S'abonner à flux flux actualité professionelles IRMA
Mis à jour : il y a 58 min 41 sec

Veille d'actualités - Semaine 45

ven, 11/10/2017 - 11:53

Cette semaine : alliance européenne des plateformes de streaming, malus pour le ContentID de Youtube, enceintes connectées, Fête de la musique à l'école, panorama des musiques du monde, etc.

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

Streaming : création d'un lobby paneuropéen des plateformes

Face à la concurrence des GAFA et avec l'objectif de peser sur les politiques européennes en matière de réforme du droit d'auteur, les plateformes de streaming Spotify, Deezer, SoundCloud, Qobuz et les services B2B 7digital et Soundcharts s'allient et créent Digital Music Europe.


Plus de 65% des vidéos sur YouTube contiennent de la musique mais ne génèrent aucun droit

Une étude vient contredire les affirmations de YouTube concernant le contenu musical et pourrait provoquer des changements majeurs dans la relation entre l'industrie musicale et la plateforme vidéo car 65% de ces vidéos YouTube ne sont même pas revendiquées par ContentID.


Impact et enjeux des enceintes connectées dans la filière musicale

Les enceintes connectées, apparues depuis peu sur le marché, posent aujourd'hui de véritables questions à l'industrie musicale en matière de découvrabilité, du revenus des artistes, d'ayant-droits et de données. Retour avec Nüagency sur la table ronde du 20 octobre à MaMA.


Panorama socio-économique des musiques du monde

Zone Franche a mené une enquête nationale auprès de ses 150 membres qui permet de dresser un état des lieux chiffré de la filière professionnelle des musiques du monde en France.



Création d'une Fête de la musique à l'école

Parmi ses priorités pour 2018, la ministre de la Culture Françoise Nyssen a annoncé la création d'une 'Fête de la musique à l'école' dont la première édition aura lieu le 21 juin 2018.



Françoise Nyssen fâche la musique

Lors du débat sur la loi de finances, la ministre Françoise Nyssen a remballé la proposition visant à revaloriser le budget du Bureau Export, prétextant un budget du ministère sans plus de réserves. Une déclaration qui n'a pas plu à la filière.


En bref : Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Panorama socio-économique des musiques du monde

ven, 11/10/2017 - 10:50

En partenariat avec OPALE, Zone Franche a mené une enquête nationale auprès de ses 150 membres qui permet pour la première fois de dresser un état des lieux chiffré de la filière professionnelle des musiques du monde en France.

Utilisant la méthode de l'Observation Participative et Partagée (OPP), cette enquête mesure le poids économique et social, les activités et le rapport à la mobilité internationale (import et export) d'une filière française qui anime aujourd'hui « le premier marché mondial en production et en diffusion des musiques du monde ».

Principales caractéristiques des structures enquêtes :

  • 30% sont situées en Ile-de-France, 14% en PACA, et 10% en Occitane et en Bretagne.
  • 69% sont des associations.
  • 35% ont moins de 10 ans d'existence, 36% ont entre 10 et 20 ans, et 29% ont plus de 20 ans d'activité.
  • 86% détiennent une licence d'entrepreneurs de spectacles.

Types d'activités :

  • 62% sont des producteurs de spectacles,
  • 35% font du management/accompagnement,
  • 27% sont producteurs de disques,
  • 35% organisent des festivals,
  • et 20% sont des lieux de diffusion.

La pluriactivité est la norme pour deux tiers des structures, 37% d'entre elles déclarant être concernées par une triple activité.

L'emploi représente 269 salariés en CDI, 500 salariés en CDD, 3530 artistes et 1625 techniciens salariées en CDDU.

Données budgétaires :

  • Le budget moyen d'une structure est de 913 650€, pour une médiane à 281 063€.
  • En moyenne, les charges d'exploitation (hors charges de personnel) représente 62% des charges totales.
  • Les ressources propres représentent 67% des recettes en moyenne.
LIRE L'ENQUÊTE

Streaming : création d'un lobby paneuropéen des plateformes

jeu, 11/09/2017 - 18:04

Face à la concurrence des GAFA et avec l'objectif de peser sur les politiques européennes en matière de réforme du droit d'auteur, les plateformes de streaming Spotify, Deezer, SoundCloud, Qobuz et les services B2B 7digital et Soundcharts s'allient et créent Digital Music Europe.

Alors que le streaming booste l'économie de la musique et que le cabinet Goldman Sachs estime qu'il générera des revenus mondiaux de 28 Md $ à l'horizon 2030, le lancement de Digital Music Europe (DME) répond à plusieurs enjeux liés au développement de ce marché.

Ses membres souhaitent d'abord valoriser leur rôle dans la mutation des modèles de la musique et "le leadership européen dans ce secteur" assure Hans-Holger Albrecht, président de DME et PDG de Deezer, leadership qui permettrait "d'inspirer d'autres entrepreneurs européens et créer une voix unique auprès des décideurs" ajoute-t-il.

Autrement dit, face à l'arrivée d'Apple, Google et Amazon sur le streaming, Spotify, Deezer & co ont décidé de s'allier pour se défendre et peser sur les décisions européennes qui leur permettrait de continuer à ce développer sur ce marché. "Nous pensons que les décideurs ont un rôle clé à jouer pour soutenir la croissance du secteur musical et permettre plus d'innovation en Europe" insistait lors du lancement Olivia Regnier, directrice de DME et EU Regulatory Affairs de Spotify (ex-IFPI).

De quels rôles parle-t-on ? La Commission européenne planche actuellement sur un certain nombre de propositions relatives à la modernisation de la législation sur le droit d'auteur, notamment dans le cadre d'un "marché numérique unique" où les Européens pourront accéder aux mêmes services de streaming qu'ils soient chez eux dans un autre pays d'Europe, l'idée pour le DME étant de dépasser les géoblocages qui existent actuellement.
Par ailleurs, le DME milite pour un fonctionnement facilité et plus fluide des droits d'auteur au sein de l'UE avec un système de guichet d'acquittement des droits dans le pays d'origine et qui vaudrait sur l'ensemble du marché européen.

LIRE LE COMMUNINIQUÉ

Concours, tremplins, appels à candidatures…

mar, 11/07/2017 - 14:53

Musiciens et artistes, préparez les prochains concours, tremplins et appels à projets pour développer votre carrière.

Le Grand Zebrock
Date limite de dépôt : 10 novembre 2017
Ouvert aux artistes ou groupes amateurs et émergents d'Île-de-France.





