S'abonner à flux flux actualité professionelles IRMA
Mis à jour : il y a 1 heure 58 min

Semaine du 29 janvier au 4 février

lun, 01/29/2018 - 13:04

Chaque semaine, retrouvez les principaux rendez-vous professionnels, aides et appels à candidatures de la musique : rencontres, ateliers, forums, AG, salons, concours, tremplins, etc.



Toujours en cours :

Jusqu'au 3 FÉVRIER

CONCOURS
Auditions régionales des Inouïs du Printemps de Bourges
France entière



Jusqu'au 4 FÉVRIER

RENCONTRE
Semaine du son
France entière



29 JANVIER

APPEL À PARTICIPATION (date limite de candidature)
Master Class de composition musicale pour l'image
Aubagne



29 JANVIER

APPEL À PARTICIPATION (date limite de candidature)
Auditions JM France en Grand Est et Occitanie




30 JANVIER

CONFÉRENCE
Le krautrock, naissance et influences
Paris



30 JANVIER

APPEL À CANDIDATURES (date limite de dépôt)
Résidence de technologies créatives Te Ataata
Nouvelle-Zélande



30 JANVIER

DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT (date limite de candidature)
Marché Européen de la composition musicale / Dispositif 3e Personnage




31 JANVIER

RENCONTRE
Les musiques du monde à l'heure du digital
Paris / Festival Au fil des voix



31 JANVIER

APPEL À PROJETS (date limite de candidature)
Programme de résidence d'artistes ADATA AiR
Plovdiv (Bulgarie)



31 JANVIER

DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT (date limite de candidature)
OuTonalidades Group Exchange
Portugal



31 JANVIER

TREMPLIN (date limite de candidature)
L'Oriolet Festival




31 JANVIER

BOURSE (date limite de candidature)
Fonds Roberto Cimetta




1er FÉVRIER

RENCONTRE
Rencontres Culture/Tech




1er FÉVRIER

ANNIVERSAIRE
40 ans de l'AMJI
Avignon



1er FÉVRIER

DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT (date d'ouverture des candidatures)
Le Fair 2018




1er FÉVRIER

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien au showcase
FCM



1er FÉVRIER

AIDE (date limite de dépôt)
Aide à la création
SCPP



2 FÉVRIER

RENCONTRE
Agi-Son en Grand-Est
Reims



3 FÉVRIER

RENCONTRE
Festival 7.8.9.2 : rencontre avec la Sacem
Chatou (78)



3 FÉVRIER

PORTES OUVERTES
Open Club Day
Europe



RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET (tremplin, dispositif d'aide, etc.)
ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Veille d'actualités - Semaine 4

ven, 01/26/2018 - 12:57

Cette semaine : globalisation du live, Youtube adopte l'ISNI, Viagogo attaqué pour revente illicite, la SCPP renforce ses aides, marché du support, audition Roch-Olivier Maistre, etc.

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

Musique « live » : les professionnels français à l'heure de la globalisation

En France, le monde des musiques actuelles « live » est à un moment charnière, avec la montée en puissance des poids lourds américains qui inquiète les producteurs français de concerts.




YouTube adopte l'identifiant ISNI pour les artistes et les auteurs-compositeurs

YouTube est désormais une agence d'enregistrement pour l'ISNI (International Standard Name Identifier), le numéro international normalisé ISO pour identifier des millions de contributeurs aux œuvres créatives et ceux qui sont actifs dans leur distribution.



La SCPP renforce ses aides à la création

La Société civile des producteurs phonographiques (SCPP) a annoncé l'intégration à son portail de deux nouvelles catégories de soutien (showcase, formation) et l'augmentation de 18 % de son budget alloué aux aides directes. Par ailleurs, elle entend peser sur la revalorisation des barèmes de la copie privée.



Le site Viagogo attaqué pour revente illicite de places de concerts

Le Prodiss, syndicat du spectacle musical, et plusieurs producteurs partent en guerre contre la revente illicite de places de concerts. Ils portent plainte contre le site de revente Viagogo.




Quand le support physique se cherche une place

Mort du CD ? Renaissance du vinyle ? Au lancement de Myspace en 2003, les experts prédisaient que le marché des supports physiques ne durerait pas après 2012… Pourtant aujourd'hui, le physique semble aller mieux.



Le clip français gonflé à bloc

Alors que les jeunes réalisateurs Greg & Lio sont nommés aux Grammy Awards pour leur vidéo de Jain, tour d'horizon d'une génération montante, entre nouvelles formes, nouveaux écrans et financements précaires.



L'Ecole de Management des métiers de la musique en scène dès 2019

E3M, c'est le nom que devrait porter la future Ecole de Management des Métiers de la Musique (Paris Music Business School en anglais). Celle-ci devrait ouvrir ses portes dès février 2019, en Ile-de-France.




Audition Roch-Olivier Maistre

Le 17 janvier, la Commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale a auditionné M. Roch-Olivier Maistre, conseiller maître à la Cour des comptes, sur le rapport « Rassembler la musique – pour un centre national »



En bref : Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Musique, licences libres et droit d'auteur

ven, 01/26/2018 - 11:56

Le Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA) a établit un état des lieux de l'utilisation des licences libres dans le secteur culturel. À travers cette étude, plusieurs données éclairent le rapport entre musique sous licence libre et sociétés de gestion collective.

Selon les auteurs du rapport, un processus de « relatif apaisement » entre représentants des ayants droit et promoteurs des licences libres est en cours. Ce constat s'appuie sur plusieurs initiatives qui ont permis de concilier les intérêts des parties, citant notamment plusieurs partenariats entre Creative Commons et les organismes de gestion collective du secteur de la musique en Europe (avec la BUMA/STEMRA aux Pays-Bas, la KODA au Danemark et la STIM en Suède).

En France, la SACEM a conclu en 2012 un accord avec Creative Commons qui, à l'issue d'une période d'expérimentation, a été reconduit en 2015. Il marque l'aboutissement d'un long travail de médiation qui permet aux auteurs sous licence libre de négocier collectivement avec des plateformes de distribution ou de streaming. Aux termes ce cet accord, la SACEM conserve la gestion des exploitations commerciales, les licences Creative Commons ne pouvant être utilisées par ses membres que pour la diffusion non commerciale de leur musique (la définition de la notion d'exploitation commerciale retenue par la SACEM est particulièrement large).
En savoir plus sur les Creative Commons et la SACEM

Répartition des œuvres déposées à la SACEM sous licences Creative Commons par type de licences non commerciales (au 27.03.2017)

La SACEM dénombre 1 356 œuvres déposées sous licences Creative Commons depuis le 1er janvier 2012, versées à son répertoire par 138 de ses sociétaires (auteurs, compositeurs, réalisateurs et éditeurs, principalement des hommes ; dépositaires au total de 12 461 œuvres). Les droits répartis (au profit de l'ensemble des ayants droit) pour les œuvres sous licences Creative Commons depuis leur dépôt à la SACEM s'élèvent à 74 138 euros (pour 365 801 euros répartis aux sociétaires ayant déposé certaines de leurs œuvres sous ce régime depuis 10 ans au maximum). Pour mémoire, la SACEM compte 157 000 membres (dont 5 000 environ sont véritablement actifs) et gère un répertoire de 100 millions d'œuvres. Les œuvres sous licences Creative Commons ne représentent donc qu'une part infime de l'ensemble des membres et des œuvres déposées.

La répartition des licences par nature de contenus fournit également des informations intéressantes. Parmi les productions culturelles, ce sont les photographies et les enregistrements musicaux qui dominent l'offre.
Les musiciens optent plus volontiers pour des licences plus restrictives pour leurs travaux, et notamment pour la licence Non-dérivé (50% des titres sur ArtistServer, Jamendo, Magnatune et Soundclick). Certains genres musicaux sont par ailleurs mieux représentés dans l'offre sous licences Creative Commons, notamment les auteurs de musique électronique et les interprètes de musique classique qui représentent respectivement 28 et 26% des publications audio sous ces licences.

LIRE LE RAPPORT DU CSPLA

La SCPP renforce ses aides à la création

jeu, 01/25/2018 - 12:59

La Société civile des producteurs phonographiques (SCPP) a annoncé l'intégration à son portail de deux nouvelles catégories de soutien (showcase, formation) et l'augmentation de 18 % de son budget alloué aux aides directes. Par ailleurs, elle entend peser sur la revalorisation des barèmes de la copie privée.

+ 18 % pour les aides
Le 10 janvier, le conseil d'administration de la SCPP a adopté un budget d'aides à la création de près de 19 M€, soit une croissance de près de 18 % par rapport au budget de 2017. Dès 2018, "cette augmentation est exclusivement affectée à l'aide directe à la création de phonogrammes et de vidéomusiques ou aux tournées d'artistes, ainsi qu'à la promotion des phonogrammes", ce qui, selon la société civile, équivaut à "une augmentation des aides reçues par les membres de la SCPP de près de 50%, que ce soient celles accordées dans le cadre d'un droit de tirage ou celles accordées dans le cadre d'une aide sélective".

Mieux, la société de producteurs espère pouvoir maintenir ce niveau d'aides pendant au moins 3 ans, "sous réserve des évolutions des perceptions de la rémunération pour copie privée".

Les fonds nécessaires à cette augmentation proviennent des irrépartissables de la rémunération équitable (les montants perçus au titre de la rémunération équitable qui n'ont pu être répartis à leurs ayants droit), les sommes devant être dorénavant affectées aux aides 5 ans après leur mise en répartition et non plus 10 ans comme auparavant.

En parallèle de cette augmentation, la SCPP a modifié ses critères d'attribution en intégrant un principe de plafonnement des soutiens en fonction des seuils de montants répartis.

Deux nouvelles catégories intégrées : showcase et formation d'artiste
Pour compléter son programme d'aides sélectives, la SCPP intègre à son portail deux dispositifs de soutien :

  • Aide aux concerts promotionnels (showcases) : Les conventions passées entre la SCPP et certaines salles prévoient un quota de concerts par salle et un budget. Chaque producteur membre de la SCPP qui en fait la demande peut bénéficier des conditions de la convention si le quota fixé avec la salle n'est pas épuisé. Pour bénéficier de ce programme, le producteur doit avoir signé avec l'artiste un contrat d'enregistrement exclusif dit « contrat d'artiste ». Si le demandeur détient un contrat de licence, il ne peut pas bénéficier d'une aide.
  • Aide à la formation d'artiste : La SCPP a passé des accords avec certains organismes de formation pour aider les producteurs membres de la société civile à mener à bien la politique de formation de leurs artistes. Les conventions prévoient un quota de formations et un budget et, dans cette limite, chaque producteur peut en bénéficier.

