S'abonner à flux flux actualité professionelles IRMA
Mis à jour : il y a 2 heures 48 sec

Calendrier 2018 des aides du Bureau Export

mar, 01/02/2018 - 16:11

Le Bureau export de la musique française annonce des modifications dans les règlements des dispositifs d'aide à l'export et publie son calendrier des commissions pour l'année 2018.

Plusieurs programmes de soutien financier ouverts aux musiques actuelles sont à la disposition des professionnels adhérents du Bureau Export :

Le programme d'aide EXPORT 1/ Musiques Actuelles soutient une ou plusieurs actions ponctuelles liées au développement d'un projet à l'international

Le Programme Export 1 Musiques Actuelles sera doté en 2018 d'un budget total de 600 000 €.
Le règlement de ce programme a évolué suite aux propositions des membres de commissions et après validation du Conseil d'Administration du Bureau Export. Le montant de l'aide maximum passe de 5 000 € à 10 000 €.

Calendrier des commissions du programme Export 1 2018 :
Date limite de remise des dossiers / Date des commissions vendredi 19 janvier / jeudi15 février
vendredi 12 avril / jeudi 17 mai
lundi 07 juin / jeudi 05 juillet
mardi 04 septembre / jeudi 04 octobre
jeudi 15 novembre / lundi 17 décembre ● Le programme d'aide EXPORT 2 soutient une stratégie export complète développée autour d'un artiste confirmé à l'international, sur un ou plusieurs territoires, et plusieurs années

Le Programme Export 2 sera doté en 2018 d'un budget total de 600 000 €.
Le règlement de ce programme a évolué suite aux propositions des membres de commissions et après validation du Conseil d'Administration du Bureau Export. Le programme Export 2 octroie désormais des bourses à 25 000 et 50 000€.

Calendrier des commissions du programme Export 2 2018 :
Date limite de remise des dossiers / Date des commissions mardi 21 février / mercredi 28 mars
mercredi 10 octobre / mercredi 14 novembre ● Le programme d'aide EXPORT / Jazz fait l'objet de programmes de soutien financier dédiés au jazz

Le Programme Export – Jazz sera doté en 2018 d'un budget total de 100 000 €.

Calendrier des commissions du programme Export – Jazz 2018 :
Date limite de remise des dossiers / Date des commissions mardi 3 avril / jeudi 3 mai
lundi 19 novembre / mardi 18 décembre Plus d'infos sur le site du Bureau Export
Retrouvez toutes les aides à la filière musicale sur l'agenda pro. en ligne de l'IRMA

Semaine du 2 au 7 janvier

mar, 01/02/2018 - 12:30

Chaque semaine, retrouvez les principaux rendez-vous professionnels, aides et appels à candidatures de la musique : rencontres, ateliers, forums, AG, salons, concours, tremplins, etc.



2 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien au showcase
FCM - Commission du 16.1



2 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien au développement éditorial
FCM - Commission du 2.2



3 JANVIER

DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT (date limite de candidature)
Accompagnement artistique de projets musicaux
Maad93



3 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien à l'activité des salles de musiques actuelles à Paris
CNV - Commission du 31.1



3 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien à l'équipement des salles de spectacles
CNV - Commission du 31.1



3 JANVIER

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien aux festivals
FCM - Commission du 5.2



4 JANVIER

CONCOURS (date limite de candidature)
Crest Jazz Vocal




7 JANVIER

CONCOURS (date limite de candidature)
Prix du disque autoproduit - Nuitées vagabondes





RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET (tremplin, dispositif d'aide, etc.)
ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Veille d'actualités - Semaine 51

ven, 12/22/2017 - 12:44

Cette semaine : accords Youtube/Universal et Facebook/Universal, Deezer lance SongCatcher, Qwant Music, mutation du live, une SMAC à Paris, pas de Babel Med Music 2018, réouverture de La Vapeur à Dijon, etc.

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

Facebook signe un accord de licence avec Universal Music Group

Les détails ont beau être secrets, l'accord est d'importance. L'accord pluriannuel prévoit que les utilisateurs de Facebook pourront désormais utiliser les titres du catalogue Universal dans leurs vidéos et les partager librement.



YouTube s'entend avec Universal avant lancement d'une offre de musique en ligne

La plateforme de vidéo YouTube, filiale de Google, aurait conclu des contrats avec trois des plus grands labels de musique mondiaux pour proposer une nouvelle offre de musique en streaming.




Deezer lance son propre Shazam avec Deezer SongCatcher

Deezer lance sa propre fonctionnalité de reconnaissance musicale « SongCatcher » en bêta et sur Android dans un premier temps. Les utilisateurs de Deezer Premium+ pourront identifier des titres simplement au sein même de l'application mobile.



Qwant Music : la révolution de la musique en streaming se prépare

Jusqu'à présent Qwant était un moteur de recherche, mais son fondateur Éric Leandri n'en est pas resté là. Sa nouvelle filiale Qwant Music devrait voir le jour début 2018. Son principe : tout l'univers d'un artiste rassemblé sur une seule page !