Tarn et Garock
Date limite de dépôt : 10 novembre 2017
Ouvert aux musiciens non professionnels et aux groupes débutants et/ou émergents. Un des membres doit résider en Tarn et Garonne.



Seul en scène- Le Pax
Date limite de dépôt : 13 novembre 2017
Ouvert aux jeunes artistes solo débutants et/ou émergents.





Les Inouïs du Printemps de Bourges
Date limite de dépôt : 13 novembre 2017
Ouvert aux groupes ou artistes, musiciens, compositeurs ou non dans le champ des musiques actuelles. Sont exclus : les groupes ou artistes professionnalisés engagés par un contrat discographique auprès des majors, de leurs labels, ou de producteurs indépendants. Les groupes ou artistes professionnalisés engagés par un producteur de spectacle d'envergure nationale depuis plus de 1 an. Les groupes ou artistes professionnalisés ayant plus de 6 ans d'existences sous cette forme.



Starter - Combo 95
Date limite de dépôt : 15 novembre 2017
Ouvert aux groupes et artistes émergents du Val d'Oise.





Bureau Export Days
Date limite de dépôt : 17 novembre 2017
Ouvert aux groupes et artistes rock, pop, électro et musiques urbaines solides, prêts à s'exporter mais ne s'étant pas encore produits sur des événements internationaux majeurs (Eurosonic, The Great Escape, Reeperbahn, etc.) ou n'ayant pas encore d'agent en Europe.





Prix Ricard SA Live Music
Date limite de dépôt : 22 novembre 2017
Ouvert à tous les artistes ou groupes français en développement, à condition qu'ils soient autoproduits. Sont également acceptés les artistes signés sur une structure locale ou associative, et/ou en contrat d'édition.



Prix Georges Moustaki
Date limite de dépôt : 30 novembre 2017
Ouvert aux artistes et/ou groupes indépendants et autoproduits issus de toute la francophonie ayant sorti au moins une oeuvre enregistrée en 2017.



Le Chantier des Francos
Date limite de dépôt : 30 novembre 2017
Ouvert aux artistes en développement de carrière bénéficiant, entre autres, d'un entourage professionnel.



Décroche le son !
Date limite de dépôt : 30 novembre 2017
Ouvert aux groupes de la région Occitanie non-professionnels dont les membres ont entre 16 et 35 ans.



Jazz migration
Date d'ouverture de dépôt : 4 décembre 2017
Ouvert aux groupes (du duo au quintet) résidant en France métropolitaine de jazz et de musiques improvisées dont la moyenne d'âge est inférieure à 35 ans et parrainé par un diffuseur basé en France.





Lab festival
Date limite de dépôt : 4 décembre 2017
Ouvert aux DJs émergents en musique électroniques.





Tremplin de musiques actuelles - La Marmite
Date limite de dépôt : 15 décembre 2017
Ouvert aux artistes débutants et/ou émergents de l'Essonne, du Val-de-Marne et de la Seine-et-Marne.





Tremplin Action jazz
Date limite de dépôt : 15 décembre 2017
Ouvert aux groupes de jazz et de musique improvisée de la région Nouvelle-Aquitaine, du solo au septet maximum n'ayant jamais été distribués par un label commercial.





Level Up
Date limite de dépôt : 31 décembre 2017
Ouvert aux artistes débutants et/ou émergents de Seine-et-Marne.





Rock en Stock
Date limite de dépôt : 31 décembre 2017
Ouvert aux artistes et/ou groupes débutants et/ou émergents.





Concours Crest Jazz Vocal
Date limite de dépôt : 4 janvier 2018
Ouvert aux chanteuses et chanteurs s'exprimant dans le champ du jazz vocal et de ses nouvelles expressions, telles que les musiques improvisées.





Tremplin Décibulles
Date limite de dépôt : 11 janvier 2018
Ouvert aux artistes émergents d'au moins trois ans d'existence du territoire alsacien.





Musiques de R.U
Date limite de dépôt : 15 janvier 2018
Ouvert aux groupes de tous styles musicaux composés d'une moitié d'étudiants au minimum.





RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Musique à l'image (et en replay !)

mar, 11/07/2017 - 12:42

Le 20 octobre dernier à MaMA se tenait une table ronde sur les exploitations de la musique lorsqu'elle est associée à un film, un documentaire, une pub, un jeu vidéo, etc. Retour sur ce débat en replay audio et à travers quelques citations des intervenants présents.

Cette table ronde a été l'occasion de décrypter les rapports complexes qui existent entre les différents intervenants que sont le compositeur, le producteur, le réalisateur, l'éditeur, le superviseur musical, etc.

En présence de l'éditeur musical Matthieu Chabaud (Schubert Music Publishing), du superviseur musical Pascal Mayer (NOODLES), de l'avocat Pierre-Marie Bouvery, du juriste musique d'Ubisoft, Florent Boisneault, et du directeur de la SCAM, Hervé Rony, il a été entre autres questions de l'évolution de ce marché et de la gestion des droits et des rémunérations générés par ces utilisations.

Table ronde organisée par l'IRMA suite à la publication du guide-métier "La Musique à l'image" de Matthieu Chabaud.

Conférence à venir le 23 novembre sur "La Musique à l'image" avec son auteur Matthieu Chabaud (à 18h dans les locaux de l'EMI-CFD, 10, rue des Prairies 75020 Paris). Inscription ici.

EXTRAITS Matthieu Chabaud : « Depuis le 4 octobre et la signature du Code des usages de l'édition musicale, la seule exploitation d'une musique composée pour l'image n'est pas suffisante pour prouver le travail de l'éditeur et remplir son obligation d'exploitation permanente et suivie des oeuvres. »Pascal Mayer : « Au cinéma, les problématiques liées à la musique sont mieux prises en compte qu'auparavant même si cela représente encore le parent pauvre de la production. » « Dans les maisons de disques, il n'y avait pas de service et de savoir faire en synchronisation. Depuis, elles ont rattrapé leur retard, mais comme elles sont de moins en moins nombreuses avec des catalogues de plus en plus importants, ce n'est pas évident pour le responsable de la synchronisation de connaître par coeur 15 000 oeuvres rachetées d'un coup. »Hervé Rony : « Le problème majeur est que les mondes de la télévision et de la musique ne se connaissent pas bien. Du côté de l'audiovisuel, il existe une forte méconnaissance de la recherche des droits musicaux. »Florent Boisneault : « Avant, la musique était le parent pauvre des jeux vidéo. Aujourd'hui, elle est prise en compte et intégrée très tôt dans la production et le jeu vidéo est devenu un important consommateur de musique. » ÉCOUTER LE REPLAY DE LA TABLE RONDE

Musique à l'image

mar, 11/07/2017 - 12:42

Le 20 octobre dernier à MaMA se tenait une table ronde sur les exploitations de la musique lorsqu'elle est associée à un film, un documentaire, une pub, un jeu vidéo, etc. Retour sur ce débat en replay audio et à travers quelques citations des intervenants présents.