Des barèmes en question
Parmi ses priorités en 2018, la SCPP entend oeuvrer pour que les barèmes de perception de la copie privée soient revus à la hausse. Les résultats d'une étude d'usage (concernant les téléphones multimédias, tablettes multimédias, PC tablettes, décodeurs-enregistreurs audiovisuels, disques durs externes) sont en cours d'analyse et "les ayants droit espèrent que la Commission Copie privée continuera de fonctionner de manière normale pendant les mois à venir, période pendant laquelle sera débattue la validité des barèmes actuellement en vigueur, adoptés fin 2012, compte tenu des usages de copie privée constatés en 2017".

Concernant la rémunération équitable, la SCPP va continuer à autoriser et à percevoir auprès des webradios interactives dans le cadre de ses contrats de droits exclusifs, et ce dans l'attente de l'entrée en vigueur d'un barème de rémunération pour le webcasting.

LES CHIFFRES CLÉS DE LA SCPP EN 2017 :
  • Les perceptions totales de la SCPP devraient être de 82,7 M€ euros en 2017, soit un montant en baisse de 5,3 % par rapport à celui des perceptions totales de 2016 (87,3 M€).
  • 85,7 M€ ont été mis en répartition en 2017, soit un montant en hausse de près de 3,8 % par rapport à 2016 (82,6 M€).
  • Aides : La SCPP a disposé d'un montant total de 16 406 011 euros. La Commission des aides s'est réunie 11 fois pour étudier 1 296 dossiers de demande de subvention (1 134 en 2016). Le Conseil d'Administration a accordé, sur proposition de la Commission, 1 112 subventions (932 en 2016) pour un montant de 13 291 829, 85,80 % des demandes ayant reçu une réponse positive.
LE SITE DE LA SCPP

Quand le support physique se cherche une place

mer, 01/24/2018 - 14:38

Mort du CD ? Renaissance du vinyle ? Au lancement de Myspace en 2003, les experts prédisaient que le marché des supports physiques ne durerait pas après 2012… Pourtant aujourd'hui, alors que le streaming domine les usages et que le téléchargement est en chute libre, le physique semble aller mieux : la baisse des ventes de CD se ralentit et celles de vinyles signent en 2017 une nouvelle année record. Quels avenirs et quels marchés existent-ils pour la musique sur formats ?

En chute libre depuis près de 18 ans, le CD garde cependant une place dans les rayons des disquaires comme dans le chiffre d'affaires des labels. Face à lui, un vieux format de retour depuis une petite dizaine d'années qui dépasse le simple effet de mode, le vinyle. À eux deux, ils représentent la majorité de la consommation de musique sur support physique, très loin devant le DVD vidéo et la cassette.

CD en baisse, vinyle de retour
À la Fnac, l'arrivée des rayons de vinyles en 2015 ne s'est pas faite au détriment des rayons de CD. En 2017, le vinyle représentait 18 % du chiffre d'affaires du rayon musique contre 6 % en 2015. Si la croissance est impressionnante (ventes multipliées par 1,6 en 2016 selon le SNEP) et continue, elle est très aléatoire selon les répertoires.
En effet, il existe de grandes différences de consommation selon le style de musique. Le classique, qui peine dans sa transition vers le streaming, maintient peu ou prou ses ventes CD sans pour autant engendrer des rééditions en vinyle. Ainsi, rares sont les références classiques disponibles aujourd'hui en disque noir.

Le support physique n'est pas mort
Si les musiques urbaines dominent le marché numérique et le streaming, elles dominent également les ventes physiques, enregistrant « une progression depuis 4 ans avec un chiffre d'affaires en hausse de 40 % en 3 ans » indique Stéphane Henninot, chef de groupe audio à la Fnac. Des ventes portées par… le CD qui représente 95 % des ventes physiques sur ce créneau.
Comme le classique, les musiques urbaines ne se retrouvent pas, ou peu, dans les bacs de vinyles. À l'opposé, le jazz et l'électro ont plus de références : « sur un Fakear ou un Kungs par exemple, c'est entre 30 et 50 % des ventes qui se font en vinyle », explique Stéphane Henniot.

Références du Top 20 disponibles en vinyle par styles musicaux – données SNEP

Chaque public a son format
Le choix du format est variable selon les styles musicaux, mais aussi selon le public. Les musiques urbaines, pourtant nées come l'électro avec l'utilisation des vinyles, sont peu disponibles sur ce format. Seules les références touchant un plus large public comme Orelsan, Bigflo et Oli ou MC Solaar sont disponibles dès leur sortie en galette noire.
Il y a donc un public pour le vinyle, passionné, gros consommateur, mais aussi plutôt CSP +. Chez Hands and Arms, disquaire indépendant parisien, l'âge est un facteur. « Les moins de 20 ans vont acheter des disques cultes qui ne sont pas de leur génération, les plus de 40 ans vont se racheter leurs souvenirs de jeunesse et des incontournables », concède le disquaire Yves Plouhinec. Le vinyle serait donc le format de la discothèque idéale, entre disques cultes et souvenirs.

Vinyle, vieux format pour vieux titre ?
L'année 2017 sera une nouvelle année record pour le vinyle. Les chiffres officiels tomberont en février mais déjà le SNEP indique qu'il n'y aura pas de nouveauté dans le Top 10. Pour rappel, en 2016, seul Renaud avait pu se glisser dans ce Top 10, déjà occupé par les rééditions et les disques gold.
Le vinyle, un vieux format pour de vieilles références ? Si les nouveautés représentent 20 % des ventes de vinyles (contre 50 % pour les CD), le back catalog booste les achats, la meilleure vente de l'année sur Discogs étant Dark Side of the Moon de Pink Floyd.

Et la nouveauté alors ?
Pourtant, la nouveauté compte dans le vinyle. Julien Soulié, directeur du Fair, constate qu'avoir son album en vinyle est un aboutissement pour l'artiste émergent. « Sortir un vinyle, c'est faire partie de la ligue 1, on franchit un cap. Les projets vinyles sont souvent l'occasion de renforcer le lien avec le public en finançant le projet en crowdfunding ». Le vinyle devient un objet rare, où la qualité est mise en avant (pochette, artwork, disque de couleur…) et les ventes se font essentiellement lors des concerts. Mais tout cela fait gonfler la note du vinyle : « les marges sont plus faibles que sur le CD » rappelle Victor Peynichou, du label Midnight Special Records.
Pour autant, le CD n'est pas mort. Chez Midnight Special Records, il représente 30 % des ventes, 10 % de plus que le vinyle chez ce label indépendant : « Ça nous aide pour la promo, et ça permet aussi aux personnes qui ont aimé l'artiste sur scène de repartir avec quelque chose ».

Vers un nouveau business
Les labels indépendants sont donc face à une nouvelle équation. La nécessité du format CD, moins cher et plus facile à expédier, et la tentation d'un objet premium pour les fans, plus couteux, pressé en plus petite quantité et plus fragile à l'expédition. Un pressage à 300 exemplaires couleur avec artworks peut s'élever à 6 € pièce. Enfin, l'accès à une distribution physique et une mise en place en grande surface spécialisée ou chez les disquaires indépendants est complexe pour deux raisons : la difficulté de trouver un distributeur physique (qui souhaite gérer aussi le numérique, source principale des revenus) et le coût du vinyle qui affecte la marge bénéficiaire du label sur chaque vente. D'où le fait que la vente de vinyles trouve donc une finalité économique en vente directe (à la sortie des concerts ou en VPC).
Nous sommes en plein tournant économique. Le physique, ancien moteur économique des ventes se transforme peu à peu en marché de niche. La stratégie commerciale n'est plus axée sur le physique, comme dans les années 2000 mais autour du numérique. Chez IDOL, distributeur numérique, la transition est déjà en place. La stratégie commerciale intègre numérique, physique et export mais elle est centralisée par le distributeur numérique. Même synergie chez Believe Digital depuis son acquisition du distributeur Musicast.

Nous rentrons dans une nouvelle ère où la consommation de masse est absorbée par le streaming et où le marché physique se structure, selon les esthétiques musicales, en marché de niche, avec son format adapté.
Plus fragile, ce nouveau marché peine à porter les nouveautés mais répond à l'attente d'un public attaché à l'artiste et au patrimoine musical. L'avenir de ce support passera par une mutation de la distribution physique pour les indépendants et une meilleure place des nouveautés dans les bacs comme dans les charts.

Frédéric Neff

Toujours plus de services aux musiciens en Ile-de-France

lun, 01/22/2018 - 14:36

À travers une étude menée auprès de ses adhérents, le réseau francilien des musiques actuelles (RIF) constate et analyse la montée en puissance des activités liées à l'accompagnement artistique dans les structures musicales d'Ile-de-France.

Cette étude réalisée en partenariat avec Opale/CRDLA Culture et le Collectif RPM conclut un travail initié en 2014 suite à un double constat : « l'accompagnement des musicien.ne.s aux différentes étapes de leurs parcours - amateurs ou professionnels - a pris une place primordiale dans le projet des structures adhérentes de nos réseaux ; mais cette mission se décline en des activités très diverses, parfois difficiles à appréhender par le biais des indicateurs classiques et encore peu valorisées et reconnues ».

Les résultats proposés témoignent à la fois de la diversité des services dévolus aux musiciens, mais également de l'éthique et des méthodes de l'accompagnement. Ils révèlent surtout la place de plus en plus prépondérante qu'occupe ces services dans l'activité des structures qui les portent : « dans les projets de la plupart des lieux et des structures de musiques actuelles, ce qui était autrefois sinon marginal, du moins secondaire, est devenu majeur » affirme les auteurs.

Ce constat ne se limite pas aux structures spécialisées puisque 49% de ceux qui proposent un accompagnement sont des lieux pluridisciplinaire type MJC. Par ailleurs, la plupart des structures proposent plusieurs types de service (65 % en propose au moins 3), à savoir de l'accueil/orientation, de la répétition, de l'enregistrement, de l'espace scénique ou des dispositifs d'accompagnement.

LIRE L'ÉTUDE

Semaine du 22 au 28 janvier

lun, 01/22/2018 - 12:49

Chaque semaine, retrouvez les principaux rendez-vous professionnels, aides et appels à candidatures de la musique : rencontres, ateliers, forums, AG, salons, concours, tremplins, etc.