Le concert, nerf de la guerre musicale

Le lancement cet été du festival Lollapalooza par le géant américain Live Nation n'a pas abattu ses rivaux parisiens. Mais l'événement témoigne d'une mutation dans le secteur du live en France, où de gros acteurs comme AEG, Fimalac ou Matthieu Pigasse concurrencent désormais les indépendants.



France Musique lance la plus grande salle de concert virtuelle au monde

Vendredi 22 décembre, France Musique entame un nouveau chapitre de sa longue histoire en lançant son espace « Concerts ». Une immense salle de concert virtuelle, en direct ou en replay, proposant plus de 1 600 œuvres vidéo ou audio.



BCUBE, première SMAC à Paris

Les trois salles de concerts parisiennes FGO-Barbara, Petit Bain et Les Trois Baudets s'associent autour d'une seule bannière : BCUBE, la première labellisation Scène de musiques actuelles à Paris.




Babel Med Music 2018 n'aura pas lieu

Suite à la réduction de 79% de la subvention versée par la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, l'association Latinissimo "est dans l'impossibilité d'organiser le 14ème Babel Med Music - Forum des musiques du monde - qui devait se tenir du 15 au 17 mars 2018 au Dock des Suds à Marseille".



Londres : un principe d'"Agent of change" dans le "London plan"

Le maire de Londres demande aux promoteurs immobiliers de concevoir toute nouvelle propriété résidentielle de manière à minimiser les problèmes futurs de nuisances sonores dues aux clubs et salles de concerts



En bref : Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

BCUBE, première SMAC à Paris

jeu, 12/21/2017 - 17:15

Les trois salles de concerts parisiennes FGO-Barbara, Petit Bain et Les Trois Baudets s'associent autour d'une seule bannière : BCUBE, la première labellisation Scène de musiques actuelles à Paris.

"Sur un territoire exceptionnel à plus d'un titre, en termes de concentration d'acteurs et d'évènements, BCUBE est l'opportunité de développer un projet ambitieux. Articulé autour des valeurs de partage, d'échange, d'égalité, de solidarité et de diversité, il s'opérera via la mise en commun d'espaces et d'expertises complémentaires, et grâce à des partenariats tissés avec des acteurs des champs de la culture et du social."

Communiqué BCUBE

Alors qu'il n'existe pas de SMAC sur la capitale, BCUBE instaure un projet de SMAC de territoire qui va se concentre autour de 3 axes : mutualisation, création et accompagnement.

La phase de préfiguration du projet a été lancée en septembre et se poursuivra jusqu'en décembre 2018.
Dans le cadre de la phase de préfiguration, BCUBE se voit doté d'un budget de 75 000 € par an, fléché sur deux projets :

  • une résidence de création mutualisée (appel à candidature en janvier)
  • et le projet “Welcome” qui donnera lieu à des actions prenant différentes formes en soutien aux populations migrantes.

Babel Med Music 2018 n'aura pas lieu

jeu, 12/21/2017 - 13:09

Suite à la réduction de 79% de la subvention versée par la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, l'association Latinissimo "est dans l'impossibilité d'organiser le 14ème Babel Med Music - Forum des musiques du monde - qui devait se tenir du 15 au 17 mars 2018 au Dock des Suds à Marseille".

Le 15 décembre, le conseil régional PACA a décidé de réduire fortement sa dotation allouée à l'organisation de Babel Med Music, festival et salon dédiés aux musiques du monde qui a réuni 180.000 spectateurs et 26.000 professionnels de la filière musicale au fil de 13 éditions.

Communiqué Latinissimo : "En informant l'équipe organisatrice seulement une semaine avant le vote en assemblée plénière de la modification de l'engagement de la Région sur Babel Med Music, cette décision condamne l'événement alors que l'association et ses partenaires avaient déjà bien entamé la préparation de cette 14ème édition."
Lire le communiqué

Zone Franche, réseau des musiques du monde regroupant 200 professionnels de toute la filière, entend contester cette "décision inique et brutale" et défendre "un marché professionnel reconnu dans le monde entier, maillon essentiel pour toute l'activité de la filière réunissant labels, festivals, producteurs, artistes, programmateurs". Il a ainsi lancé une pétition de soutien en ligne.
Lire la pétition

L'association Latinissimo en profite pour rappeler quelques chiffres relatif à Babel Med Music :

  • FORUM : 2 000 professionnels, 150 stands, 20 conférences, 5 prix décernés, 7 show-cases régionaux, 2 matinées pour 600 lycéens, 7 spectacles Jeune Public à Babel Minots, 14 documentaires pour les Écrans de Babel
  • CONCERTS : 15 000 spectateurs pour 30 concerts en 3 nuits, 150 musiciens des 5 continents 27 heures de musique
  • ORGANISATION : 204 salariés

Calendrier 2018 des aides du FCM

mer, 12/20/2017 - 12:32

Le Fonds pour la création musicale (FCM) a publié son calendrier des commissions pour l'année 2018.

Ce calendrier reprend l'agenda des dates limites de demande d'aide et des commissions correspondantes.