Cette table ronde a été l'occasion de décrypter les rapports complexes qui existent entre les différents intervenants que sont le compositeur, le producteur, le réalisateur, l'éditeur, le superviseur musical, etc.

En présence de l'éditeur musical Matthieu Chabaud (Schubert Music Publishing), du superviseur musical Pascal Mayer (NOODLES), de l'avocat Pierre-Marie Bouvery, du juriste musique d'Ubisoft, Florent Boisneault, et du directeur de la SCAM, Hervé Rony, il a été entre autres questions de l'évolution de ce marché et de la gestion des droits et des rémunérations générés par ces utilisations.

Table ronde organisée par l'IRMA suite à la publication du guide-métier "La Musique à l'image" de Matthieu Chabaud.

EXTRAITS Matthieu Chabaud : « Depuis le 4 octobre et la signature du Code des usages de l'édition musicale, la seule exploitation d'une musique composée pour l'image n'est pas suffisante pour prouver le travail de l'éditeur et remplir son obligation d'exploitation permanente et suivie des oeuvres. »Pascal Mayer : « Au cinéma, les problématiques liées à la musique sont mieux prises en compte qu'auparavant même si cela représente encore le parent pauvre de la production. » « Dans les maisons de disques, il n'y avait pas de service et de savoir faire en synchronisation. Depuis, elles ont rattrapé leur retard, mais comme elles sont de moins en moins nombreuses avec des catalogues de plus en plus importants, ce n'est pas évident pour le responsable de la synchronisation de connaître par coeur 15 000 oeuvres rachetées d'un coup. »Hervé Rony : « Le problème majeur est que les mondes de la télévision et de la musique ne se connaissent pas bien. Du côté de l'audiovisuel, il existe une forte méconnaissance de la recherche des droits musicaux. »Florent Boisneault : « Avant, la musique était le parent pauvre des jeux vidéo. Aujourd'hui, elle est prise en compte et intégrée très tôt dans la production et le jeu vidéo est devenu un important consommateur de musique. » ÉCOUTER LE REPLAY DE LA TABLE RONDE

Pratique amateur et spectacle vivant

mar, 11/07/2017 - 11:02

Depuis le 1er octobre est entré en vigueur le décret du 10 mai 2017 relatif à la participation d'amateurs à des représentations d'une œuvre de l'esprit dans un cadre lucratif. L'IRMA propose une fiche pratique entièrement réactualisée sur cette nouvelle réglementation.

Depuis juillet 2016 et la mise en application de l'article 32 de la loi CAP, la présomption de salariat posée par le Code du travail pour les artistes du spectacle ne s'applique plus aux artistes amateurs participant à des représentations organisées dans un cadre non lucratif, y compris quand l'organisateur a recours à la publicité, à du matériel professionnel ou à une billetterie payante.

Le décret n° 2017-1049 du 10 mai 2017 est venu préciser cette fois la participation d'amateurs à des représentations organisées dans un cadre lucratif.
Son application est entrée en vigueur le 1er octobre.

Pour comprendre et respecter cette législation, l'IRMA publie une fiche pratique revenant sur :

  • ce qu'est un artiste amateur,
  • ce qui correspond à un spectacle en amateur,
  • la participation d'un artiste amateur dans le cadre lucratif.
CONSULTER LA FICHE PRATIQUE

Cette fiche sera complétée une fois le décret définissant la télédéclaration publié.

Semaine du 6 au 12 novembre

lun, 11/06/2017 - 10:39

Chaque semaine, retrouvez les principaux rendez-vous professionnels, aides et appels à candidatures de la musique : rencontres, ateliers, forums, AG, salons, concours, tremplins, etc.



6 - 7 NOVEMBRE

FORUM
Entreprendre dans la culture en PACA
Aix-en-Provence


6 NOVEMBRE

FORUM
Forum international du son multicanal
Paris


6 NOVEMBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Aide au disque de "variétés"
FCM - Commission du 04/12


7 NOVEMBRE

TREMPLIN (date limite de candidature)
iNOUïS 2017 du Printemps de Bourges



7 NOVEMBRE

RENCONTRE
Boulevard du stream #3
Paris


7 - 8 NOVEMBRE

RENCONTRE
Perspectives sonores #2
Paris


8 - 10 NOVEMBRE

RENCONTRE
Music & Hacking International Conference + Music Hack Day
Paris


8 NOVEMBRE

RENCONTRE
Le Syndicat des musiques actuelles (SMA) en Région PACA
Marseille


8 NOVEMBRE

RENCONTRE
L'écosystème des musiques actuelles
Paris


9 - 10 NOVEMBRE

COLLOQUE
Youtubeurs, Youtubeuses : figures, formats, savoirs, pouvoirs
Tours


9 NOVEMBRE

SALON
MIMA, Marché de l'image et de la musique
Cebazat (63)


9 NOVEMBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Demande d'avances de trésorerie
CNV - Commission du 16/11


9 - 10 NOVEMBRE

RENCONTRE
Art & Tech
Nice


9 NOVEMBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Crédit d'impôt phonographique
Ministère de la Culture


10 NOVEMBRE

TREMPLIN (date limite de candidature)
Le Grand Zebrock



10 NOVEMBRE

DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT (date limite de candidature)
Tarn et Garock



10 NOVEMBRE

APPEL À PROJETS (date limite de candidature)
French VIP 2018

RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET (tremplin, dispositif d'aide, etc.)
ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Veille d'actualités - Semaine 44

ven, 11/03/2017 - 12:49

Cette semaine : radio & streaming, étude spectacle, réseau jeune public, streaming & certifications, hausse de la CSG des auteurs, Fonpeps & aide aux labels, vinyle durable, pratique en amateur, etc.

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

Fonpeps : l'aide à l'emploi des artistes dans l'édition phonographique est désormais opérationnelle

Publié en mai, le décret instituant la mesure n°9 du Fonpeps - dispositif de soutien à l'emploi dans le secteur de l'édition phonographique - est opérationnelle depuis le 26 octobre et la mise en ligne des documents administratifs permettant d'en faire la demande.