22 JANVIER

CONCOURS (date limite de candidature)
Mixage Fou 2018




22 JANVIER

RENCONTRE
Introduction aux contrats liés aux disques
Strasbourg / Fédération Hiéro



23 JANVIER

RENCONTRE
Bien monétiser ses vidéos sur Youtube
Toulouse



23 JANVIER

RENCONTRE
Agi-Son en Occitanie
Nîmes



23 JANVIER

RENCONTRE
Rencontre professionnelle avec Thierry Dupin
Paris



23 - 24 JANVIER

RENCONTRE
Rencontres techniques de la Fédélima
Nîmes



24 JANVIER

RENCONTRE
Le festival comme outil de développement territorial : la fin d'un modèle ?
Paris



24 JANVIER

RENCONTRE
Concertation « développement artistique » en Nouvelle-Aquitaine
Mérignac (33)



24 JANVIER

APPEL À TOURNÉES (date limite de candidature)
French Nordic Tour




25 - 28 JANVIER

SALON
The NAMM Show
Anaheim (USA)



25 - 27 JANVIER

SALON
European Radio Show
Paris



25 JANVIER

RENCONTRE
Agi-Son en Auvergne-Rhône-Alpes
Feyzin (69)



25 JANVIER

TREMPLIN (date limite de candidature)
Papillons de Nuit




26 JANVIER

RENCONTRE
Quels financements publics et privés pour les projets culturels de territoires ?
Saint-Genix-Sur-Guiers (73)



26 JANVIER

RENCONTRE
Rencontre professionnelle musiques actuelles
Bordeaux



27 - 28 JANVIER

SALON
Salon des formations artistiques
Paris



28 JANVIER

DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT (date limite de candidature)
Midem Artist Accelerator




RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET (tremplin, dispositif d'aide, etc.)
ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Veille d'actualités - Semaine 3

ven, 01/19/2018 - 12:48

Cette semaine : interventions de Françoise Nyssen au CNPS et aux BIS, communiqué des réseaux, bilan Yacast, la difficile vie d'artiste, l'utilité sociale du producteur, bilan BIS 2018, création d'Octopus, etc.

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

Intervention de Françoise Nyssen, à l'occasion du Conseil national des professions du spectacle

À l'occasion d'un discours au CNPS, la ministre a évoqué les missions portées par son ministère vis-à-vis du spectacle vivant : le soutien à la création, la simplification et la réforme des systèmes d'aides, mais également l'urgence de répondre à l'enjeu de la "ségrégation culturelle".



BIS 2018 : Comment Françoise Nyssen tente de rassurer les professionnels du spectacle vivant

Dans une allocution prononcée aux BIS de Nantes, la ministre de la Culture a déroulé sa feuille de route et a promis qu'il n'y aurait pas d'économies budgétaires.




Buffet froid aux BIS

La ministre de la Culture n'a pas abordé les sujets d'actualité aux BIS de Nantes. Une douche froide pour les représentants de la musique présents.




Pour une concertation sur les politiques publiques en faveur des musiques

Dix-huit organisations, fédérations et réseaux du monde de la musique ont signé un communiqué à l'occasion des BIS de Nantes et demandent à l'État que les acteurs de droit privé représentant des structures relevant de l'intérêt général soient pris en compte dans la définition d'un centre national de la musique et dans la politique globale du ministère de la Culture.



« Réaffirmons l'utilité sociale des producteurs ! »

Suite à l'étape nantaise du Tour de France du développement d'artistes, les structures de productions expriment leurs problématiques et s'accordent sur l'affirmation d'une éthique professionnelle partagée. Avec l'appui des pôles et réseaux régionaux, ils lancent ensemble une première étude commune nationale.



Bilan 2017 Yacast

Comme chaque année, Yacast publie les bilans de l'année passée en matière de diffusion et de programmation musicale à la radio, la télévision et en clubs.




Chanson française : la difficile vie d'artiste

Dans un marché qui connaît des évolutions majeures avec l'essor du streaming, les tenants d'une chanson française dite traditionnelle ont du mal à se faire connaître d'un public de plus en plus volage



En bref : Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Création d'Octopus, fédération occitane des musiques actuelles

mar, 01/16/2018 - 15:47

Suite au regroupement des deux anciennes Régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, les réseaux Avant-Mardi et RCA s'associent au sein de la fédération Octopus pour porter conjointement la voix des 69 structures musicales adhérentes.

Née de cette fusion, l'association Octopus est une fédération indépendante qui développe des projets d'intérêt collectif au bénéfice du territoire et des acteurs des musiques actuelles. Elle porte un ensemble d'actions auprès de ses adhérents (ressource, formation, développement artistique, mutualisation et mise en réseau) et entend "peser sur les politiques culturelles qui lui sont destinées à travers la notion de co-construction des politiques publiques".

La liste des adhérents :

11 Bouge - ADDA 32 - ADDA 46 - ADDA 81 - ADDA 82 - Africajarc - AJAL - Antistatic - Arc-en-Ciel - Arpèges et Trémolos - Art'Cade - Bajo el Mar / Le Phare - Bouge Tranquille - Le Cartel Bigourdan - Collectif Culture Bar-Bars - Collectif KOA - Contre-Courant - Convivencia - Courants d'Art - Cricao - Détours du Monde - École John - ENAC / Centre Culturel Léonard de Vinci - Entre Noir et Blanc - Escambiar - FLIM - Freddy Morezon Productions - I.M.A.J / Le Cri'Art - Illusion & Macadam - Jazzamèze / Festival de Thau - Jerkov - Kalakuta Productions - Klakson - KPCM - L'Été de Vaour - La Casa Musicale - La FéMAG - La Petite - Label ID - Label Mektoub - Le Bijou - Le Bikini - Le Garage Électrique - Le Rio - Les Docks - Les Elvis Platinés - Les Jeudis du Rock - Les Nuits Couleurs - Lo Bolegason - Ma Case - Métisète / Fiest'A Sète - MJC Cahors - Multimusique - Music'Al Sol - Oc'Live / Le Club - OCVH / Le Sonambule - Ox'Ivent - Paloma - Pollux - Printival - Productions du Vendredi - Reg@rts - Rocktime - Rotation - Stand'Art / Victoire 2 - Terre de Couleurs - Théâtre de l'Archipel / Elmediator - Topophone - Ulysse Maison d'Artistes

Conseil d'administration d'Octopus :

Co-Présidente : Laura DELAUNAY (Multimusique)
Co-Président : Mathieu SIORAT (OCVH / Le Sonambule)
Vice-Présidente : Claire PUJOL (Music'Al Sol)
Vice-Président : Pierre GAU (Art'Cade)
Trésorière : Céline VIDAL (Convivencia)
Vice-Trésorier : Olivier NICAISE (Lo Bolegason)
Secrétaire : Marc THOUVENIN (I.M.A.J / Le Cri'Art)
Vice-Secrétaire : Isabelle PETIT (Stand'Art - Victoire 2)
Membre : Flavie VAN COLEN (Paloma)
Membre : Clara GIANNECHINI (Courants d'Art)
Membre : Bénédicte ROUX (La FéMAG)
Membre : Élise DELESTRE-CASASNOVAS (Contre-Courant)
Membre : Fabien MOUTET (Détours du Monde)

Équipe :

Directeur : Cyril DELLA-VIA
Responsable de l'Administration : Faustine ALIOT
Responsable de l'Information-Ressource : Alexandre BARTHÈS
Chargé de l'Information-Ressource & de Communication Numérique : Guillaume GOUZY
Responsable de la Formation Professionnelle : Chloé PERROT
Assistante Formation : Marion FARDI
Chargée de Prévention & d'Actions Culturelles : Charlotte FOUSSARD

Le site web d'Octopus

Semaine du 15 au 21 janvier

lun, 01/15/2018 - 13:28

Chaque semaine, retrouvez les principaux rendez-vous professionnels, aides et appels à candidatures de la musique : rencontres, ateliers, forums, AG, salons, concours, tremplins, etc.



15 JANVIER

TREMPLIN (date limite de candidature)
Musiques de R.U




15 JANVIER

APPEL À PROJETS (date limite de candidature)
Compilation African music in Europe




15 JANVIER

TREMPLIN (date limite de candidature)
Level Up





15 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien aux actions de formation dans le domaine de l'audiovisuel musical
Sacem



15 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien aux concours de composition et d'interprétation
Sacem



15 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien aux festivals audiovisuels et actions professionnelles
Sacem



15 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien aux festivals de musiques actuelles
Sacem



16 JANVIER

RENCONTRE
Tour de France du développement d'artistes
Nantes



17 JANVIER

RENCONTRE
Women in Music
Londres (Angleterre)



17 JANVIER

FORUM
Forum du Son - État des lieux de l'innovation sonore, comment les entreprises et les industries peuvent en tirer profit ?
Chalon-sur-Saône (71)



17 - 20 JANVIER

FORUM
Eurosonic Noorderslag
Groning (Hollande)



17 - 18 JANVIER

SALON
BIS - Biennales internationales du spectacle
Nantes



17 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien à la production/diffusion de spectacles
CNV



18 JANVIER

APPEL À PROJETS (date limite de dépôt)
Europe Créative : projets collaboratifs innovants




18 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien à la structuration et au développement professionnel
CNV



18 JANVIER

RENCONTRE
Administrer son projet artistique
Paris



18 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Aide à la création
SPPF



18 JANVIER

TREMPLIN (date limite de candidature)
Tremplin 7ème Vague




18 JANVIER

DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT (date limite de candidature)
Pépinière d'Artistes Nomades Kultur




19 JANVIER

RENCONTRE
La musique à l'image : évolution, influences et enjeux
Le Mans



19 JANVIER

SÉMINAIRE
Sound Studies
Paris / BNF



19 JANVIER

DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT (date limite de candidature)
Le SAS
Paris / BNF



19 JANVIER

RENCONTRE
Présentation de la scène jazz finlandaise
Paris / Bureau-Export



19 JANVIER

DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT (date limite de candidature)
Accompagnement artistique MAAD93
MAAD93



19 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Export 1 – Musiques Actuelles
Bureau Export



20 JANVIER

RENCONTRE
Festival 7.8.9.2 : rencontre avec un manager
Nanterre



20 JANVIER

DISPOSITIF DE REPÉRAGE (date limite de candidature)
Trans Cévenoles




20 JANVIER - 4 FÉVRIER

RENCONTRE
Semaine du son
France entière



21 JANVIER

DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT (date limite de candidature)
Parcours - Développer son projet
FGO Barbara



RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET (tremplin, dispositif d'aide, etc.)
ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Veille d'actualités - Semaine 2

ven, 01/12/2018 - 14:06

Cette semaine : Marc Schwartz quitte le cabinet Nyssen, Facebook signe des accords (Universal, Sony ATV, Kobalt…), création d'un fonds musical pour la jeunesse, réouverture du Confort Moderne, musique en prime time, enceinte et blockchain…

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

Ministère de la Culture : Laurence Tison-Vuillaume succède à Marc Schwartz

Surprise. Dans un communiqué, le ministère de la Culture annonce le départ de Marc Schwartz de la direction de cabinet de Françoise Nyssen qu'il occupait depuis mai 2017. Pour lui succéder, Mme Nyssen a choisi Laurence Tison-Vuillaume, jusqu'alors directrice-adjointe du cabinet.



La musique en prime time à l'épreuve des audiences

L'exposition de la musique à la télévision est une préoccupation récurrente des filières de la musique et du spectacle. 2017 n'a pas été une année déterminante en la matière. Mais les attentes des professionnels vis-à-vis des diffuseurs sont intactes.



Qwant, le Google français qui se lance dans la musique

Qwant lancera au 1er trimestre 2018 un moteur de recherche dédié à la musique et centré sur la découverte des artistes. Selon la start-up, aucun index de ce type n'existe encore, pourtant 20 % des requêtes en ligne concernent la musique.