L'ensemble des commissions d'aide du FCM :

  • Disque "variétés"
  • Disque "musiques"
  • Autoproduction
  • Pré-prod. scénique "variétés"
  • Spectacle "musiques"
  • Showcase
  • Musique en images
  • Festivals
  • Formation
  • Fonds d'édition contemporaine
  • Développement éditorial

À noter que le dernier Conseil d'Administration du FCM a procédé à des changements de critères sur ces programmes :

  • Musique en images
  • Disque « Musiques »
  • Showcase
  • Développement éditorial
  • Ecole / insertion professionnelle scénique

Le site du FCM
Le calendrier 2018 des aides et commissions

Retrouvez l'ensemble des aides à la filière musicale sur l'agenda pro. en ligne de l'IRMA.

Semaine du 18 au 24 décembre

lun, 12/18/2017 - 12:23

Chaque semaine, retrouvez les principaux rendez-vous professionnels, aides et appels à candidatures de la musique : rencontres, ateliers, forums, AG, salons, concours, tremplins, etc.



18 DÉCEMBRE

RENCONTRE
Lancement d'Open Lab Pass Culture
Paris



18 DÉCEMBRE

CONFÉRENCE
La musique arabo-andalouse
Aubagne



18 DÉCEMBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien au disque Variétés
FCM - Commission du 16.1



18 DÉCEMBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien à la pré-production scénique Variétés
FCM - Commission du 16.1



18 DÉCEMBRE

RENCONTRE
Journée professionnelle Jeune public
Pessac (33)



19 DÉCEMBRE

SPEEDMEETING
Les RDV Conseil de La Nacre
Lyon




19 DÉCEMBRE

CONFÉRENCE
MusicVideoArt : de John Cage à la techno
Lille




19 DÉCEMBRE

MASTER-CLASS
Parcours Croisés avec Rodolphe Burger et Bertrand Belin
Paris



20 DÉCEMBRE

RENCONTRE
Se faire connaitre du public et des professionnels
Sannois (95)




21 DÉCEMBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien aux festivals
CNV - Commission du 25.1



21 DÉCEMBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien aux résidences
CNV - Commission du 1.2



22 DÉCEMBRE

BOURSE (date limite de candidature)
Fonds Régional pour les Talents Émergents (FoRTE) – Bourse aux jeunes talents




22 DÉCEMBRE

TREMPLIN (date limite de candidature)
Tremplin Rock'n Solex




RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET (tremplin, dispositif d'aide, etc.)
ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Veille d'actualités - Semaine 50

ven, 12/15/2017 - 12:29

Cette semaine : accords Apple-Shazam et Spotify-Tencent, Youtube annonce Remix, Deezer lance SoundCatcher, rap & circuits courts, alerte sur le décret "Bruit", mécontentement autour du Fonpeps, vinyle & délais de fabrication, partitions numériques, etc.

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

Apple-Shazam, Spotify-Tencent : alliances et rachats se multiplient dans le streaming musical

Lundi, Apple a annoncé l'acquisition de Shazam. Quatre jours plus tôt, le suédois Spotify rendait public un accord de participations croisées avec le chinois Tencent. De son côté, YouTube, qui dispose déjà d'une offre payante, YouTube Red, se prépare à lancer en mars un nouveau service d'abonnement…



Sous la pression des maisons de disques, YouTube va lancer un service payant en 2018

Baptisé Remix, ce service payant proposera un catalogue de musiques en streaming ainsi que des clips vidéo à la demande. Pour alimenter son nouveau service, YouTube a d'ores et déjà signé un accord avec une major et serait en pourparlers avec les deux autres.



Le rap ou la rue de la fortune [Abonné]

Fini les morceaux choisis par les labels et poussés en radio ! Connectés à leurs idoles, les fans décident désormais des tubes. Surveiller ses likes comme le lait sur le feu, calculer avec précision le lancement de ses singles et s'adapter aux demandes du public : voilà comment fonctionne le rap aujourd'hui.



Décret "Bruit" : Agi-Son alerte les décideurs publics sur les points de blocages

Lors des Transmusicales de Rennes, l'association Agi-Son s'est alarmée de constater que le décret Risques sonores "ne tient aucunement compte de la musique live" et demande la mise en place rapide d'une concertation avec les ministères concernés.



CNV : un droit de tirage plus souple

À partir du 1er janvier 2018, le fonctionnement du droit de tirage des entrepreneurs de spectacles affiliés au CNV sera assoupli et son caractère automatique renforcé.




Les artistes-musiciens haussent le ton sur le Fonpeps [Abonné]

Le débat sur le fonds pour l'emploi pérenne dans le spectacle est amené à prendre de l'ampleur. Un peu plus d'un an après son annonce, les effets vertueux du dispositif sont d'ores-et-déjà remis en cause par certains acteurs.



Françoise Nyssen et Jean-Michel Blanquer détaillent leur action commune pour la musique

Chorale à l'école, enseignement musical, la ministre de la Culture Françoise Nyssen et le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer détaillent leur action interministérielle.




Crédit d'impôt phonographique : une prorogation en question

La ministre de la Culture a annoncé la prorogation du crédit d'impôt phonographique mais, à l'occasion de l'examen du projet de loi de finances rectificative à l'Assemblée nationale, les députés ne l'ont étendu que pour une seule année au lieu des trois attendues. Les producteurs réclament le respect des engagements initiaux.