Ramdam, le réseau des professionnels du spectacle musical jeune public

Lancé à MaMA, le réseau Ramdam a vocation à fédérer les professionnels du spectacle musical jeune public à travers des actions de veille, d'information et de valorisation de la filière. Portée par une productrice et une programmatrice, la structure a déjà identifié 8 chantiers prioritaires.


Le spectacle musical, un secteur dynamique et vulnérable

La 4e édition de l'enquête "Entreprises de spectacle de variétés" conduite par le CNV sur la période 2012-2014 témoigne du dynamisme et la vitalité d'un secteur aux économies plurielles, mais également de la vulnérabilité d'une grande partie des acteurs qui le composent.


Le streaming, une aubaine pour l'industrie du disque mais jusqu'où ?

Depuis quelques semaines, sur les réseaux sociaux, un débat revient régulièrement au sujet du disque d'or et de son obtention. Même si le SNEP a proposé une méthode de calcul de conversion visant à équilibrer l'apport du streaming dans les certifications, d'aucuns souhaiteraient voir l'obtention du disque d'or revue à la hausse pour redonner ses lettres de noblesse à la certification.


Face aux radios, il ne manque au streaming que la parole… C'est en train de changer.

Radios et stream : il faut qu'on parle. Stations et plateformes sont d'accord : ce sont les animateurs qui fidélisent l'auditeur. Les premières ont encore de l'avance.



Hausse de la CSG : les auteurs demandent une compensation

Malgré la mobilisation des sociétés d'auteurs contre la hausse de la CSG, les députés ont adopté, dans le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale, une hausse de 1,7% de cette contribution à compter du 1er janvier 2018 sans prévoir de compensation pour les auteurs.


En bref : Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Fonpeps : l'aide aux labels est opérationnelle

ven, 11/03/2017 - 11:57

Instituée par décret en mai, la mesure n°9 du Fonpeps - dispositif de soutien à l'emploi dans le secteur de l'édition phonographique - est opérationnelle depuis le 26 octobre et la mise en ligne des documents administratifs permettant d'en faire la demande.

Ce soutien s'inscrit dans le cadre des mesures instituées par le Fonds national pour l'emploi pérenne dans le spectacle (Fonpeps) doté d'un budget global de 90 millions d'euros. Le décret n°2017-1046 qui formalise un soutien à l'emploi dans le secteur de l'édition phonographique est entré en vigueur le 10 mai 2017 mais son exercice ne pouvait concrètement être sollicité sans la publication du formulaire CERFA associé.

Explication du dispositif par la Félin
Fédération nationale des labels indépendants (source) :

Ce dispositif vise à favoriser l'emploi direct d'artistes principaux et non principaux, pour des séances d'enregistrement en vue de la production d'un enregistrement phonographique.
Une partie du salaire chargé versé aux artistes est ensuite remboursée. Les acteurs éligibles sont les producteurs phonographiques qui appliquent la CCNEP dans le cadre de l'enregistrement.

ÉLIGIBILITÉ

  • Les entreprises ou associations de moins de dix salariés.
  • Le chiffre d'affaires annuel n'excède pas deux millions d'euros.
  • Créées depuis au moins un an à la date d'envoi de la demande d'aide.
  • Soumises à l'impôt sur les sociétés.
  • Verser aux artistes-interprètes principaux et non principaux réalisant un enregistrement des cachets brut d'un montant au moins égal à 164,48€ brut (montant du cachet brut de base pour un service de trois heures).
  • Les enregistrements compris entre le 12 mai 2017 et le 31 décembre 2018.

MONTANT DE L'AIDE

Pour l'emploi d'un ou plusieurs artistes interprètes, la prise en charge représente un pourcentage du montant du cachet de base brut applicable aux salariés relevant du titre III de l'annexe III de la convention collective nationale de l'édition phonographique, augmenté des cotisations patronales (CP).

  • 1 ou 2 artistes interprètes = 25% du cachet de base brut + CP
  • 3 artistes interprètes = 35% du cachet de base brut + CP
  • 4 artistes interprètes = 45% du cachet de base brut + CP
  • 5 artistes interprètes = 55% du cachet de base brut + CP
  • 6 artistes interprètes et plus = 60% du cachet de base brut + CP

La Félin a développé à l'attention de ses adhérents un tableau de simulation pour calculer le montant du financement possible.

MODALITÉS DE VERSEMENT DE L'AIDE

L'aide est versée à compter de la date de la fin de l'enregistrement phonographique. L'entreprise adresse une demande d'aide à l'Agence de services et de paiement dans un délai maximal de six mois suivant la date de la fin de l'enregistrement phonographique pour lequel l'aide est sollicitée. Un formulaire CERFA et une feuille d'émargement sont disponibles sur le site de l'ASP.
A la demande seront jointes les copies des bulletins de salaires, l'identification de l'enregistrement, le nombre et le montant des salaires concernés.

Attention, la demande d'aide à l'ASP s'effectue dans un délai maximal de six mois suivant la date de la fin de l'enregistrement phonographique pour lequel l'aide est sollicitée. Le décret ayant été publié le 10 mai, les demandes liées aux enregistrements effectués en mai/juin 2017 doivent parvenir le plus tôt possible en novembre 2017.

Ramdam, le réseau des professionnels du spectacle musical jeune public

jeu, 11/02/2017 - 17:50

Lancé à MaMA, le réseau Ramdam a vocation à fédérer les professionnels du spectacle musical jeune public à travers des actions de veille, d'information et de valorisation de la filière. Portée par une productrice et une programmatrice, la structure a déjà identifié 8 chantiers prioritaires.

C'est à l'occasion de la convention professionnelle MaMA qu'Emilie Houdebine, productrice de spectacle jeune public (fondatrice de Traffix Music / ex Furax) et Camille Soler, ancienne programmatrice du Sax (Achères) et du festival jeune public Pépites sonores, ont publiquement présenté ce nouveau réseau avec l'appui de la Sacem.

"Initialement, je viens du théâtre où le spectacle jeune public est très structuré, ce qui n'est pas le cas dans la musique. La circulation des informations sur le jeune public n'y est pas fluide et les oeuvres et les artistes sont mal connus, ce qui complique la tâche pour les diffuseurs."
Camille Soler "Dans le spectacle jeune public, ce sont plus souvent les propositions théâtrales qui sont mises en avant. Avec ce réseau, nous souhaitons engager un travail collaboratif avec tous les acteurs et les partenaires de la filière musicale jeune public de manière à structurer et accompagner ce mouvement."
Emilie Houdebine

À partir de ces constats, Ramdam s'est fixé pour objectifs de soutenir la création et la circulation des œuvres au sein des lieux de musiques actuelles et des salles pluridisciplinaires, de favoriser les rencontres et les échanges sur tous les territoires, et de promouvoir ce secteur dans les instances décisionnelles et représentatives du spectacle vivant.