Une enceinte connectée alimentée par une blockchain qui paye les artistes quand vous applaudissez !

Le projet Musicoin et ROCKI ont annoncé la création de Volareo, le premier haut-parleur intelligent du monde alimenté par la technologie blockchain.



Que va changer l'accord entre Facebook et Universal Music ?

En attendant un éventuel accord avec les deux autres majors de l'industrie musicale Warner et Sony, le réseau social place ses pions sur un marché où Amazon, Google et Apple ont déjà fait leur trou.




Après Universal Music Group, Facebook signe un contrat avec Sony / ATV

Facebook a finalisé un accord avec Sony / ATV garantissant que les utilisateurs du réseau social n'auront pas de vidéos contenant de la musique protégée par des droits d'auteur de l'éditeur.




Facebook signe trois nouveaux accords de licence musicale

Après ses accords avec Universal et Sony/ATV, Facebook a signé 3 nouveaux contrats de licence musicale avec HFA/Rumblefish, Kobalt Music et Global Music Rights.




Le français Qobuz se lance à la conquête de l'Amérique

Au CES de Las Vegas, le service de streaming musical a annoncé son intention de s'implanter sur le marché américain mi-2018.




Publication de l'annuaire 2018 des startups de la musique

Après avoir publié la deuxième édition de l'enquête Startups de la musique en octobre dernier, l'IRMA publie l'annuaire des 334 startups françaises intervenant dans le domaine musical.




Lancement d'un Fonds musical pour l'enfance et la jeunesse

Le Fonds musical pour l'enfance et la jeunesse est un fonds de dotation national créé par les JM France pour accompagner les actions d'éducation artistique et culturelle musicales menées sur le territoire.



Panorama des projets et des lieux de la Fedelima

Dans le cadre d'une observation participative et partagée, la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) propose une série de chiffres clés permettant une meilleure lecture de l'ensemble des projets et lieux qui composent la fédération.



Ouverture du nouveau Confort Moderne, rencontre avec Yann Chevallier

A l'issue de 16 mois de travaux, le Confort moderne renait à Poitiers sous l'impulsion de Yann Chevallier son directeur et Nicole Concordet, l'architecte choisie pour cette réhabilitation augmentée.



En bref : Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Panorama des projets et des lieux de la Fedelima

jeu, 01/11/2018 - 12:54

Dans le cadre d'une observation participative et partagée, la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) propose une série de chiffres clés permettant une meilleure lecture de l'ensemble des projets et lieux qui composent la fédération.

Ces données regroupent une sélection d'indicateurs et de graphiques réalisés à partir des informations d'activité 2016 des adhérents de la Fedelima.
112 lieux sur les 141 membres de la fédération ont participé à cette enquête portant sur leur exercice d'activité 2016, soit un taux de participation de 79,4%.

Profil des lieux et projets

  • 20 ans d'existence en moyenne (activité musiques actuelles)
  • 69.6 % sont en milieu urbain, 19.6% sont urbains en environnement rural et 10.7% en milieu rural
  • 75.9 % sont des associations loi 1901
  • 66.1 % sont labellisés « Scène de Musiques Actuelles » (SMAC) par l'État (ou en cours de l'être)
  • 13.4 % sont en Délégation de Service Public (DSP)
  • 75.9 % appliquent la convention collective Nationale des Entreprises Artistiques et Culturelles (CCNEAC) et 16.1 % la Convention Collective Nationale de l'Animation

Types de structure

  • 75,0 % sont des lieux dédiés musiques actuelles
  • 12,5 % sont des lieux à pluriactivités et/ou pluridisciplinaires
  • 7,1 % sont des projets musiques actuelles sans équipement fixe
  • 5,4 % sont des lieux d'accueil et d'accompagnement des pratiques artistiques

Activité(s) des lieux
Les structures proposent en moyenne 9 activités/services différents (minima : 3 et maxima : 15), dont :

  • Organisation de concerts en salle(s) en saison pour 100 % des lieux
  • Accompagnement d'artistes pour 95.5 %
  • Actions culturelles pour 93.8 %
  • Création/Résidences pour 93.8 %
  • Répétition en studio et/ou sur scène pour 83,0 %
  • Accompagnement de projets pour 80,4 %
  • Information/Ressource pour 56.3 %
  • Concerts jeune public pour 54.5%
  • Enregistrement son pour 46,4 %
  • Expositions pour 44.6 %
  • Formations administratives et/ou techniques pour 36.6 %
  • Enseignement musical/Formation artistique pour 29.5 %
  • Multimédia/Numérique pour 20.5 %
  • Bar (en dehors des concerts) pour 13,4 %
  • Restauration (en journée) pour 7.1 %
  • Production audiovisuelle pour 7.1 %

Organisation de concerts
En salle(s) :

  • 553 places de jauge moyenne pour les salles de concerts principales (allant de 100 à 1 999 places / médiane : 492)
  • 50.9 % des lieux disposent d'une seconde salle de concerts (« club ») en complément de leur salle de concerts principale (d'une jauge de 246 places en moyenne / médiane : 200)
  • 6 684 représentations /soirées organisées par saison pour les 112 répondants (60 en moyenne par lieu / médiane : 53)
  • 1 881 119 entrées (payantes + exonérées + gratuites) en salle (hors festival) par an pour les 112 répondants (16 796 en moyenne par lieu / médiane : 10 362)
  • 14 076 artistes/formations programmés par an pour les 112 répondants (126 en moyenne par lieu / médiane : 94)
  • 13.6€ prix moyen d'un billet plein tarif proposé (médiane : 13.8 €)

En festival(s) :

  • 44 lieux (39.3%) organisent au moins 1 festival par saison
  • 408 579 entrées entrées (payantes + exonérées + gratuites) cumulées pour l'ensemble des 56 festivals organisés (7 429 entrées en moyenne par festival / médiane : 1 800 entrées)

Ressources humaines

  • 1 230 salariés permanents
  • 1 056.6 salariés permanents en équivalents temps plein (ETP)
  • 42.4 % de femmes & 57.6 % d'hommes
  • 11 210 salariés hors permanents
  • 5 387 bénévoles

Budgets
Recettes :

  • 998 361 € de budget en moyenne ( médiane : 814 228 €)
  • 59 % de part de financements publics en moyenne
  • 37 % de part de recettes propres en moyenne
  • 4 % de part d'autres recettes en moyenne

Charges :

  • 42 % de salaires bruts + cotisations patronales en moyenne
  • 16 % d'achats de spectacles
TÉLÉCHARGER LES CHIFFRES CLÉS DE LA FEDELIMA

Patrick Printz : « Les producteurs belges sont naturellement tournés vers l'Europe »

mer, 01/10/2018 - 10:56

Depuis plus de 25 ans, Patrick Printz dirige Wallonie Bruxelles Musiques, une structure dédiée à l'export et la promotion internationale des artistes de Belgique francophone. À quelques semaines de son départ en retraite, il nous explique les évolutions de son métier, de la scène belge et des carrières d'artistes.

Comment se structure l'aide à l'export de la musique wallonne ?

Pour la partie francophone de la Belgique, les autorités équivalant en France au ministère de la Culture et au ministère des Affaires étrangères financent Wallonie Bruxelles Musiques depuis sa création en 1984. Elles ont également été à l'initiative de structures similaires dans d'autres domaines créatifs, des modèles de micro-organisations destinées à soutenir l'export et la promotion internationale dans leur domaine respectif. Cette souplesse permet de s'adapter rapidement aux demandes des professionnels et, puisque notre territoire est extrêmement exigu, la première attente des professionnels est de s'orienter vers les territoires avoisinants.

Avec la mutation de la filière musicale, comment ont évolué les actions de Wallonie Bruxelles Musiques ?

Les transformations de l'industrie musicale nous ont effectivement obligés à faire évoluer nos axes de travail. Nous continuons à accompagner des professionnels et des artistes sur les salons internationaux mais, au départ, nous nous déplacions au Midem ou au Popkomm et étions principalement positionnés sur l'industrie de l'enregistrement sonore. Puis, à partir des années 2000, nous avons anticipé le déclin de ces salons emblématiques en s'orientant vers des secteurs de niche et en travaillant mieux le lien entre spectacle vivant et musique enregistrée. Nous avons ainsi décliné notre présence sur des marchés spécifiques comme le Womex, Babel Med Music, Visa for Music, Jazzahead ou Classical Next par exemple, des lieux de rencontres propres à un genre et où se retrouvent les différentes branches d'un secteur.
Nous nous déplaçons également sur des événements au profil plus pop/rock/électro comme Eurosonic, Mama ou Great Escape. Ce sont des temps qui ont des effets amplificateurs car ils réunissent de nombreux professionnels internationaux avec lesquels nous pouvons nouer des partenariats comme le festival Voix de Fête à Genève, Coup de Cœur à Montréal, les Francofolies, le Printemps de Bourges, etc. L'idée est de formaliser des partenariats qui permettent de présenter et de mettre en évidence les artistes de chez nous.

« Le coaching s'effectue auprès de nos experts implantés dans différents pays européens, mais aussi au Japon ou en Chine »

En parallèle, un autre axe que nous avons développé est l'accueil de professionnels étrangers dans les grandes manifestations qui ont lieu en Belgique francophone comme Les Nuits Botaniques, Dour Festival, les Francofolies de Spa, etc. Nous les invitons et cela nous permet de leur montrer les artistes en situation. Ensuite, ce sont les professionnels étrangers qui font leur choix car, en tant qu'organisme public, Wallonie Bruxelles Music n'a pas à se positionner en matière de choix artistique.
Nous proposons également un système de coaching pour les professionnels et artistes belges en finançant de 3 à 5 heures d'expertise sur leur projet de développement international. Ce coaching s'effectue auprès de nos experts implantés dans différents pays européens mais aussi au Japon ou en Chine.

Vu l'étroitesse du pays, l'Europe semble être le terrain de jeu naturel de la musique belge…

Tout à fait. Notre territoire ne fait que 100 km sur 200 et il y a moins d'habitants en Belgique francophone que dans la Région Hauts-de-France par exemple. Donc naturellement, les producteurs belges sont tournés vers l'Europe, avec la particularité que les professionnels francophones se dirigent en premier lieu vers la France - même ceux qui parlent correctement anglais - alors que leurs homologues flamands s'orientent directement vers la Grande-Bretagne.
Il y a une dizaine d'années, la demande des professionnels francophones a cependant évolué, leur volonté étant de se déployer plus efficacement sur les marchés allemand, hollandais, anglais et suisse. Nous les avons accompagnés dans cette démarche et, lorsqu'on regarde les statistiques, on s'aperçoit qu'entre 2010 et aujourd'hui, la part française des concerts produits à l'étranger est passée de 70% à moins de 50% au profit de ces autres pays européens.

« Pour la plupart, les artistes sont devenus des artistes-producteurs »

Comment se compose le tissu professionnel en Belgique ?