Délais de fabrication de vinyle : pas moins de 3 mois pour les labels indépendants

Un goulot d'étranglement de la production de disques vinyle frappe durement les labels indépendants dans le monde. "Le délai est passé de trois semaines à trois mois", a déclaré le patron de Jazzman Records.



En bref : Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Crédit d'impôt phonographique : une prorogation en question

ven, 12/15/2017 - 10:57

La ministre de la Culture a annoncé la prorogation du crédit d'impôt en faveur du secteur phonographique mais, à l'occasion de l'examen du projet de loi de finances rectificative à l'Assemblée nationale, les députés ne l'ont étendu que pour une seule année au lieu des trois attendues. Les producteurs réclament le respect des engagements initiaux.

Ce crédit correspond à une réduction d'impôt en faveur des labels et maisons de disques qui est égale à 30 % du montant total des dépenses de production, de développement et de numérisation d'un enregistrement de "nouveau talent ».
Plus d'infos sur le fonctionnement du crédit d'impôt phonographique

La prorogation du dispositif - qui cours actuellement jusqu'au 31 décembre 2018 - était initialement programmée pour une durée de trois ans, jusqu'au 31 décembre 2021, "afin de donner au secteur concerné une visibilité sur la fiscalité qui lui serait applicable" précise le Projet de loi de finances rectificative pour 2017.
Cependant, le 15 décembre, le texte a été amendé par la député Amélie de Montchalin "pour limiter la prorogation anticipée à une durée d'un an, jusqu'au 31 décembre 2019, au motif qu'une évaluation préalable du dispositif était nécessaire avant une nouvelle prorogation de trois ans".
Plus d'infos sur le Projet de loi de finances rectificative pour 2017

Stupéfaits par cette décision contraire aux engagements pris par le gouvernement, les producteurs du SNEP et de l'UPFI défendent le dispositif "qui constitue la seule aide d'Etat dont bénéficie le secteur phonographique" par une évaluation chiffrée : "d'un coût modique de 10 M€ par an, il rapporte plus au budget de l'Etat qu'il ne pèse sur les finances publiques. Ainsi, sur une période récente (2015 et 2016), 1€ dépensé en crédit d'impôt génère près de 3€ de recettes pour l'Etat". Ils appellent ainsi de leurs vœux les sénateurs "à affirmer un soutien plein et entier à la production musicale française et aux nouveaux talents en votant la prorogation de ce dispositif pour trois années supplémentaires" lors de l'examen de passage au Sénat (lire le communiqué).
Les labels indépendants membres de la FÉLIN se sont également joints à cette démarche et souhaitent "que le critère discriminatoire de langue soit abandonné pour renforcer l'ensemble de la production musicale française".

Fonds d'encouragement aux initiatives artistiques et culturelles des amateurs

jeu, 12/14/2017 - 12:36

Le ministère de la Culture (DGCA) lance la 7e édition du dispositif de soutien aux pratiques artistiques en amateur. Il s'adresse en priorité aux projets ouverts aux autres champs artistiques et à l'expérimentation. Date limite de candidature : 1er mars 2018.

« Des centaines et des centaines de milliers de Français choisissent la musique, le chant, le théâtre, l'écriture, la danse, les arts plastiques, la photographie, la vidéo… pour s'exprimer ensemble librement et souvent publiquement. »

Ce fonds d'aide au développement et à l'accompagnement des pratiques artistiques et culturelles des amateurs s'inscrit dans "le grand projet d'éducation artistique et culturelle" porté par le gouvernement et le ministère de la Culture.

Les objectifs du dispositif
Ce fonds est destiné aux projets musicaux, dramatiques, chorégraphiques, plastiques ou visuels, et vise plus particulièrement à :

  • stimuler l'esprit de curiosité et de découverte qui peut s'attacher aux pratiques des amateurs, dans l'exploration de leur discipline ou dans l'ouverture vers d'autres champs artistiques (par exemple, une troupe de théâtre qui souhaiterait ajouter une dimension chorégraphique à son travail) ;
  • renforcer la capacité d'appropriation des écritures contemporaines (notamment à travers des commandes d'œuvres nouvelles ou en faisant appel à un artiste associé ou en résidence…) ;
  • favoriser l'expérimentation de nouveaux modes et outils de création numérique ;
  • encourager la volonté d'étoffer sa pratique grâce à des rencontres avec les œuvres et les artistes, des temps de formation, etc.

À qui s'adresse le fonds ?
il s'adresse à tous les groupes d'amateurs composés d'au moins trois personnes qui partagent une pratique artistique ou culturelle commune et qui sont désireux d'explorer, d'étoffer ou de diversifier cette pratique. Un volet spécifique "jeunesse" a été créé afin de favoriser la constitution de groupes de jeunes amateurs de 14 à 25 ans, désirant développer une pratique collective autonome.