Les fondatrices ont ainsi dévoilé 8 chantiers sur lesquels l'association souhaitent avancer :

  • Établir un état des lieux : qu'est ce que le spectacle musical jeune public représente en terme de production, de diffusion, de billetterie, etc. ?
  • Diffuser une information indépendante : développer des ressources avec un site web, une newsletter, des cartographies par typologie de professionnels, un annuaire, le référencement d'appels à projets, etc.
  • S'ancrer dans le maillage territoriale et sensibiliser les tutelles au spectacle musical jeune public : créer des dispositifs de soutien et des espaces d'échanges avec les collectivités et l'État.
  • Créer un Prix des spectacles jeune public : aider au repérage des artistes et des créations.
  • Soutenir la prise de risques artistiques dans la création et la diffusion : comment accompagner la création dans son exigence artistique, et ce dans toutes les esthétiques musicales, que ce soient des musiques classiques ou des musiques actuelles.
  • Penser la dimension du jeune public dans le formation : comment construire un dossier pédagogique et accompagner les enseignants ?
  • Accompagner l'avant et l'après spectacle : qu'est ce qu'on peut imaginer autour du spectacle ? Comment accompagner la pratique du spectateur dans une logique d'action culturelle ?
  • Promouvoir la musique vivante jeune public : construire un programme dédié au jeune public dans une radio nationale.
LE SITE DE RAMDAM

Le spectacle musical, un secteur porteur de croissance

jeu, 11/02/2017 - 12:45

La 4e édition de l'enquête "Entreprises de spectacle de variétés" conduite par le CNV sur la période 2012-2014 témoigne du dynamisme et la vitalité d'un secteur aux économies plurielles, mais également de la vulnérabilité d'une grande partie des acteurs qui le composent.

Les études publiées par le CNV depuis près de 10 ans montrent que le spectacle vivant de musiques actuelles et de variétés est porteur de croissance, tant en matière de revenus (+6% par en moyenne entre 2012 et 2014) que d'emploi (+5%). La vitalité de l'activité est soutenue par une multitude de petites et très petites structures (49% ont un chiffre d'affaires inférieur à 250K€) et par quelques structures d'envergure plus importante (6% ont un chiffre d'affaires supérieur à 5M€).

Le secteur du spectacle de musiques actuelles et de variétés compte plus de 4 000 entreprises et représente en France un chiffre d'affaires de l'ordre de 2 milliards d'euros en 2014.

Les structures dont le chiffre d'affaires est inférieur à 1M€ génèrent 43% du volume d'emploi (intermittents et permanents) et 32% de la masse salariale, pour 12% du chiffre d'affaires total. Celles dont le chiffre d'affaires dépasse les 5M€ représentent 28% du volume d'emploi et 42% de la masse salariale, pour 60% du chiffre d'affaires total.

La répartition géographique des entreprises de spectacle se concentre logiquement sur l'Ile-de-France qui représente 30% des structures. Elles sont cependant présentes sur tout le territoire.

On observe également comment se répartissent les différentes catégories d'activités dans le secteur. Une moitié se trouve sur le versant production (producteurs nationaux 25%, producteurs diffuseurs locaux 20%, compagnies collectifs d'artistes 8%), l'autre moitié sur le versant diffusion (23% sont des exploitants de salle, 22% des organisateurs de festivals). La structuration juridique des entreprises montre que c'est un secteur en majorité associatif (58% des structures), au sein duquel les sociétés commerciales représentent 37%.

L'enquête s'attache également à étudier la structuration budgétaire de ces entreprises : quels sont leurs produits et charges, comment ces masses s'articulent et évoluent en fonction des types d'activités ? Ces chiffres nous éclairent sur la vulnérabilité d'une grande partie des acteurs. Si la billetterie et les autres recettes ont évolué un peu plus vite que les charges, les subventions ont crû à un rythme ralenti. Le résultat net du secteur est remonté de 0,8% du chiffre d'affaires en 2012 à 1,4% en 2014, mais il reste inférieur au niveau de 2008 (1,9%). Avec une capacité d'autofinancement de 3%, les professionnels disposent de très peu de marges de manœuvres pour investir dans l'avenir.

LIRE L'ENQUÊTE

Grand Est : signature d'une convention annuelle et expérimentale

mar, 10/31/2017 - 15:08

Le 21 octobre, lors de Nancy Jazz Pulsations, a été signée une convention de partenariat en faveur des musiques actuelles et des variétés entre l'État, la Région Grand Est et le CNV. Dans ce cadre, les premiers appels à projets ont été publiés et sont ouverts jusqu'au 13 novembre.

Après la mise en place d'un contrat de filière en Nouvelle-Aquitaine et de conventions de partenariat en Bretagne, Normandie, PACA et en Occitanie, la filière musicale en Grand Est vient également de se doter d'une convention et d'objectifs communs.

À travers cette convention conclue pour une seule année, les signataires s'engagent "dans l'expérimentation d'une politique publique conjointe" en faveur du secteur musical, avec l'objectif "de poser les bases d'un partenariat pluriannuel" permettant la structuration de la filière en Région Grand Est.
Pour 2017, ce partenariat représente un engagement de 55.000€ alimenté à hauteur de 25.000€ par la Région Grand Est, 25.000€ par le CNV et, 5.000€ par la DRAC Grand Est.

Cette démarche associe les acteurs de la filière installés en Grand Est, et permet de soutenir des projets innovants et contribuant à répondre aux enjeux suivants :

  • soutenir les artistes régionaux émergents, notamment en encourageant leur mobilité à l'échelle nationale ou internationale,
  • encourager les mises en relation entre les festivals afin de favoriser leurs mutualisations et synergies,
  • encourager le développement et les échanges transfrontaliers, développer des opportunités d'échanges, de coopérations et de co-productions à dimension transfrontalière,
  • inscrire les projets culturels dans l'innovation et la transition numérique : initier des expérimentations croisées entre acteurs culturels et entreprises du numérique pour explorer de nouvelles formes de création, intéresser un nouveau public et développer la mobilité des œuvres et la valorisation des talents régionaux du Grand Est.

