rendez-Vous du Pôle
Angers


16 MAI

RENCONTRE
Sacem : droits des auteurs & compositeurs
Paris


17 MAI

RENCONTRE
"Journée de l'emploi" l'Itemm
Le Mans (72)


17 - 18 MAI

RENCONTRE
Projets artistiques et culturels en milieu rural
Saint-Girons (09)


17 - 20 MAI

FORUM
Classical:NEXT
Rotterdam (Pays-Bas)


18 MAI

RENCONTRE
Encadre les pratiques vocales collectives en musiques actuelles : nouveau dispositif de certification des compétences et parcours de formation
Paris


18 - 19 MAI

RENCONTRE
Musique & salon de musique des artistes en exil
Paris/Vanves (92)


19 - 20 MAI

RENCONTRE
Congrès annuel de la C.N.R.A (Confédération Nationale des Radios Associatives)
Paris


20 MAI

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE
AG Ferarock
Rennes (35)


AGENDA DES AIDES FILIÈRE DE MAI AGENDA DES AIDES ARTISTE DE MAI RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET (tremplin, dispositif d'aide, etc.)
ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Veille d'actualités - Semaine 19

ven, 05/12/2017 - 12:27

Cette semaine : les réponses de Macron à la filière, le Médiateur de la musique rencontre la filière, bataille du streaming, réforme du droit d'auteur, concerts en livestream, arrêté SMAC…

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

Les réponses du nouveau président Emmanuel Macron à la filière musicale

Quelques jours avant son élection, Emmanuel Macron a répondu au questionnaire de Tous pour la musique. Ses réponses dressent les grands axes de ses engagements en la matière.


Le Médiateur de la musique, Denis Berthomier, a rencontré la profession

Récemment nommé, Médiateur de la musique a rencontré le 10 mai les représentants des organismes professionnels de la musique. Retour sur le fonctionnement de sa mission et ses principaux enjeux.


Retour sur la 25e édition de la Canadian Music Week et le Spotlight on France

Sur invitation de la Canadian Music Week, une délégation de professionnels et d'artistes français était présente lors de la vingt-cinquième édition du festival dans l'optique de relancer les musiques actuelles françaises au Canada anglophone.


Spotify et Deezer se plaignent d'Apple et de Google à Bruxelles

Spotify, Deezer et d'autres entreprises impliquées dans le streaming ont signé une lettre envoyée à la Commission européenne : selon ces sociétés, les grandes plateformes internet ont la possibilité d'abuser de leur position dominante, et il arrive qu'elles le fassent.


La réforme du droit d'auteur bute sur la responsabilité des plateformes en ligne

Une liste d'une centaine d'amendements déposés par les eurodéputés sur la révision de la directive sur le droit d'auteur de la Commission laisse entrevoir les querelles sur les plateformes en ligne et l'exploration des données.


Kobalt devient un acteur de poids sur le marché de la musique

Sur le marché largement digitalisé de la musique, Kobalt n'est pas la société la plus connue du grand public. Pourtant, la société de gestion des droits d'origine suédoise a levé 75 millions de dollars.


Twitter s'associe avec Live Nation pour livestreamer des concerts

C'est à la conférence NewFronts de New York que Twitter a annoncé son partenariat avec Live Nation pour le livestreaming de concerts. Cette stratégie vient alimenter la volonté de Twitter de proposer du contenu premium.


Missions et charges des SMACS

L'arrêté du 05/05/17 publié au Journal officiel du 11 mai fixe les missions et charges du label Scène de Musiques Actuelles. Les dispositions présentées entreront en vigueur au 1er juillet.





Lire aussi :

Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Le Médiateur rencontre la Profession

jeu, 05/11/2017 - 16:29

Mercredi, le Médiateur de la Musique, Denis Berthomier, a rencontré l'ensemble des organisations professionnelles au ministère de la Culture afin de leur présenter le fonctionnement de sa mission.

Institué par l'article 14 de la Loi CAP, le Médiateur de la Musique est chargé d'une mission de conciliation des litiges entre les différents acteurs et de la régulation des relations contractuelles entre ces derniers. Cette rencontre, issue de sa volonté de présenter le fonctionnement opérationnel du dispositif, lui a permis d'affirmer "être à la disposition des acteurs” et de recueillir, dans un premier tour de table, leurs attentes sur les axes structurants de sa mission.

De fait, il existe bien deux aspects dans son intervention, le premier — explicite — portant sur cette fonction de conciliation en cas de saisie, le second — lié au processus engagé avec les "accords Schwartz" — visant "l'édification d'un code des usages, travail important pour faciliter le fonctionnement de la filière". Sur cet aspect, certaines organisations ont pointé la rapidité d'évolution des fonctionnements du secteur pour souligner l'importance de "ne pas se figer trop rapidement dans des règles" et leur volonté de "mener concrètement les chantiers ouverts par les accords Schwartz", tandis que d'autres saluaient avec espoir la mise en œuvre de ce processus de rédaction déjà nourri depuis les 13 engagements du Rapport Hoog ou de rappeler leurs récentes propositions sur ces sujets. De quoi permettre au Médiateur d'indiquer avoir besoin d'obtenir une vision large et de se positionner dans une logique de consultation en précisant "j'espère être une machine à fabriquer du consensus, tant sur le fond que sur la méthode".