Les projets, "destinés prioritairement à encourager la rencontre et le travail avec des artistes ou des professionnels de la culture", doivent être transmis aux Directions régionales des affaires culturelles (DRAC) avant le 1 mars 2018. Ils seront ensuite examinés par une commission nationale. Les projets retenus pourront ainsi bénéficier d'une aide comprise entre 1.000 € à 5.000 € selon la dimension du projet.

Attention, ne sont pas admis :
• les groupes composés pour tout ou partie d'artistes professionnels ou en voie de professionnalisation,
• les projets dont l'objectif unique est l'organisation d'un spectacle (festivals, tremplins, scènes ouvertes, etc.) sans un travail spécifique innovant du groupe au regard de sa pratique habituelle.

PLUS D'INFOS

CNV : un droit de tirage plus souple

mer, 12/13/2017 - 11:15

À partir du 1er janvier 2018, le fonctionnement du droit de tirage des entrepreneurs de spectacles affiliés au CNV sera assoupli et son caractère automatique renforcé.

Le droit de tirage est un droit réservé aux entreprises affiliées au CNV ayant acquitté la taxe sur les spectacles de variétés. Il permet d'obtenir le reversement de toute ou partie des sommes inscrites sur le compte entrepreneur de la structure. Ce compte est alimenté par 65% de la taxe acquittée (frais de perception déduits). La structure peut ensuite accéder à ces sommes sous réserve d'être affiliée et de prouver la continuité de son activité.

Le CNV a décidé de faciliter la demande de droit de tirage en apportant quatre modifications au dispositif, renforçant ainsi la nature automatique d'un droit acquis pour les entrepreneurs de spectacle :

  • La demande pourra être faite à tout moment dans l'année sans limite de nombre.
  • La demande devra être envoyée à l'adresse mail droitdetirage@cnv.fr
  • Les dossiers seront instruits par l'équipe administrative du CNV sans passage en commission ni au Conseil d'administration.
  • La notification d'octroi est signée par le président du CNV sur délégation du Conseil d'administration.

Des réunions d'information autour des dispositifs du CNV et de la modification du droit de tirage auront lieu prochainement à Montpellier le 13 décembre (Forum Entreprendre dans la culture), et à Nantes les 17 et 18 janvier (Les BIS).

PLUS D'INFOS

Décret "Bruit" : Agi-son relève les points de blocages

mar, 12/12/2017 - 15:58

Lors des Transmusicales de Rennes, l'association Agi-Son s'est alarmée de constater que le décret Risques sonores "ne tient aucunement compte de la musique live" et demande la mise en place rapide d'une concertation avec les ministères concernés.

Face à la nouvelle législation, plus stricte en matière de gestion des niveaux sonores pour tous les lieux diffusant de la musique (plus d'infos sur le décret), Agi-Son - Agir pour une bonne gestion sonore - a fait part "de la vive incompréhension des professionnels du spectacle, de la musique et des artistes" sur ce sujet à l'occasion du festival des Transmusicales.

Bien que l'association ait pris part aux concertations préalables à la publication du décret, elle constate que la version publiée ne tient pas compte des spécificités techniques des métiers du spectacle et de la musique, "ce qui rend certains aspects du décret totalement inapplicables".

« La mise en application du décret étant fixée au 1er octobre 2018, une prise en considération de notre alerte et une concertation avec les ministères devient urgente »

Fin novembre, après qu'Agi-Son ait entamé un tour de France pour aller à la rencontre des professionnels du spectacle vivant concernés par sa mise en application, les adhérents de l'association ont relevé les points de blocages dans un courrier adressé aux ministères de la Culture, de l'Environnement et de la Santé. Ils y demandent la tenue rapide d'une concertation sans laquelle "les problématiques techniques auront des conséquences sur l'expression artistique" et s'inquiètent de "l'impact financier démesuré qu'engendreront la mise au norme des équipements et du temps imparti pour mettre en place ces nouvelles normes dans un secteur où l'économie est déjà fragilisée par un contexte contraignant".

Les points de blocages relevés par Agi-Son :

• « Il faut définir une méthodes de mesures des niveaux sonores qui soit simple ; ce qui est demandé par le décret est beaucoup trop complexe au regard des spécificités de la musique live. Cela signifie déployer énormément de matériel de mesure ; seuls les lieux ou événements qui auront les moyens financiers pourront potentiellement se mettre aux normes. »

• « Il faut noter que les matériels de mesures et d'enregistrements qui pourront permettre l'application des normes demandées, n'existent pas à ce jour. Les sociétés qui vendent ce type de matériel n'en sont qu'à la conception ; ces matériels ne seront donc pas disponible pour le 1er octobre 2018. »

• « Lorsque le matériel sera conçu, il s'agira pour ces sociétés de former leur personnel pour son installation. »

• « Les professionnels du spectacle vivant vont devoir également se former à l'utilisation de ces nouveaux matériels. »

• « Les dispositions du nouveau décret sont arrivés trop tardivement ; les budgets 2018, et donc les investissements en matériel, ont déjà été voté sans prise en compte des nouvelles normes. »

• « Les cabinets d'acoustique ne pourront jamais absorber toutes les EINS à mettre à jour ou à faire d'ici au 1er octobre 2018. »