Parmi les actions menées, deux appels à projets à destination des professionnels de la filière ont été publiés :

  • actions interprofessionnelles entre les festivals de la filière des musiques actuelles,
  • numérique : nouvelles formes artistiques, nouvelles pratiques et nouveaux usages dans la filière des musiques actuelles.
    La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 13 novembre 2017.
PLUS D'INFORMATIONS

Perspectives sonores

mar, 10/31/2017 - 12:27

Alors que la législation sur les niveaux sonores se durcit, Agi-Son ouvre le mois de la gestion sonore par la rencontre Perspectives Sonores (7 et 8 nov.), temps fort destiné aux artistes et aux professionnels du spectacle vivant.

Au 1er octobre 2018, une nouvelle législation plus stricte en matière de gestion des niveaux sonores s'appliquera à tous les lieux diffusant de la musique (salles, discothèques, festivals, bars, etc.), réglementation qui fait l'objet d'une contestation par de nombreux acteurs de la musique et de la nuit (lire la tribune/pétition signée entre autres par Jean-Michel Jarre, Jack Lang, Laurent Garnier, Jeff Mills…).

Dans ce contexte et chaque année en novembre, l'association Agi-Son et ses relais régionaux organisent le mois de la gestion sonore et un ensemble de rencontres et d'échanges sur l'amplification de la musique, la qualité sonore, la prévention des risques auditifs, l'éducation au sonore, les évolutions réglementaires, la formation professionnelle, etc.

En guise de lancement de l'opération se tiendra la deuxième édition de Perspectives sonores les 7 et 8 novembre à La Place (Paris), une rencontre qui s'adresse aux professionnels du spectacle vivant, de la santé, de l'enseignement et, nouveauté de cette année, la seconde journée sera dédiée aux musiciens.

PROGRAMME

Mardi 7 novembre

CONFÉRENCE - L'AUDITION DES JEUNES, UN ENJEU DE SANTÉ PUBLIQUE : ÉDUCATION AU SONORE & PRÉVENTION
Échanges, témoignages et partages d'expériences sur les leviers et outils de prévention concernant les pratiques d'écoute des jeunes. Diverses personnalités s'exprimeront sur ce sujet. Conférence animée par le journaliste Olivier CACHIN

SPECTACLE PEACE&LOBE - CONCERT DE SENSIBILISATION AUX RISQUES AUDITIFS POUR LES ADOS
A l'occasion des 10 ans du label Peace&Lobe®, cette séance scolaire est exceptionnellement ouverte aux professionnels qui souhaitent découvrir le concept en live !

Mercredi 8 novembre

MASTERCLASS - GESTION DU SON SUR SCÈNE PAR LES MUSICIENS : VOLUMES ET QUALITÉ SONORE
Ouverte à tous les musiciens, cette rencontre pose la question des volumes sonores lors d'un concert de musiques amplifiées. Des professionnels partageront leurs conseils, méthodes et expériences en se basant sur des exemples concrets et les échanges avec les participants.

Les autres rendez-vous du mois de la gestion sonore :

LA CAMPAGNE « HEIN ?! » : En novembre, plus de 1000 salles de concerts participent à la campagne de prévention des risques auditifs liés à la pratique et à l'écoute des musiques amplifiées.

TOUT UN PROGRAMME EN REGION : Le mois de la gestion sonore est l'occasion de mettre en lumière le travail effectué par les relais régionaux tout au long de l'année : concerts pédagogiques, sessions de moulages de protection auditives, conférences, expositions, formation, dépistages auditifs….

LANCEMENT DU SITE EDUKSON : La plateforme numérique EduKson est un espace inédit d'éducation au sonore pour explorer le monde sonore, découvrir le système auditif, et apprendre à protéger son audition. Le lancement du site est l'aboutissement d'un travail collaboratif.

PLUS D'INFOS

Les iNOUïS du Printemps de Bourges 2018

lun, 10/30/2017 - 17:56

Le dispositif national de repérage et de sélection de jeunes artistes en France lance son appel à candidatures. Il est ouverts aux artistes et groupes de musiques actuelles non-signés et se clôt le 13 novembre.

Les iNOUïS du Printemps de Bourges s'appuie sur 28 antennes territoriales et enregistre plus de 3.500 candidatures chaque année à son dispositif. Une fois les sélections régionales puis nationale effectuées, une trentaine d'artistes ou de groupes se produira au Printemps de Bourges Crédit Mutuel 2018, lors de la Tournée des iNOUïS dans 6 grandes villes de France et bénéficiera d'un soutien à la professionnalisation via des formations et des résidences.

Les iNOUïS s'adresse à tous les groupes ou artistes, musiciens, compositeurs ou non dans le champ des musiques actuelles.

Sont exclus :

  • Les groupes ou artistes professionnalisés engagés par un contrat discographique (contrat d'artiste) auprès des majors et de leurs labels et dont la signature serait intervenue avant la fin des inscriptions, le 13 novembre 2017.
  • Les groupes ou artistes professionnalisés engagés par un producteur de spectacle d'envergure nationale, depuis plus de 1 an.
  • Les groupes ou artistes professionnalisés ayant plus de 6 ans d'existence sous cette forme ou ayant déjà existé sous la forme d'un autre projet.
  • Les groupes ou artistes professionnalisés ayant déjà participé à la sélection finale des iNOUïS du Printemps de Bourges les années précédentes, et ce, même avec un nouveau projet.
INFORMATION & INSCRIPTION

Semaine du 30 octobre au 5 novembre

lun, 10/30/2017 - 13:01

Chaque semaine, retrouvez les principaux rendez-vous professionnels, aides et appels à candidatures de la musique : rencontres, ateliers, forums, AG, salons, concours, tremplins, etc.