Côté maison de disques, Pias est une entreprise structurée et implantée dans différents pays. Sur le spectacle, Live Nation est un opérateur international majeur qui est non seulement producteur, mais aussi agence de booking pour de nombreux artistes étrangers, qui a son propre festival et des participations dans d'autres événements, et qui est également devenu roster d'artistes locaux.
Pour le reste, ce sont des micro-entreprises où travaillent entre 0 et 4 personnes avec parfois du bénévolat. À Wallonie Bruxelles Musiques, nous travaillons avec ces acteurs là. Pour ceux qui ont une structure juridique, ce sont pour deux tiers des associations et un tiers des structures commerciales et, en ce qui concerne les artistes, ils sont pour la plupart d'entre eux devenus des artistes-producteurs aujourd'hui.

Que représentent ces micro-entreprises en matière d'export ?

On regarde toujours les chiffres de l'export sur la base des grandes réussites, mais notre objectif est de créer de l'activité économique à tous les niveaux. On met toujours en évidence des Stromae ou d'autres top artistes, mais il y a des acteurs dont on ne parle pas, des petites structures qui génèrent des revenus pour des artistes et pour eux-mêmes, avec des tournées qui font entre 80 à 100 concerts par an. Il s'agit d'un enjeu important pour nous : ne pas travailler sur ce qui est le plus visible mais pour l'ensemble du secteur musical, quels que soient les genres.
Les répercussions de notre travail se concrétisent aujourd'hui dans le nombre de concerts à l'étranger qui a pratiquement doublé ces sept dernières années, bien que cela soit à nuancer en fonction des genres. S'il est vrai que nous vivons actuellement une période faste au niveau du pop/rock, c'est par exemple moins le cas dans le domaine du jazz.

« On met toujours en évidence des Stromae ou d'autres, mais il y a des acteurs dont on ne parle pas »

Quels sont les liens entre les industries musicales belge et française ?

Il y a une réalité : à partir du moment où un projet prend de l'ampleur et devient international, ce sont souvent des partenaires français qui prennent le relai. Nous l'avons vu avec Stromae, et c'est maintenant pareil pour Angèle ou Mélanie de Biasio. Dès qu'une capacité d'investissement relativement importante s'avère nécessaire, souvent les projets belges se développent à partir de la France.

Quel regard portez-vous sur le secteur musical en France ?

À mon avis, vous êtes le pays qui a le plus de mécanismes de soutien aux entreprises culturelles et musicales. De notre côté, nous n'avons pas de taxe sur le spectacle dont une partie est réinvestie. Il y a bien une taxe shelter qui vient d'être instaurée sur le spectacle vivant, mais les musiques actuelles en ont été exclues. Cela fonctionne pour le théâtre, la danse, les musiques classiques, mais pas pour les "musiques actuelles" comme vous dites en France.
Ce qu'il faut savoir également est que nous n'avons pas d'équivalant à la loi Lang qui oblige les sociétés de gestion collective à reverser 25% de la rémunération pour copie privée à des actions culturelles ou de promotion. Ceci est déterminant car quasiment 100% de ce que les sociétés de gestion collective belges perçoivent est rétrocédé en droits, il n'y a pas de ponction pour les aides.
En France, vous avez aussi les mécanismes de crédit d'impôt, les moyens complémentaires apportés par l'IFCIC, donc vous avez des dispositifs qui permettent de soutenir l'industrie musicale de manière assez conséquente. C'est incomparable à ce qui ce fait chez nous.

« Dans ce métier, c'est compliqué de voir la difficulté des artistes à perdurer »

L'Union européenne a-t-elle un rôle à jouer sur les marchés de la musique ?

Il y a une adaptation des actions à mettre en place, et justement l'Europe est en train de repenser ses programmes pour la musique. Donc oui, elle a un rôle à jouer. Des expériences comme l'European Music Office [NDLR : le Bureau européen de la musique, auquel Patrick Printz a participé] ou la tenue de la convention Eurosonic sont des éléments encourageants. Ce sont des mécanismes qui permettent d'améliorer la circulation des projets.
En revanche, une des difficultés est qu'aujourd'hui beaucoup d'artistes veulent créer avec des artistes d'autres pays, mais souvent les mécanismes nationaux ne sont pas appropriés pour soutenir ce type de projet.

Après 25 ans passés à la tête de Wallonie Bruxelles Music, quel regard portez-vous sur l'évolution des carrières artistiques ?

Nous sommes dorénavant dans un rythme de zapping artistique. Dans les années 90, nous arrivions encore à construire une carrière d'artiste sur du long terme, mais tout le monde veut de la nouveauté aujourd'hui, y compris les programmateurs, donc c'est devenu plus compliqué de travailler sur des carrières longues.
Avec la démocratisation des moyens de production, il y a de plus en plus de personnes qui veulent s'exprimer artistiquement et on se trouve rapidement confrontés à des goulets d'étranglement. Et puis, il y a aussi un problème à régler au niveau du statut de l'artiste, que ce soit chez nous en Belgique ou chez vous en France il me semble.
Dans ce métier, c'est compliqué de voir la difficulté des artistes à perdurer. Sur les 25 ans passés à WBM, si je regarde le nombre d'artistes que nous avons vu défiler et ceux qui persistent dans la profession… C'est quand même un métier extrêmement complexe à mettre en œuvre !

Propos recueillis par Mathias Milliard Un message de pré-départ à la retraite de Patrick Printz :

LE SITE DE WALLONIE BRUXELLES MUSIQUES

Concours, tremplins, appels à candidatures…

mar, 01/09/2018 - 15:18

Musiciens et artistes, préparez les prochains concours, tremplins et appels à projets pour développer votre carrière.

Tremplin Décibulles
Date limite de dépôt : 11 janvier 2018
Ouvert aux artistes émergents d'au moins trois ans d'existence du territoire alsacien.





Jazz migration
Date limite de dépôt : 12 janvier 2018
Ouvert aux groupes (du duo au quintet) résidant en France métropolitaine de jazz et de musiques improvisées dont la moyenne d'âge est inférieure à 35 ans et parrainé par un diffuseur basé en France.





Mégaphone Tour
Date limite de dépôt : 14 janvier 2018
Ouvert aux artistes auteurs-compositeurs-interprètes émergents francophones (en solo ou duo).





Musiques de R.U
Date limite de dépôt : 15 janvier 2018
Ouvert aux groupes de tous styles musicaux composés d'une moitié d'étudiants au minimum.





Level Up
Date limite de dépôt : 15 janvier 2017
Ouvert aux artistes débutants et/ou émergents de Seine-et-Marne.





Tremplin 7ème Vague
Date limite de dépôt : 18 janvier 2018
Ouvert aux groupes des Pays de la Loire, Bretagne et Poitou-Charentes.





Pépinière d'artistes Nomad Kultur
Date limite de dépôt : 18 janvier 2018
Ouvert aux groupes/artistes en voie de professionnalisation résidant dans la région Paca.





Le Sas
Date limite de dépôt : 19 janvier 2018
Ouvert aux groupes/artistes amateurs en voie de professionnalisation résidant en Loire-Atlantique.





Les Transes Cévenoles
Date limite de dépôt : 20 janvier 2018
Ouvert aux groupes/artistes amateurs de musiques actuelles en voie de professionnalisation résidant en Occitanie.





Parcours-FGO-Barbara
Date limite de dépôt : 21 janvier 2018
Ouvert aux groupes/artistes ayant un répertoire constitué à 90 % de titres originaux, un "set" d'une durée de 30 minutes environ et dont la moitié des membres du groupes doit résider à Paris.





The French Nordic Tour, Spring 2018
Date limite de dépôt : 24 janvier 2018
Ouvert à un DJ/artiste solo/groupe professionnel en musique électronique projetant une tournée en Scandinavie.





Tremplin Papillons de Nuit
Date limite de dépôt : 25 janvier 2018
Ouvert aux groupes/artistes originaires de Normandie et proposant au moins 2 titres originaux.





Midem Artsist Accelerator
Date limite de dépôt : 28 janvier 2018
Ouvert aux groupes/artistes justifiant d'un entourage professionnel solide.





Festival de l'Oriolet
Date limite de dépôt : 31 janvier 2018
Ouvert aux groupes/artistes auteurs, compositeurs, interprètes non signés en major de disque.





Class'Eurock
Date limite de dépôt : 5 février 2018
Ouvert aux groupes de la Région Paca (musiciens de moins de 23 ans).





Rézzo Focal jazz à Vienne
Date limite de dépôt : 7 février 2018
Ouvert aux jeunes formations de jazz présentant des compositions originales, n'étant pas sous contrat avec une maison de disques.





Bucharest International Jazz Competition
Date limite de dépôt : 10 février 2018
Ouvert aux groupes de jazz de 6 membres maximum (musiciens, vocalistes de moins de 40 ans au 1er mai 2018).





Guitares en scène
Date limite de dépôt : 11 février 2018
Ouvert aux groupes (avec guitare-s) amateurs ou professionnels, signés ou non.





Tremplin Main Square Festival
Date limite de dépôt : 15 février 2018
Ouvert aux groupes/artistes de musiques actuelles des Hauts de France professionnels ou amateurs, non signés auprès de majors du disque.





Tremplin Jazz à Sète
Date limite de dépôt : 20 février 2018
Ouvert aux groupes de jazz émergents non distribués commercialement composés de 5 membres maximum.





Jeunes talents Jazz à Saint-Germain-des-Prés
Date limite de dépôt : 28 février 2018
Ouvert aux musiciens et compositeurs de jazz de moins de trente ans.





Pic d'Or
Date limite de dépôt : 28 février 2018
Ouvert aux auteurs, compositeurs et interprètes de tous styles et exclusivement d'expression française.





Tremplin Face & Si
Date limite de dépôt : 1er mars 2018
Ouvert aux groupes, artistes de jazz, blues, rock, classique, traditionnel, musiques du monde, chanson.





Fonds d'encouragement aux initiatives artistiques et culturelles des amateurs
Date limite de dépôt : 1er mars 2018
Ouvert aux groupes/artistes ayant un projet qui engagera le groupe/artiste dans une démarche artistique ou culturelle, différente de sa pratique habituelle.





Scène repérage chanson française
Date limite de dépôt : 1er mars 2018
Ouvert aux auteurs, compositeurs et interprètes de chanson résidant en Alsace et ayant au minimum 3 créations en français ou en langue régionale.





Jazz dans le bocage
Date limite de dépôt : 17 mars 2018
Ouvert aux groupes/artistes de jazz, de blues et de musiques voisines en voie de professionnalisation résidant dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.





Le Fair
Date limite de dépôt : 31 mars 2018
Ouvert aux groupes/artistes de musiques actuelles ayant effectué au moins 15 concerts en France entre le 1er janvier 2017 et le 31 août 2018, étant inscrits à la Sacem (ou en cours d'inscription), ayant un répertoire comportant au minimum 80% de compositions originales et ayant au moins un élément d'encadrement extérieur.