• « Pour les différentes raisons énoncées plus haut, il est indispensable que des délais supplémentaires soient accordés. »

Les propositions formulées :

  • Mesurer la valeur limite en dB(c)
  • Intégrer dans l'arrêté d'application une incertitude de mesure d'au minimum 2 à 3 dB
  • Prévoir des dispositions pour faciliter l'acquisition du matériel imposé et la formation des professionnels
  • Mise à disposition de protections auditives
PLUS D'INFOS

Diagnostic musiques actuelles en Pays de la Loire

lun, 12/11/2017 - 16:13

Le Pôle a réalisé un diagnostic de la filière musicale des Pays de la Loire qui servira de base au projet de convention territoriale mené avec le CNV à l'échelle régionale. À l'occasion des 10 ans du Pôle, les enjeux évoqués seront débattus le 14 décembre.

Ce diagnostic pose un ensemble de données régionales :

Le Pôle identifie plus de 1000 structures musiques actuelles en Pays de la Loire qui se répartissent comme suit : 180 festivals, 70 salles de concerts (dont 6 SMAC, 4 scènes nationales et 9 scènes conventionnées), plus de 100 organisateurs sans lieu fixe, 50 structures de production ou de développement d'artistes (labels, tourneurs, managers), 240 discothèques ou bars dansants, 29 radios associatives, 10 disquaires indépendants, 23 luthiers et fabricants d'instruments, plus de 150 prestataires liés au spectacle vivant, une dizaine de structures de formation, près de 110 lieux de répétition et d'enregistrement, et 280 écoles de musique ou conservatoires.

Selon les chiffres de la diffusion publiés par le CNV, la Région des Pays de la Loire enregistre 1.608.588 entrées en 2016 qui, rapporté au nombre d'habitants, représente un ratio de 430 entrées pour 1000 habitants. La recette totale des billetteries s'élevait à 48.177.232 €, soit 12,87 € par habitant.

Au niveau économique, les musiques actuelles pèsent en Pays de la Loire 217 M€ en valeur, répartis sur l'enseignement et la formation (12,3 M€), la scène et la diffusion (103 M€), les droits d'auteurs radio et télévision (25,5 M€), la vente de disques, DVD et numérique (43,3 M€) et la vente d'instruments (33,3 M€).

À partir de ce panorama chiffré, le Pôle dégage un certains nombre d'enjeux pour la filière régionale :

  • Adapter l'enseignement et l'accompagnement des pratiques amateurs
  • Proposer une offre de concerts diversifiée et accessible
  • Renforcer la prescription des scènes régionales
  • Faciliter l'insertion économique et professionnelle des artistes
  • Encourager l'économie de proximité
  • Poursuivre la structuration de l'emploi dans les musiques actuelles
  • Accompagner la diversification des ressources
  • Rendre possible une amélioration continue des pratiques au sein de la filière musicale
  • Prévenir et réduire les risques sanitaires et environnementaux

Ces éléments feront l'objet d'une présentation et d'un débat à l'occasion des 10 ans du Pôle qui auront lieu le 14 décembre à La Roche-sur-Yon.

Ce diagnostic a été validé le 27 novembre dernier par les membres du CA du Pôle dans la perspective d'un "contrat de filière" impliquant le CNV, l'Etat, le Conseil Régional des Pays de la Loire, et le Pôle.

PLUS D'INFOS

Semaine du 11 au 17 décembre

lun, 12/11/2017 - 12:17

Chaque semaine, retrouvez les principaux rendez-vous professionnels, aides et appels à candidatures de la musique : rencontres, ateliers, forums, AG, salons, concours, tremplins, etc.



11 DÉCEMBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien à la production et à la diffusion internationale
CNV - Commission 45 du 16/01



12 -13 DÉCEMBRE

RENCONTRE
Rencontres de de l'entrepreneuriat culturel et créatif
Besançon



12 DÉCEMBRE

WEBINAR
Audience CSP+ : ces accros de l'audio digital
Levallois-Perret (92)



12 DÉCEMBRE

RENCONTRE
Les Rencontres Indés
Paris



12 DÉCEMBRE

RESTITUTION
Étude Grands Formats sur les formations jazz et musiques improvisées
Paris



12 DÉCEMBRE

RENCONTRE
Rencontre professionnelle avec André Hisse (La Bouche d'air)
Paris




13 -14 DÉCEMBRE

FORUM
Entreprendre dans la culture en Occitanie
Montpellier




13 DÉCEMBRE

RENCONTRE
MAP'tinale
Paris



13 DÉCEMBRE

CONFÉRENCE
De la radio au club : la naissance du DJing
Paris




14 DÉCEMBRE

RENCONTRE
Rencontre Réseau Zone Franche
Paris



14 DÉCEMBRE

RENCONTRE
Auteur, compositeur, interprète : à quoi vous servent la Sacem, l'Adami et la Spedidam ?
Paris



14 DÉCEMBRE

RENCONTRE
10 ans du Pôle : imaginer l'avenir des musiques actuelles
La Roche-sur-Yon