Lors de ces échanges, Denis Berthomier est également revenu sur la question de la confidentialité, invocable pour le secret des affaires, "ce point ayant, je le sais, fait l'objet de longues discussions lors de la définition de ma mission". Tout en soulignant l'importance de cette règle, il précisait néanmoins "le principe c'est la publication, l'exception c'est la non-publication".

Sur le fonctionnement opérationnel de la procédure

La santé du musicien dans les musiques actuelles

jeu, 05/11/2017 - 12:46

Le premier colloque national sur le santé des musiciens dans les musiques actuelles aura lieu le mercredi 24 mai 2017 au Moloco à Audincourt. Organisé par la Fedelima, le Moloco et la Médecine des Arts, ce rendez-vous donnera lieu à la restitution d'une étude sur le sujet.

Cette rencontre est l'occasion de dévoiler les résultats d'une enquête initiée par Eric Dufour, kinésithérapeute et intervenant auprès du FAIR, du Studio des Variétés et de l'opération Iceberg. Elle est la première du genre en ce qui concerne les musiques actuelles et s'adresse aussi bien aux musiciens qu'aux professionnels du secteur musical et ceux de la santé.

Cette étude a permis de constituer un premier état des lieux de la réalité du métier de musicien, qu'il s'agisse de sa condition physique ou mentale. L'objectif est de mieux appréhender les difficultés qu'il peut rencontrer pendant son parcours, mais aussi celles de la filière et des métiers qui l'entoure.

Cette journée, organisée en deux temps, sera rythmée par des rencontres le matin et suivie d'ateliers dans l'après-midi.

Plusieurs thèmes seront abordés pendant la matinée, notamment :

« Pourquoi s'intéresser à la santé du musicien dans les musiques actuelles ? » avec comme intervenant le Dr André François ARCIER, Président de la Médecine des Arts.

« Les enjeux de la condition physique et psychologique du musicien dans le domaine des musiques actuelles. » avec comme intervenant Florian CHRETIEN, musicien et kinésithérapeute à la clinique du musicien à Paris, et Christophe DE NECKERE, musicien, psychologue et psychothérapeute comportementaliste.

Les ateliers prévus l'après-midi constitueront en des mises en situation et des recommandations, comme par exemple :

Atelier 2 : « La prévention et l'évaluation des risques des musiciens ».

Atelier 6 : « Gérer ses émotions, développer sa performance et sa créativité : Pleine conscience et ACT ».

Date limite d'inscription : lundi 15 mai 2017 Programme complet ici

L'OFQJ financera 6 jeunes pros français pour les rencontres du festival Osheaga (Montreal)

mer, 05/10/2017 - 15:16

L'Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ) lance un appel à candidature pour recevoir six jeunes professionnels français de l'industrie musicale dans le cadre du festival Osheaga à Montréal l'été prochain.

Les rencontres professionnelles de Passe Industrie sont un rendez-vous estival des pros de la musique organisées par Osheaga Musique & Arts, classé par Pollstar au premier rang des festivals au Canada, à Montréal du 3 au 6 août. Dans ce cadre, l'OFQJ a lancé un dispositif d'aide pour accueillir six jeunes professionnel(le)s français en apportant un soutien de 300€ pour leur transport. L'occasion de de partir à la rencontre de plus de cinq cents de leurs homologues québécois et internationaux (agents et managers d'artistes, festivals, labels, intermédiaires, promoteurs…). Profil des candidats : Jeunes professionnels, de 18 à 35 ans, passionnés des musiques actuelles (tourneurs, programmateurs, agents d'artistes, journalistes…) avec un minimum de 2 ans d'expérience requise dans leur domaine de compétence.

Plus d'infos sur l'appel et formulaire de candidature sur le site de OFQJ

Date limite de candidature : Jeudi 15 juin 2017

Festival Osheaga Musique & Arts
Dates : Du 3 au 6 août 2017
Lieu : Montréal

Veille d'actualités - Semaine 18

ven, 05/05/2017 - 17:28

Cette semaine : musique et numérique, rap et éducation, contrôle des SPRD, Think Culture 2017, acteurs culturels et extrême droite, streaming musical…

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

Rapport annuel 2017 de la Commission permanente de contrôle des SPRD

La Commission permanente de contrôle des SPRD a rendu public son rapport annuel 2017 portant sur la SACEM, la SACD, la SCAM, l'ADAGP, l'ADAMI, le SPEDIDAM, la SCPP ainsi que la SPPF.


En France, le rap séduit de plus en plus les universités

Médine à l'ENS, La Rumeur à Sciences Po ou PNL traité à Saint-Denis : on a récemment vu les sphères du rap et de l'université fusionner lors de grands rendez-vous au cours desquels le genre a été étudié par les chercheurs ou abordé par les rappeurs eux-mêmes.