Auditions régionales JMF
Date limite de dépôt : variable selon les régions
Ouvert aux artistes professionnels proposant un spectacle jeune public et résidant dans la région organisatrice.





RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Annuaire 2018 des startups de la musique

mar, 01/09/2018 - 10:03

Après avoir publié la deuxième édition de l'enquête Startups de la musique en octobre dernier, l'IRMA publie l'annuaire des 334 startups françaises intervenant dans le domaine musical.

Depuis plusieurs années, l'IRMA référence, conseille et accompagne les startups qui développent des services innovants à destination des artistes, des professionnels de la musique et des publics.
Plus d'infos sur le pôle Musique & Innovation de l'IRMA

Ces services touchent au tracking, au spectacle augmenté, à la recommandation, à la promotion, à la pratique instrumentale et à bien d'autres champs encore. Partout où l'innovation sociale et technologique s'insère, de nouveaux outils voient le jour et se perfectionnent. Longtemps présentés comme des projets en devenir, il est temps de constater qu'il s'agit de services opérationnels, bien présents sur le marché du music business.

Pour affiner cette connaissance, l'IRMA a publié en octobre 2017 la deuxième édition de l'enquête Startups de la musique qui présente un ensemble de données socio-économiques à même de décrire le fonctionnement de ces services innovants de la musique, et ainsi de valoriser cet écosystème auprès des professionnels, des organismes et des partenaires institutionnels.

Pour compléter cette enquête et favoriser par ailleurs la mise en relation entre acteurs de la musique et de l'innovation, l'IRMA publie ici un annuaire expertisé et descriptif des 334 startups françaises intervenant dans le domaine de la musique.


Télécharger l'Annuaire 2018 des startups de la musique


334 structures (contacts et descriptif)
28 pages - format PDF
Prix : 40 €


Télécharger l'enquête 2018 Startups de la musique


Domaine d'enquête : Activités - Services - Produits - Financement - Accompagnement - Emploi - Fondateurs
15 pages - format PDF
Gratuit

Ces outils ont été conçu par le pôle Musique & Innovation de l'IRMA.

Semaine du 8 au 14 janvier

lun, 01/08/2018 - 12:54

Chaque semaine, retrouvez les principaux rendez-vous professionnels, aides et appels à candidatures de la musique : rencontres, ateliers, forums, AG, salons, concours, tremplins, etc.



8 JANVIER

AIDE (date limite de candidature)
Crédit d'impôt phonographique




8 JANVIER

TREMPLIN (date limite de candidature)
Seine Montante




8 JANVIER

TREMPLIN (date limite de candidature)
L'oiseau rare




8 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien au disque "Musiques"
FCM



8 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien au spectacle "Musique"
FCM



9 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien aux premières parties
CNV



9 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Avances de trésorerie
CNV



9 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien à la musique en images
FCM



9 - 11 JANVIER

CONGRÈS
Congrès ISPA (International Society for the Performing Arts)
New York (USA)



9 - 12 JANVIER

SALON
CES Tech
Las Vegas (USA)



11 JANVIER

TREMPLIN (date limite de candidature)
Tremplin du festival Décibulles
Alsace



11 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien aux promoteurs/diffuseurs et à la pré-production scénique
CNV



11 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien à l'activité des salles de musiques actuelles à Paris
CNV



11 - 13 JANVIER

CONFÉRENCE
Working in Music
Lausanne (Suisse)



11 JANVIER - 3 FÉVRIER

CONCOURS
Auditions régionales des Inouïs du Printemps de Bourges
France entière



12 JANVIER

RENCONTRE
Concertation en Nouvelle-Aquitaine
Angoulême



12 JANVIER

DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT (date limite de candidature)
Jazz migration
AJC



13 JANVIER

DÉBAT & SPEEDMEETING
Journée Infos musiciens
Chaville



14 JANVIER

DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT (date limite de candidature)
Mégaphone Tour




RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET (tremplin, dispositif d'aide, etc.)
ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Veille d'actualités - Semaine 1

ven, 01/05/2018 - 16:17

Cette semaine : Spotify attaqué par l'éditeur Wixen… et prêt à entrer en bourse, Vevo gagne en croissance, Musicoin & rémunérations, clubbing & niveau sonore, Europe de la musique, musique & innovation…

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

L'Europe abonde aux dispositifs de l'IFCIC

Grâce au soutien de la Banque européenne d'investissement et du Fonds européen d'investissement, l'Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles (IFCIC) renforce son offre de garanties et de prêts à destination des entreprises culturelles et créatives. 130 M€ de crédits supplémentaires sont prévus durant les 2 prochaines années.


Spotify : l'éditeur Wixen Music lui réclame 1,6Md$

Le service de musique en streaming fait l'objet d'une plainte déposée par l'éditeur Wixen Music Publishing qui détient les droits sur plus de 10.000 morceaux présents à son catalogue dont ceux de Neil Young, The Doors, Tom Petty ou encore Santana.



Entrée en bourse : Spotify passerait à l'action

Selon Axios, l'entreprise suédoise Spotify, leader du streaming audio, passe enfin à l'action quant à son entrée en bourse. Longtemps attendue, mais jamais réalisée, l'entrée pourrait se faire dans les premiers mois de la nouvelle année.



Vevo gagne en croissance

Vevo, la société de vidéo-clips détenue par un joint-venture de maisons de disques leader, a augmenté ses revenus de 30% en 2017 grâce à la croissance des audiences mondiales pour les vidéos de stars à gros budget



Via Musicoin, la musique diffusée sur Twitter offre maintenant des paiements instantanés aux musiciens

Plus de 2 000 musiciens, groupes et labels indépendants et vérifiés qui occupent Musicoin ont maintenant plus de pouvoir que jamais pour partager leur musique en ligne et être payés instantanément grâce à la technologie blockchain.


Clubbing : Faut-il baisser le son de nos nuits ?

Début août, un décret ministériel exigeait la baisse du niveau sonore des clubs et festivals en dessous de 102 décibels (au lieu de 105), pour le bien de nos oreilles. Le risque ? Une chute tonitruante de la santé de nos nuits blanches. Enquête sur un débat technique et complexe qui fait du bruit.



La musique est-elle le trait d'union qui manque à l'Union européenne ?

Il y a toujours eu de la suite dans les idées pour l'expression des sons dans le continent. Les logiciels de création de musique assistée par ordinateur les plus réputés sont nombreux à être originaires d'Europe, les applications de musique également. Ainsi, les acteurs européens ont de nombreux arguments en leur faveur concernant les divers aspects du monde de la musique.


Grâce à l'innovation, la musique explore de nouveaux territoires

A tous les niveaux, la création musicale est entrée depuis quelques années dans une transformation sans précédent de ses modes de création et de diffusion grâce au numérique. Les nouvelles technologies réinventent la musique en profondeur, permettant de diversifier pratiques et usages.



En bref : Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Débats et rencontres aux BIS

jeu, 01/04/2018 - 16:50

Les 17 et 18 janvier se tiendront les Biennales Internationales du Spectacle (BIS) à Nantes. Retrouvez le programme et les temps forts consacrés aux musiques actuelles.

Parmi les deux jours des BIS, plusieurs ateliers, forums ou tables rondes sont spécifiquement consacrés à des problématiques musicales. Retrouvez ici une sélection de ces rencontres (sinon, voir le programme complet sur le site des BIS).

Attention, l'inscription aux ateliers se fera à partir du 15 janvier à 10h.

Mercredi 17 janvier 2018 FORUMS

Le Live et l'export : quelles stratégies gagnantes

Le mercredi 17 janvier à 14h30 / Club de l'Atlantique
Rencontre proposée par le Bureau Export
Avec une croissance moyenne de 6% par an du chiffre d'affaires du secteur du spectacle musical et de variété entre 2012 et 2015 (chiffres Prodiss), le live est un levier de la diversité artistique et un vecteur de l'attractivité de la France à l'international.
En 2016, le live français, c'est aussi 60M d'euros de chiffre d'affaires en provenance de l'international grâce au travail des producteurs de spectacles qui exportent de plus en plus leurs artistes.
Quels sont les enjeux dans les années à venir ? Quels sont les parcours d'excellence pour réussir à l'international ? Dans quel(s) marché(s) en Europe et hors Europe ? Comment s'y aventurer ? Autant de questions qui seront au cœur des échanges entre plusieurs acteurs de la filière.

Avec :

  • Malika Séguineau, directrice Générale du Prodiss
  • Julia Le Groux, chef de projet / booking à Caramba
  • Benjamin Fournet, responsable booking à Pyr Prod
  • Clotaire Buche, co-founder/head of booking creative director à Junzi Arts
  • Gil Marsalla, dirigeant-fondateur de Directo Productions
  • Modérateur : Marc Thonon, directeur général du Bureau export

Concerts, droits d'auteur, streaming… Quelles sont aujourd'hui les sources de revenus des musiciens ?

Le mercredi 17 janvier à 14h30 / Salle 150
Rencontre proposée par NECTART
Nous sommes loin aujourd'hui du modèle qui a longtemps vécu dans le monde de la musique où la rémunération du musicien provenait en grande partie des royalties qu'il percevait sur les ventes de disque. La révolution numérique est passée par là engendrant d'autres modes de pratiques pour aboutir à ce paradoxe : on n'a jamais écouté autant de musique, mais elle n'a jamais rapporté si peu aux artistes.
L'économie de la filière se trouve entièrement bouleversée dans un contexte extrêmement concurrentiel et en mutation permanente, où le streaming s'impose comme le modèle dominant et où le spectacle vivant pèse désormais plus du double du marché de la musique enregistrée.
Dans ces conditions, que gagnent réellement les artistes sur la vente de leur musique ? Comment se répartissent désormais leurs revenus selon le type de diffusion (vente physique, téléchargement, streaming) ? Pour vivre de son art, le musicien ne doit-il pas désormais diversifier le plus possible ses activités : musique enregistrée, scène, droits et revenus éditoriaux (publishing), merchandising, exploitations audiovisuelles, synchronisations, développement sur le Net de sa fan base et du direct-to-fan ? Quelles sont les conséquences de la concentration économique dans le secteur ?

Avec :

  • Cyril Della-Via, directeur d'Avant-Mardi, réseau de musiques actuelles en Midi-Pyrénées
  • Emily Lecourtois, responsable développement chez SMartFr
  • Gildas Lefeuvre, journaliste spécialisé dans l'industrie musicale
  • Emmanuel Négrier, directeur de recherche en science politique au CNRS-Cepel (université de Montpellier)
  • Modérateur : Eric Fourreau, directeur des Editions de l'Attribut

Les musiques du monde n'ont jamais été aussi actuelles - Découverte artistique et chiffrée du secteur

Le mercredi 17 janvier à 14h00 au Lieu Unique
Rencontre proposée par Zone Franche
Que sont les Musiques du Monde et quel impact ont-elles aujourd'hui en France ? Des musiques traditionnelles aux scènes émergentes du monde entier, elles englobent des sonorités multiples, à la fois héritages culturels et vecteurs de création. Plus qu'un genre esthétique, les Musiques du Monde sont un outil politique et social qui promeut les droits culturels et la diversité, ses acteurs professionnels en sont les porte-voix. Entre présentation artistique et décryptage social et économique de ce secteur professionnel, Zone Franche le réseau des musiques du monde, vous propose un tour d'horizon de la discipline.