15 DÉCEMBRE

TREMPLIN (date limite de candidature)
Tremplin Chevry-Cossigny




15 DÉCEMBRE

TREMPLIN (date limite de candidature)
Action jazz




15 DÉCEMBRE

APPEL À PROJETS (date limite de candidature)
Résidence jeune public de La Minoterie
Dijon



15 DÉCEMBRE

TREMPLIN (date limite de candidature)
Festival Beauregard




16 DÉCEMBRE

INAUGURATION
Réouverture du Confort Moderne
Poitiers



17 DÉCEMBRE

DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT (date limite de candidature)
MAD - Trempolino




RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET (tremplin, dispositif d'aide, etc.)
ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Veille d'actualités - Semaine 49

ven, 12/08/2017 - 12:29

Cette semaine : streaming et écoutes de niche, Apple va arrêter le téléchargement, 6 mesures du Fonpeps actives, rap des champs, DJ & livestream, etc.

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

« Les plateformes de streaming ne sont aujourd'hui pas capables de répondre aux écoutes de niche »

Le journaliste Sophian Fanen, spécialiste de la nouvelle économie de la musique pour Les Jours, nous présente son dernier ouvrage Boulevard du stream. Il y dresse son récit de deux décennies de musique en ligne et regrette que le marché actuel du streaming soit concentré autour "du grand public et des écoutes boulimiques des 15-25 ans".



Apple/iTunes mettra fin aux téléchargements de musique d'ici 2019

Face à la décroissance rapide du marché du download, Apple planifie de manière agressive une disparition progressive des téléchargements de musique sur l'iTunes Store, selon plusieurs sources liées à la plate-forme ou travaillant dans l'entreprise elle-même.



Le ministère de la Culture fait le point sur les aides à l'emploi du Fonpeps : 6 mesures sur 9 sont entrées en vigueur

"Derrière chacune de ces mesures, il y a un contrat de travail. Cela signifie que les aides, primes et subventions portées par ce fonds agissent très directement sur la création d'emplois" dans le spectacle vivant et enregistré.



Le rap des champs

Peu leur importe que le rap soit une musique dite urbaine. Ils vivent à la campagne et rêvent d'être le prochain Booba. Les MC de la diagonale du vide ont des choses à raconter.




DJ & live streaming

Le live streaming, diffusion en direct sur les réseaux sociaux du set d'un disc jockey, dont la prestation était auparavant réservée au public privilégié du club, bouleverse les pratiques d'écoute.



En bref : Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Du mp3 au streaming : « les 20 années passées peuvent se raconter de façon plus dépassionnée qu'auparavant »

mer, 12/06/2017 - 15:10

Le journaliste Sophian Fanen, spécialiste de la nouvelle économie de la musique pour Les Jours, nous présente son dernier ouvrage Boulevard du stream. Il y dresse son récit de deux décennies de musique en ligne et regrette que le marché actuel du streaming soit concentré autour « du grand public et des écoutes boulimiques des 15-25 ans ».

Qu'est-ce qui vous a donné envie d'écrire ce livre ?

Ce livre constitue un prolongement de mon travail de journaliste pour Les Jours où j'écris sur le streaming et sur la façon dont ce mode d'écoute change le monde de la musique. En discutant avec les acteurs du secteur musical, je me suis rendu compte que certains n'avaient pas forcément connaissance de cette histoire récente de la musique en ligne, et surtout je me suis aperçu que la parole se libérait sur le sujet. On assiste actuellement à un changement de génération et d'époque, la croissance du streaming s'installe et les maisons de disques respirent mieux, du moins les plus importantes, donc les 20 années passées peuvent se raconter de façon plus légère et dépassionnée qu'auparavant.

L'ouvrage s'appuie sur de nombreux entretiens et interviews. Qu'avez-vous constaté à travers la parole des acteurs ?

Je tenais à ce qu'on n'entende pas seulement les personnes les plus visibles, mais également ceux qui sont sur le terrain, qui ont les mains dans le cambouis, qui travaillent dans des labels, auprès des artistes, etc. Cela m'a permis de rendre la complexité de cette histoire, d'avoir une compréhension plus fine et intelligente et de ne pas écrire un livre qui soit tout noir ou tout blanc.

« Aujourd'hui, tout le monde s'enferme avec son abonnement sur sa petite plateforme »

Parmi les deux décennies que vous explorez, quelles sont les grandes périodes et les dates clés ?

La préhistoire commence à la fin des années 80 avec la naissance de la musique numérique compressée, et elle s'étend jusqu'en 1999 avec le surgissement de Napster. Des fichiers mp3 circulaient déjà, mais Napster transforme un procédé jusque-là underground en échanges massifs et grand public dès l'année 2000, et ensuite des logiciels comme Kaza, Emule et Limewire vont accentuer ce basculement vers le téléchargement.
De 1999 à 2002, ce sont des années intéressantes et charnières car le monde de la musique tangue. Il n'y a pas encore de rejet strict des échanges en ligne à ce moment-là. Parmi les maisons de disques et les instances, il y a des voix qui s'expriment pour tenter un rapprochement et des contacts existent entre Universal et Napster, ou avec BMG également. C'est un moment furtif où l'hésitation se fait sentir.