30 OCTOBRE

APPEL À PROJETS (date limite d'inscription)
Boost-Up/Industries Créatives (Wallonie)



30 OCTOBRE

RENCONTRE
Agi-son en Région Nouvelle Aquitaine
Bordeaux


31 OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Aide déconcentrée au spectacle vivant en PACA



31 OCTOBRE

TREMPLIN (date limite de candidature)
Go - Echo Nova
Paris


31 OCTOBRE

CÉRÉMONIE
Prix européen des Espoirs du jazz
Burghausen (Allemagne)


31 OCTOBRE

CONCOURS (date limite de candidature)
Prix Saravah



31 OCTOBRE

RENCONTRE
Skinhead reggae : histoire, fantasmes et mythologie d'un mouvement
Toulouse


31 OCTOBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Bourse de formation artiste



2 NOVEMBRE

CONFÉRENCE
Le marché musical au Royaume-Uni et en Scandinavie
Paris


2 NOVEMBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien aux entreprises en difficultés et au développement des entreprises
CNV - Commission 1 du 30/11


2 NOVEMBRE

APPEL À CANDIDATURES (date limite de dépôt)
Showcase Jazzahead !
Brême (Allemagne)


2 NOVEMBRE

SALON
SynchUp
Los Angeles (USA)


3 - 5 NOVEMBRE

ATELIER
Culture Experience Days
Paris


3 NOVEMBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Aide Occitanie / Pyrénées-Méditerranée
DRAC Occitanie / Pyrénées-Méditerranée / Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée / CNV


3 NOVEMBRE

APPEL À PARTICIPATION (date limite de candidature)
Atelier Musique et Cinéma
Festival Premiers Plans d'Angers - Sacem


3 - 6 NOVEMBRE

FORUM
Forum des alternatives pour la musique
Toulouse


5 NOVEMBRE

APPEL À PROJETS (date limite de candidature)
La nuit au carré



RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET (tremplin, dispositif d'aide, etc.)
ET ACTUALISÉ EN CONTINU

MIMA#5, marché de l'image et de la musique

ven, 10/27/2017 - 17:29

La 5e édition du Marché de l'image et de la musique en Auvergne (MIMA) aura lieu le 9 novembre à Cebazat (63). Au programme : des échanges professionnels et un lieu de présentation des productions musicales et audiovisuelles à destination des diffuseurs.

Ce salon propose un ensemble d'espaces et de rendez-vous, notamment des showcases et des projections, des tables-rondes et des temps conviviaux de rencontres, un speed-meeting pour faciliter l'échange et la rencontre entre producteurs et diffuseurs, et la tenue de stands par les adhérents du Damier, cluster musique et image en Région Auvergne - Rhône-Alpes.

LES TEMPS FORTS

Atelier - Programmer en milieu rural : enjeux, spécificités, contraintes – Échanges de bonnes pratiques [11h/12h30]

Les acteurs culturels développent des stratégies de financement et des modes d'organisation très hybrides et fortement influencés par leur territoire d'implantation. Nombre d'entre eux, situés en milieu rural, développent de vraies spécificités quant à la nature de leur programmation artistique, les modes de coopération avec les habitants et les structures locales, et une économie fortement impactée par le manque de ressources des communes où ils se sont installés.
Le but de cet atelier est d'apporter un éclairage sur ces spécificités rurales et des clés de lecture sur les problématiques posées par ce type d'acteurs dans leur relation aux producteurs.

Atelier - Nouvelles formes artistiques, nouveaux canaux de diffusion [11h/12h30]

Les évolutions techniques et technologiques augmentent les expériences scéniques : diffusion numérique via le live stream, captation immersive à 360°, spectacles audios et vidéos interactifs…
A l'heure du tout numérique, quelles sont les évolutions clés en la matière ? Comment les diffuseurs et les artistes appréhendent-ils les nouveaux terrains de création et d'exposition numériques ? Comment les scènes traditionnelles s'adaptent-elles à ces évolutions ? Comment s'organisent la recherche et le développement sur ces nouvelles formes de création et de diffusion à l'échelle d'un territoire ?

Speed-meeting [17h15]

À destination des producteurs et des programmateurs qui pourront échanger sur leurs projets respectifs et envisager de nouveau partenariats.

INFORMATIONS & INSCRIPTION

Veille d'actualités - Semaine 42 & 43

ven, 10/27/2017 - 12:48

À la une : une tribune contre le décret Son, streaming et manipulation des chiffres, signature d'une convention MA en Grand Est, Victoires du jazz 2017, etc.

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

"Faites du bruit pour sauver la musique", une tribune contre le durcissement du décret Niveau sonore

Au nom de la santé publique, un décret entend limiter le niveau sonore de la musique dans les lieux publics. Une mesure qui dénature les œuvres et va à l'encontre la liberté de création selon les signataires, parmi lesquels figurent Jean-Michel Jarre, Jack Lang, Laurent Garnier, Jeff Mills et de nombreuses structures musicales.


Comment certains artistes manipulent leurs chiffres du streaming

Les plateformes de streaming sont devenus le champ de bataille favori de la guerre des charts. Tous les moyens sont bons pour triompher dans cette lutte acharnée. Même les moins légaux.



Enquête Startups de la musique 2017 : les résultats

L'IRMA publie la deuxième édition de l'enquête Startups de la musique qui compile un ensemble de données socio-économiques à même de décrire le fonctionnement des services innovants intervenant dans le domaine musical.


Les conférences du MaMA en replay (audio) : morceaux choisis

Du 18 au 20 octobre, la convention du MaMA a réuni les professionnels de la musique pour 3 jours de tables rondes et de conférences. Toutes ces rencontres ont été enregistrées en audio et sont disponibles en replay. Morceaux choisis.


Lancement d'Electronic Music Factory

Lors de l'ADE puis du MaMA, la SACEM a lancé Electronic Music Factory, un site d'information et de ressources dédié aux musiques électroniques. Cette plateforme s'adresse aux artistes et à leur entourage professionnel, et propose des fiches techniques, une revue d'actualités et une playlist des artistes français présents à l'international.


Signature d'une convention Musiques actuelles et de variétés en Région Grand-Est

À l'occasion du festival Nancy Jazz Pulsations, la DRAC Grand Est, la Région Grand Est, et le CNV ont signé une convention de partenariat annuelle et expérimentale pour la filière des musiques actuelles en Grand Est.


Victoires du Jazz 2017, un palmarès haut en couleur

Thomas de Pourquery artiste de l'année, Hugh Coltman voix de l'année, Émile Parisien sacré pour l'album "Sfumato", Théo Ceccaldi valeur montante, Pierre Bertrand primé pour l'album "Joy", Electro Deluxe groupe de l'année…


En bref : Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Les conférences de MaMA en replay (audio)

jeu, 10/26/2017 - 19:00

Du 18 au 20 octobre, la convention du MaMA a réuni les professionnels de la musique pour 3 jours de tables rondes et de conférences. Toutes ces rencontres ont été enregistrées en audio et sont disponibles en replay. Morceaux choisis.

L'écoute de ces enregistrements est disponible en ligne sur le site mis en place par le MaMA et l'opérateur de captation Le Sondier : live.mamafestival.com.

Pour faciliter la consultation, le site permet de naviguer en fonction des parcours thématiques de la convention, selon les types de rencontre ou par intervenant. Un parcours 100% MaMA INVENT est ainsi disponible qui retrace les différents événements de ce "salon dans le salon" dédié à la rencontre de la musique et de l'innovation.