Avec :

  • Marie-José Justamond, directrice du festival Les Suds à Arles et membre du conseil d'administration de Zone Franche
  • Mounir Kabbaj, directeur de Ginger Sounds et secrétaire général de Zone Franche
  • Sébastien Lagrave, directeur du Festival Africolor et président de Zone Franche
  • Modératrice : Hortense Volle, journaliste, RFI

Quel avenir pour la mobilité artistique internationale en France et en Europe ?

Le mercredi 17 janvier à 15h30 au Lieu Unique
Rencontre proposée par Zone Franche
Face aux nombreux obstacles à la circulation internationale professionnelle en matière de visas, de fiscalité ou de droits sociaux, les législations françaises et européennes peinent à mettre en place des politiques culturelles cohérentes et respectueuses de la diversité culturelle.
Dans le contexte de tensions migratoires et sécuritaires que connaissent aujourd'hui les sociétés européennes, quelles mesures proposer pour faciliter et améliorer l'accueil des artistes étrangers en France et en Europe ? Quelle difficultés les professionnels de la culture rencontrent-ils aujourd'hui pour travailler à l'étranger ?
Zone Franche vous propose de partager avec les représentants de l'ensemble du secteur, les améliorations possibles en matière de circulation artistique internationale.

Avec :

  • Gwénola David-Gibert, directrice d'ARTCENA
  • Anita Debaere, directrice de PEARLE (Ligue européenne des associations d'employeurs dans le secteur des arts du spectacle)
  • Philippe Gautier, secrétaire général SNAM-CGT
  • Anaïs Lukacs, directrice de Mobiculture
  • Pierre Renauld, responsable juridique au Prodiss.
  • Agnès Wasserman, directrice du Pôle Ressource du CND-Centre National de la Danse
  • Modérateur : Sébastien Lagrave, directeur du festival Africolor et président de Zone Franche

Comment promouvoir la circulation des artistes de jazz en Europe

Le mercredi 17 janvier à 16h30 / Club de l'Atlantique
Rencontre proposée par Le Jazz LA
Plus que jamais l'enjeu de la mobilité artistique est grand, mais aussi en corollaire, celui d'une Europe culturelle affirmée. Nous nous attacherons avec nos invités à évoquer des expériences fructueuses et les scenarios qui peuvent être développés collectivement dans le champ du jazz.

Avec :

  • Charles Gil, tourneur, producteur et organisateur de festival en Finlande et dans les pays Baltes
  • Clare Hewitt, bureau musique « Creative Scotland », Ecosse
  • Laura Poldvere, présidente du réseau « Estonian Jazz Union », Estonie
  • Maaike Wuyts, productrice, directrice d'Aubergine Artist Management, Belgique
  • Antoine Bos, délégué général d'AJC (Association Jazzé Croisé), France
  • Philippe Ochem, président d'AJC et directeur du festival Jazzdor Strasbourg et du festival Jazzdor Strasbourg Berlin
  • Modérateur : Cyrille Gohaud, co-directeur de Nantes Jazz Action-Pannonica, Smac Jazz et Musiques improvisées, Nantes, réseau « le Jazz est LA »
ATELIERS

14h30

• Festivals et événements : la transition numérique pour gagner en efficacité
• Optimiser le pilotage de vos spectacles : croiser ses données billetterie et marketing
• L'accueil des artistes étrangers
• Comment faire une demande de soutien au CNV pour la diffusion de spectacles de musiques actuelles et variété (salles et festivals)
• Cashless : comment apporter une réponse correspondant aux attentes du public ?
• Spectacle vivant : l'innovation au service de la relation au public
• Les droits des artistes interprètes confrontés aux nouveaux médias
• Professionnels du spectacle, sécurisez vos engagements financiers face à l'intempérie, l'indisponibilité et l'attentat
• La coproduction d'un spectacle avec un artiste ou une société d'artistes
• Label Pestadd : l'outil de sélection des prestataires engagés
• Pourquoi et comment mener sa campagne de crowdfunding ?
• Les 26 trucs pour tirer parti des données dans le spectacle

16h30

• Billetterie et contrôle d'accès : l'exemple du Festival d'Avignon
• Education musicale en milieu scolaire : quels outils pour favoriser créativité et coopération entre artistes et enseignants ?
• Financer son projet culturel : quels dispositifs ? Quelles nouveautés ? Quelles stratégies ?
• Présentation du guide des métiers du spectacle vivant : enjeux et usages
• La nouvelle réglementation applicable aux caisses
• Le Fonds de professionnalisation et de solidarité des artistes et techniciens du spectacle : un accompagnement médico-social professionnel spécifique pour les Intermittents
• Lieux, événements, festivals : optimisez la gestion de vos équipes, artistes, publics et prestataires
• Musiques classiques, jazz et création : les enjeux de la diffusion (Présentation des résultats des études menées par la Fevis et Grands Formats)
• La SACEM se renforce dans le crowdfunding !
• Diffusion/booking : des méthodes et des outils pour mieux s'organiser ?
• Optimiser ses campagnes de communication via les données billetterie
• Slasher et spectacle : comment gérer une double activité
• Quelles politiques publiques pour la création de spectacles ?

ESPACE DD - DÉVELOPPEMENT DURABLE

Norme Iso 20 121, un label utile ?

Atelier
12h00-12h45 / Espace DD
Avec Erwan Gouadec, Secrétaire général, Association Trans Musicales, et Alexandre Guille, DAC adjoint et chef de projet ISO 20121 à la mairie de Saint-Raphaël
Modéré par Hervé Fournier, le Reeve

Génération entrepreneur : tensions et opportunités pour les artistes

Table-ronde
14h30-15h15 / Salle L
Avec Violaine Caudal, administratrice, les gens de la lune
Olivier Tura, directeur, Trempolino
Simon Hadjer, responsable artistique, Pypoproduction
Romain Boulay, fondateur, Millefeuilles Productions
Marc Martinez, co-fondateur, CAE OZ
Modéré par Carole Le Rendu-Lizée, titulaire de la chaire RH et Innovations Sociales dans le secteur culturel à Audencia Business School.

Innovations et développement durable dans le spectacle vivant

Table-ronde
16h15-17h15 / Espace DD
Avec Lucas Duchaine, directeur, Sylha
Bruno Graziana, directeur, Arts de la Scène
Modéré par Fabrice Jallet, coordinateur du pôle Musique & Innovation, Irma Atelier proposé par l'Irma, centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles

Parité femme/homme : les enjeux du booking

Débat
17h00-18h15 / Salle L
Avec Béatrice Desgranges, fondatrice et directrice, Marsatac
Joran Le Corre, programmateur et tourneur, Panoramas
Wart Fany Corral, co fondatrice de kill the dj, co commissaire du festival loud & proud à la gaité lyrique, ancienne programmatrice du pulp
Modéré par Georgia Taglietti, directrice de la communication, Sonar Festival et membre fondatrice de SheSaid.so

AUTRES TEMPS FORTS

Contributions économiques, valeurs sociales, culturelles et immatérielles : la scène et ses enjeux

Le mercredi 17 janvier à 12h00 / Salle 200
Rencontre proposée par le Prodiss
L'étude “En scène ! La contribution du spectacle musical et de variété à l'économie française” dévoile une analyse inédite sur le Live.
L'effet “levier de croissance” produit par le spectacle sur les territoires en France et à l'international, mène à la question de l'évolution nécessaire de la politique culturelle : quelles convergences entre économie et culture ?
Associé aux retombées économiques, sociales et culturelles induites par l'activité du Live, la valeur immatérielle produite joue un rôle prépondérant. L'ensemble des activités Industries Culturelles et Créatives ont en commun la créativité comme base de travail.
Quels sont ainsi les leviers de différenciation, de singularité et de compétitivité sur lesquels les acteurs du Live s'adossent dans le processus de création de valeur ? Capital matériel/immatériel : comment préserver la diversité entrepreneuriale et artistique grâce à ces deux valeurs complémentaires ?
A l'issue de cette conférence, le PRODISS vous invite à partager un moment convivial autour d'un cocktail déjeunatoire.

Intervenants :

  • Hugo Alvarez, manager EY
  • Christophe Davy, gérant de Radical Production
  • Luc Gaurichon, président du PRODISS, Gérant de Caramba Spectacles
  • Patrick Mathieu, fondateur de PMC Conseil : recherche & conseil en singularité des marques
  • Jérôme Tréhorel, directeur général du festival "Les Vieilles charrues"
  • Denis Turmel, directeur du Zénith Nantes Métropole
  • Modérateur : Romain Biggay, journaliste

Observer la diffusion du spectacle vivant régionale et nationale

Le mercredi 17 janvier à 16h30 / Salle 150
Rencontre proposée par le CNV
La diffusion de l'ensemble du spectacle vivant en France reste mal connue. Des initiatives sont pourtant lancées afin de consolider une connaissance existante mais trop fragmentée. Les participants de cette table ronde sont invités à échanger avec la salle sur les attentes et les perspectives d'un nouvel outil à construire pour améliorer la connaissance tant au niveau national que régional.

Spécial Billetterie

Le mercredi 17 janvier / Salle Nantes métropole
2 rencontres proposées par MyOpenTickets

16h30/17h15 : Billetterie : les nouveautés, les bonnes pratiques

La billetterie connaît actuellement une révolution sans précédent qui modifie radicalement l'ensemble de la chaîne de commercialisation. L'objectif de ce focus sera de réaliser un tour d'horizon des grandes tendances et principales mutations à venir (distribution, promotion, logiciels, stratégies de vente, avance de trésorerie par la billetterie).

Intervenants :

  • Pierre Ilias, président-fondateur d'Overact
  • Arnaud Averseng, directeur commercial de France Billet
  • Pierre-Henri Deballon, président-fondateur de Weezevent
  • Olivier Chandès, président-fondateur de 5B Event
  • Xavier Dupont, directeur de Digitick.com
  • Véronique Guimard, gérante-fondatrice de Talent Plus
  • Modérateurs : Eddie Aubin et Corinne Lefebvre (MyOpenTickets)

17h15/18h : Les usages des données en billetterie

Tout événement se compose de différents publics, dont le coeur de cible est le spectateur potentiellement intéressé. Le public, quel que soit son degré d'intérêt pour un événement, n'est ni uniforme, ni linéaire. C'est tout d'abord un ensemble de personnes qu'il faut arriver à connaitre avant d'essayer de lui vendre quoi que ce soit. L'objectif de ce focus sera de réaliser un tour d'horizon des principales tendances qu'offre les différentes API (Application Programming Interface) [ou interfaces] dans le champ de la billetterie (Option dans le tunnel d'achat, pointage billetterie, marketing digital, CRM et mutualisation des données).