Musique & numérique : débat sur les enjeux politiques, économiques et sociétaux

Le 29 avril, France Musique et Musicora conviaient de nombreux acteurs de la vie musicale et culturelle à débattre en direct sur les enjeux politiques, économiques et sociétaux de la musique en ligne.


Quand la musique se raconte

Depuis près de deux ans, le site de Tous pour la musique (TPLM) propose chaque mois une interview d'un artiste ou d'un auteur ayant réalisé un livre ou un documentaire sur la musique.


Lecture du Manifeste des 70 organisations de la culture pour dire non au FN

Le 2 mai 2017, soixante-dix organisations de la culture se sont mobilisées pour organiser un rassemblement à la Cité de la Musique qui a réuni un millier de personnes pour dire non au Front National.




Lire aussi :

Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

60 tables rondes au 3e forum Entreprendre dans la culture du 22 au 24 mai

jeu, 05/04/2017 - 20:23

Durant 3 jours, la troisième édition du forum « Entreprendre dans la culture », organisé par le ministère de la culture (DGMIC), va offrir un point d'orgue national pour une tendance majeure du monde artistique et de son économie.

On compterait 200.000 entrepreneurs culturels sur tout le territoire. Le chiffre reste à affiner, mais il traduit une orientation dont la réalité renvoie autant à l'innovation qu'à la précarité (l'essentiel de ces entreprises sont des TPE, voire des TTPE). L'évolution n'est pas nouvelle — nous consacrions déjà un focus à « l'entrepreneur musical » en 2009 — mais s'accélère et les pouvoirs publics s'y intéressent depuis plusieurs années. Ceci a notamment donné lieu au Rapport Hearn, commandité conjointement par le ministère de la Culture et celui de l'Economie en 2013. Mais ceci a aussi conduit la DGMIC (1) à poser le constat que « au-delà des difficultés liées au financement, les entrepreneurs culturels ressentent souvent de l'isolement et aspirent à davantage d'échanges avec leurs pairs », et de lancer, en 2015, le Forum « Entreprendre dans la culture », événement national de rencontres et de débats qui va connaître sa troisième édition, à Paris à l'ENSBA (2), du lundi 22 au mercredi 24 mai.

Au programme, pas moins d'une soixantaine de tables rondes et ateliers transversaux ou sectoriels en accès gratuit (sur inscription) pour un découpage journalier :
lundi : les fondamentaux de la création d'entreprise,
mardi : Liens entre culture, numérique et innovation,
mercredi : entreprendre autrement (dont ESS) et développement international, complété par 11 parcours disciplinaires (musique (3), audiovisuel, spectacle vivant, architecture, mode…), preuve de la contamination de cette problématique dans toutes les branches culturelles, ceci étant également confirmé par l'implication des différentes directions du ministère. Nouveauté (prenant le relai du « startup week-end » de l'édition précédente), un « incubateur éphémère » permettra à des porteurs de projets d'être accompagnés par des mentors et des experts, notamment ceux intervenants dans les conférences. De fait, si l'objectif de ces journées est la promotion et la valorisation de l'entrepreneuriat culturel, la dimension de conseil y est très présente. L'événement — qui a réuni 2.000 participants l'an dernier — cible aussi bien les étudiants, les jeunes créateurs que l'ensemble des acteurs qui interviennent en soutien et/ou proposent des services. La journée de mercredi sera d'ailleurs l'occasion d'une rencontre nationale du réseau MERCI, créé en 2014 par des structures d'accompagnement présentes sur l'ensemble du territoire. C'est également au cours de cette journée que sera remis le 2e Prix « IFCIC Entreprendre dans la Culture » doté de 20.000€ au total. A noter également, la tenue, toute la journée du mardi, d'une rencontre scientifique, réservée aux chercheurs, en partenariat avec La Revue de l'Entrepreneuriat et les universités d'Angers, de Nantes et Birmingham.

(1) DGMIC : Direction général des médias et des industries culturelles

(2) ENSBA : Ecole nationale et supérieure des beaux arts (Paris VIe)

(3) La journée « Musique » se tiendra le lundi

Ressources :

Le site du Forum – Programme et inscription

Entreprendre dans la culture – plateforme collaborative dédiée à l'entrepreneuriat dans le secteur culturel : 152 structure d'accompagnement référencées

Cultureveille/ entrepreneuriat culturel – média en ligne sur les pratiques professionnelles et les politiques culturelles

Rapport de Steven Hearn sur le développement de l'entrepreneuriat dans le secteur culturel en France (2014)

Interview de Martin Ajdari (DGMIC) à l'occasion du 2e Forum « Entreprendre dans la culture » (édition 2016)

Enquête sur les startups de la musique (annuaire dispositifs à paraître)

Focus Entrepreneuriat culturel, mutations économiques et nouveaux acteurs – IrmActu

Fiche-focus L'entrepreneur culturel : une entrepreneur comme les autres – Arcade

Pages