Parmi les temps forts, quelques morceaux choisis :

Keynote Imogen Heap

Dans cette keynote proposée par la GAM, l'artiste anglaise Imogen Heap est venue présenter sa collaboration avec la startup Ujo Music pour la création d'un système d'exécution automatique de contrats auto-certifiés permettant de répartir les revenus grâce à la blockchain.

Focus sur les services aux artistes

En fonction de leur projet artistique, ils doivent s'entourer de tout un écosystème de partenaires pour assurer leur management, leur promotion, leur marketing, leur présence sur les réseaux sociaux, la gestion de leur base de fans, celle de leurs ventes, voire celle de leurs droits voisins à l'international. Autant de services aux artistes proposés presque à la carte aujourd'hui par une ribambelle d'acteurs, dont les agrégateurs et les maisons de disques elles-mêmes, qui ont créé des départements dédiés.
Avec Matthieu Couturier (Grand Musique Management), Mathieu Rousselot (TuneCore), Julien Philippe (Antipodes Music & Zamora Label) et Philippe Astor (journaliste).

Les nouveaux instruments

Nouvelles factures, instruments connectés, smart instrument, applis web… L'innovation et les technologies du numérique sont entrées de plain-pied dans le monde des instruments de musique et des logiciels de composition. Quelles en sont les tendances ?
Avec Hugues Vinet (IRCAM), Pauline Eveno (SYOS), Jacques Carbonneaux (Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale - CSFI) et Mathias Milliard (IRMA).

SeaNaps, l'expérience blockchain en festival

Maxime Faget du festival SeaNaps (Leipzig / Allemagne) a présenté le dispositif mis en place sur son événement où la blockchain, couplée à l'utilisation d'une monnaie virtuelle, a été utilisée pour répartir les revenus générés entre vendeurs, festival, artistes et partenaires.

Le boom du livestream

Le streaming live connait un essor important avec l'arrivée de nouvelles plateformes et et la réduction des coûts de technique de production / diffusion. Effet de mode ou levier de croissance durable ?
Avec Derek Barbolla (Cercle), Thomas Lefrançois (Allo floride), Ronan Le Borgne (Sourdoreille), Mathilde Michel (Culturebox) et Fabrice Jallet (IRMA).

Enceintes connectées et musique

Amazon Echo, Google Home etc… on commence à beaucoup parler des "smart speakers", ces enceintes connectées permettant de de faire une recherche ou une commande depuis son canapé avec sa simple voix. Quel sera leur impact sur le secteur de la musique ?
Avec Emily Gonneau (NÜAGENCY), Jean-Luc Biaulet (Music Story), François Millet (44), Suzanne Combo (La GAM), Alexandre Aimé (Deezer).

La musique à l'image

La musique est de plus en plus fréquemment « consommée » lorsqu'elle est associée à une œuvre audiovisuelle, s'intégrant dans des films, des documentaires, des publicités, des jeux vidéo, etc. Comment s'organisent les rapports ? Quels sont les droits et les rémunérations générés par ces différentes utilisations ?
Avec Matthieu Chabaud (Schubert Music Publishing), Pascal Mayer (NOODLES), Pierre-Marie Bouvery (FACTORI Avocats), Florent Boisneault (Ubisoft), Hervé Rony (SCAM), Mathias Milliard (IRMA).

De la prescription à l'influence

En bousculant les médias traditionnels, le web et les réseaux sociaux ont ouvert de nouvelles perspectives pour les artistes et leur environnement pour promouvoir leurs créations. Webzines, streaming, playlists, community management…, les outils apparaissent et les pratiques professionnelles se structurent à partir des nouveaux usages. Stratégies, astuces, évidences,… comment réinventer la promo musicale en 2017 ?
Avec Josquin Farge (SOUNDSGOOD), Fabrice Jallet (IRMA), Noura Brachemi (UNIVERSAL MUSIC FRANCE / Label MERCURY), Marion Girard (Brain Magazine), Grégory Lefillatre (DIGIZIK).

Keynote Robert Kaye

Robert Kaye, fondateur de l'encyclopédie musicale MusicBrainz et directeur exécutif de la fondation MetaBrainz, est une personnalité de la musictech qui a exposé certaines réalisations de MusicBrainz entre open data, web sémantique et crowdsourcing.

Restitution de l'Enquête Startups de la musique 2017

L'IRMA a présenté en avant-première les résultats de la deuxième l'Enquête sur les startups françaises intervenant dans le domaine de la musique. Panel de 334 startups identifiées, mises à jour des données socio-économiques, focus sur les raisons de l'échec… cette restitution proposera un panorama de la transformation numérique de l'écosystème de la musique.

TOUTES LES CONFÉRENCES MAMA EN REPLAY AUDIO

Hausse de la CSG : les auteurs demandent une compensation

mer, 10/25/2017 - 17:35

Malgré la mobilisation des sociétés d'auteurs contre la hausse de la CSG, les députés ont adopté, dans le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale, une hausse de 1,7% de cette contribution à compter du 1er janvier 2018 sans prévoir de compensation pour les auteurs.

Dans un courrier adressé début octobre au Président de la République et au Premier Ministre, une trentaine d'organisations professionnelles (SACEM, CSDEM, UCMF, UNAC, SNAC, SCAM…) interpellait le gouvernement sur la hausse de la CSG (contribution sociale généralisée) qui, "si elle intervient sans compensation pour les créateurs, occasionnera une perte de leur pouvoir d'achat".

Or, les députés viennent d'adopter ce projet de loi sans compensation pour les auteurs alors qu'une compensation est prévue pour les salariés via une diminution des cotisations sociales de l'ordre de 3,15% (0,75% au titre de la cotisation maladie et 2,40% au titre de la cotisation chômage).

Les auteurs, dont pour nombre d'entre eux les rémunérations professionnelles (droits d'auteurs, ventes d'œuvres) représentent la totalité ou l'essentiel de leurs revenus, vont donc subir "une perte sèche importante de leur pouvoir d'achat" qui, in fine, sera préjudiciable à l'ensemble de la création en France.

Les sociétés d'auteurs espèrent maintenant que la poursuite de l'examen du projet de loi à l'Assemblée nationale et au Sénat permette d'aboutir "à un dispositif adéquat, juste et efficace de compensation" et ont lancé une pétition en ligne.

Commission des affaires sociales : PLFSS pour 2018 - 18 octobre 2017

Pages