Intervenants :

  • Laurent Sidier, président-fondateur d'Optionizr
  • Duong Phan, directeur général de Pims
  • Etienne Kemlin, gérant-fondateur de Festik
  • Marc Gonnet, directeur général et cofondateur de Delight
  • Ludovic Bordes, directeur général et cofondate de Tech'4'team
  • Modérateurs : Eddie Aubin et Corinne Lefebvre (MyOpenTickets)
Jeudi 18 janvier 2018 PETITS-DÉJEUNERS

A la Cité des Congrès, de 9h à 10h (dans la limite des places disponibles)

Quel centre national pour la musique demain ?

Petit-déjeuner proposé par La Lettre du Spectacle
Lieu : Club de l'Atlantique
Le rapport remis par Roch-Olivier Maistre en novembre a été salué par la filière musicale pour son engagement en faveur d'une « maison commune de la musique » qu'il conseille de baptiser centre national.
Cette année sera consacrée à préfigurer l'établissement promis pour le début 2019 et à ajuster les équilibres pour sa gouvernance, son financement et le champ de ses missions.
Les vraies discussions commencent…
Présenté par Yves Perennou, rédacteur en chef de La Lettre du Spectacle

La place de la musique dans les programmations jeune public

Petit-déjeuner proposé par les JM France
Lieu : Salle L
Souvent centrées sur le seul répertoire chanson, réduites au cliché de « pur concert » ou encore référencées sous le terme très générique de « théâtre musical », les programmations musicales pour l'enfance et la jeunesse restent de facto encore très minoritaires dans l'offre des salles dites pourtant pluridisciplinaires. La musique y est même parfois classée « à côté » du spectacle vivant, comme une offre un peu à part.
Au-delà des raisons de ce constat, comment mieux s'ouvrir à la diversité des langages et de propositions multi-disciplinaires qui sachent donner toute sa place à la musique vivante au cœur du spectacle, loin des classifications convenues ? La question n'est-elle pas de mieux connaître les nouvelles formes de création et de diffusion auxquelles les programmateurs peuvent se référer ?

Le Bureau Export, comment ça marche ?

Petit-déjeuner proposé par le Bureau export
Lieu : Salle i
Depuis 1993, Le Bureau Export accompagne la filière musicale française dans le développement de ses artistes à l'international, dans le domaine des musiques actuelles et des musiques classiques.
Chaque année, plusieurs centaines de projets de tous les styles musicaux bénéficient de son accompagnement. Le dispositif d'aide du Bureau Export s'adresse aux professionnels français actifs à l'export (producteurs phonographiques, producteurs de spectacles, éditeurs, distributeurs, managers, artistes auto-entrepreneurs, agents artistiques, ensembles indépendants) souhaitant être accompagnés dans leur travail de développement à l'international. Cet atelier permettra de présenter en détail les équipes, le fonctionnement et les dispositifs d'aides du Bureau Export.

Avec :

  • Marc Thonon, Directeur Général
  • Françoise Clerc, Directrice du classique et jazz
  • Corinne Sadki, Directrice du pole études, communication et développement digital
FORUMS

Les festivals et l'indépendance artistique : mythe ou réalité ?

Le jeudi 18 janvier à 14h00 / Salle i
Rencontre proposée par France Festivals
Les festivals sont de fertiles creusets de création, production et diffusion de projets artistiques fondant leur engagement sur la relation de confiance singulière établie entre les programmateurs.ices et les publics.
Si la liberté de programmation a été réaffirmée dans la récente loi CAP, cette liberté ne serait-elle pas en partie menacée aujourd'hui dans les festivals ? Quels ont été les impacts des profonds bouleversements des exécutifs territoriaux sur la conduite de ces événements artistiques ? Quelles sont les conséquences, sur les programmations, du phénomène de concurrence de plus en plus perceptible ? Comment comprendre et analyser l'implication de plus en plus forte de groupes privés dans la gestion de grands événements ?
Cette indépendance, si fortement revendiquée n'est-elle pas en train de s'effriter ?

Avec :

  • Paul Fournier, président de France Festivals
  • Béatrice Macé, co-directrice du festival des Transmusicales de Rennes
  • Paul Rondin, directeur délégué du festival d'Avignon
  • Benoit Thiebergien, directeur des Détours de Babel de Grenoble
  • Modératrice : Bénédicte Dumeige, directrice de France Festivals
ATELIERS

14h00

• La SACEM soutient…
• Billetterie, CRM, site web : réussir le déploiement de son écosystème numérique
• Les programmes d'aide de la division culturelle de la Spedidam
• Crédit d'impôt spectacle, mode d'emploi
• Billetterie web : stratégies, enjeux et retours d'expérience de la Folle Journée
• Stratégie de vente et auto-distribution : comment reprendre le contrôle de sa billetterie ?
• Les enjeux juridiques liés à Youtube pour le spectacle vivant
• Les bonnes pratiques du crowdfunding et du mécénat d'entreprises pour financer son projet de spectacle
• Le contrat de coréalisation à la loupe
• Comment faire une demande de dispositif de soutien aux entreprises et à leurs projets de spectacles de musiques actuelles ?
• Communication digitale ciblée et data management
• Nouvelle règlementation en matière sonore : la feuille de route d'AGI-SON et ses groupes de travail
• Le spectacle vivant et l'enjeu européen

16h00

• Une économie sociale du spectacle est-elle possible ?
• L'accueil des publics dans les studios de répétition en France
• Le Musicien Entrepreneur
• Les contrats du spectacle vivant : négociations et exécutions, incidents et ruptures
• Évaluer et prévenir les risques professionnels
• Protection sociale VS création ? Malaise (inéductable ?) dans la culture
• Qu'est-ce que/En quoi consiste le métier de régisseur/se son du spectacle vivant et de l'événementiel ?
• Les ordonnances Macron, nouvelle mise en scène du droit du travail : les incidences pour le monde culturel
• Les formations techniques du spectacle
• CréaMusic : Plateforme dédiée à la synchro et la musique à l'image ?
• Toutes les évolutions des métiers de la billetterie

ESPACE DD - DÉVELOPPEMENT DURABLE

La santé du musicien dans les musiques actuelles : pourquoi s'y intéresser et quels sont les enjeux pour les professionnels du spectacle ?

Table-ronde
14h00-15h00 / Espace DD
Avec Mesparrow
Dr André-François Arcier, président de Médecine des Arts
Eric Dufour, kinésithérapeute spécialisé
Modéré par Stéphanie Gembarski, FEDELIMA, et David Demange, Le Moloco - Espace Musiques actuelles du Pays de Montbéliard

AUTRES TEMPS FORTS

Les contrats de filière musiques actuelles et variétés : de nouveaux leviers pour les territoires

Le jeudi 18 janvier à 16h00 / Salle 150
Rencontre proposée par le Ministère de la Culture, le CNV, la Région Nouvelle-Aquitaine et les Pôles et réseaux régionaux de musiques actuelles
Depuis quelques années, les collectivités territoriales, le CNV et l'État travaillent à la construction de dispositifs territoriaux en collaboration avec les réseaux régionaux et les acteurs des musiques actuelles. Plusieurs conventions régionales ont été signées entre l'Etat, les collectivités et le CNV. Plus récemment, un contrat de filière a vu le jour en Nouvelle-Aquitaine, première étape vers les nouveaux modèles de contrats de filière que l'État souhaite déployer. Il s'agit de répondre aux enjeux de l'écosystème musical à travers le financement de coopérations, d'expérimentations et la mise en œuvre de formes originales d'actions, en instaurant un dialogue pérenne avec les parties prenantes. Cette table ronde vise à échanger autour des objectifs, des enjeux et des perspectives de cette démarche.

Intervenants :

  • Philippe Nicolas (CNV)
  • Frédéric Vilcocq (Région Nouvelle-Aquitaine)
  • Boris Colin (Haute Fidélité, Pôle régional musiques actuelles Hauts-de-France)
  • Des représentants de la DGMIC, de la DGCA, et DRAC (Ministère de la Culture)
  • Modérateur : Gilles Castagnac (IRMA)
LE SITE DES BIS

Calendrier 2018 des aides du CNV

mer, 01/03/2018 - 12:26

Le Centre national de la chanson, des variétés et du jazz (CNV) publie son calendrier des commissions de soutien aux entrepreneurs de spectacles pour l'année 2018.

Les commissions du CNV sont dotées de programmes d'aides visant à soutenir les différents aspects de la production et de la diffusion d'un spectacle.
Alimentées par la taxe sur les spectacles de variétés et de musiques actuelles, ces aides sont de deux types :

  • le droit de tirage permet au redevable, sous réserve d'être affilié au CNV, de récupérer 65% des sommes qu'il a versé au titre de la taxe fiscale
  • et les aides sélectives constituées des 35% restants, mutualisés et répartis entre les différentes commissions d'aides.

Le droit de tirage étant automatique (voir les nouvelles conditions d'attribution de ce droit à partir du 1er janvier 2018), seules les aides sélectives font l'objet d'une décision par l'une des 10 commissions du CNV, et donc d'une date limite de dépôt des dossiers.

LE CALENDRIER 2018 DES AIDES DU CNV

Attention, les formulaires de demande d'aide pour les commissions Production (4/5) et Festival (2) ont fait l'objet de modifications en fin d'année 2017.

Retrouvez toutes les aides à la filière musicale sur l'agenda pro. en ligne de l'IRMA

L'Europe abonde aux dispositifs de l'IFCIC

mer, 01/03/2018 - 10:27

Grâce au soutien de la Banque européenne d'investissement et du Fonds européen d'investissement, l'Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles (IFCIC) renforce son offre de garanties et de prêts à destination des entreprises culturelles et créatives.

L'IFCIC est un organisme qui facilite l'accès au financement bancaire des petites et moyennes entreprises du secteur culturel. Concernant la musique, l'IFCIC offre deux solutions de financement aux entrepreneurs du secteur de la musique enregistrée (producteurs, éditeurs, distributeurs, éditeurs de services de musique en ligne, détaillants) : la garantie bancaire et le prêt.
En savoir plus sur les aides de l'IFCIC pour la musique

Dans le cadre du dispositif Europe Creative, ces programmes de soutien vont dorénavant être largement renforcés suite à la signature d'accords entre l'opérateur et le Groupe BEI - composé de la Banque européenne d'investissement et du Fonds européen d'investissement - accordant 130 M€ de crédits supplémentaires durant les 2 prochaines années.

L'IFCIC va ainsi mettre en place une offre de prêts et de prêts participatifs "plus ambitieuse, simplifiée et étendue à toutes les entreprises" relevant des industries culturelles (musique, spectacle vivant, librairies, mode, presse, galeries d'art, jeu vidéo, cinéma, édition littéraire, design, image animée).
Ce soutien va également permettre à l'IFCIC d'étendre son action de garantie envers le secteur audiovisuel.

PLUS D'INFOS

Pages