Et puis finalement, la vision la plus protectionniste l'emporte et tout se referme d'un coup, vers 2002. Les majors essayent alors de mettre la main sur la distribution en créant leur plateforme, ce qui ne fonctionnera pas très bien car ce n'est pas leur métier. Puis itunes arrive et impose son modèle économique, sauf que le téléchargement est un modèle bricolé qui n'a jamais vraiment décollé. Pendant ce temps-là, durant toutes les années 2000 et encore après, s'opposent l'incapacité du milieu de la musique à se mettre en ordre de bataille et à avoir vraiment envie d'y aller, et de l'autre une culture du partage qui naît et se développe sur Internet et qu'on est en train d'oublier. Aujourd'hui, tout le monde s'enferme avec son abonnement sur sa petite plateforme.

« Pour Deezer, ce contrat a été étouffant et a probablement empêché la plateforme de devenir ce qu'elle aurait pu être »

Comment s'est déroulée la rencontre entre les maisons de disques et les plateformes de streaming ?

Prenons la naissance de Deezer par exemple : il y avait d'un côté Radio Blog Club et de l'autre Blogmusik qui est devenu Deezer par la suite. Ils faisaient à peu près la même chose sauf que Radio Blog Club était décentralisé et moins structuré, donc les maisons de disques les ont directement attaqués en procès et les ont tués. Blogmusik avait lui les reins un peu plus solides financièrement, donc les majors et la Sacem ont accepté de négocier, mais avec des minimums garantis très lourds et handicapants pour le développement de l'entreprise. Pour Deezer, ce contrat a été étouffant et a probablement empêché la plateforme de devenir ce qu'elle aurait pu être. Entre-temps, elle s'est fait dépasser par Spotify qui a su mieux capitaliser et se développer à l'international.
Au final, le risque a été entièrement porté par les plateformes de streaming qui ont sauvé les maisons de disques du même coup.

Parmi vos recherches, quelle anecdote vous a le plus marqué ?

J'aime bien la réaction de Dominique A au milieu des années 2000. À l'époque, il y avait un fichier copy control qui était inséré dans les CD de manière à ce qu'ils ne puissent pas être copiés sur ordinateur. Sauf que ce fichier prenait de la place sur le disque, et comme Dominique A n'en voulait pas, il a rendu 74 mn de musique pour remplir entièrement le CD et ne pas laisser de place disponible. Du coup, il a été le seul artiste EMI de l'époque à ne pas avoir de copy control sur son disque !

« Les plateformes ne sont aujourd'hui pas capables de répondre aux écoutes de niche »

Selon vous, comment le droit d'auteur s'est-il adapté à la nouvelle donne ?

Il ne s'est pas adapté et c'est bien le problème. Le grand objectif des sociétés d'auteurs - et des maisons de disques si l'on élargit la question aux droits voisins - a été de déplacer les principes du monde physique dans le monde dématérialisé. Les droits d'auteur et droits voisins ne se sont pas transformés alors qu'ils auraient dû le faire pour respecter la place de l'auditeur, permettre aux œuvres de circuler de manière non marchande, laisser un droit de remix, créer un équilibre et une confiance, etc. Dans le monde physique, on pouvait partager les œuvres avec ses proches alors que dans le monde numérique, on ne peut pas le faire. Le cadre a même été durci puisqu'on a criminalisé le partage et enfermé la circulation de la musique derrière un protectionnisme néfaste et purement commercial.

La propriété intellectuelle telle que les ayants droit l'ont petit à petit fait écrire à partir des années 1970/1980 est une rupture à leur seul bénéfice alors que l'histoire du droit d'auteur tient sur un équilibre entre le droit du créateur qui doit être reconnu et protégé, et le droit de l'auditeur ou du téléspectateur qui peut faire circuler une œuvre. Durant une bonne partie du XXe siècle, il y avait un équilibre et un contrat moral. Là, il n'y a plus de contrat moral.

« Peut-être que le user centric se fera en France, dans la grande tradition de l'exception culturelle »

Quel avenir envisager pour le streaming dans les années à venir ?

Nous ne sommes qu'au début de tout cela. En terme d'usage, plusieurs questions se posent, notamment celle de la séparation entre les écoutes grand public et les écoutes de niche auxquelles les plateformes ne sont aujourd'hui pas capables de répondre. Pour la comparaison, les radios libres se sont partagées entre les réseaux commerciaux et les radios plus underground, offrant un paysage radiophonique qui permettait de contenter tout le monde. Aujourd'hui, le streaming ne contente pas tout le monde, les plateformes ne s'occupent que du plus grand public.
Des questions vont également se poser avec l'arrivée des assistants à commande vocale, également avec la fin de la voiture personnelle que l'on conduit… Quand on ne conduira plus sa voiture, on n'écoutera probablement plus de la musique de la même manière, voire on n'écoutera plus de musique du tout peut-être.

Il y a par ailleurs des problématiques liées à la rémunération des créateurs. Quand les majors ont écrit les contrats de Deezer et Spotify, elles ont imposé un système de comptabilité des revenus à l'avantage des artistes les plus écoutés. En faisant cela, elles ont fabriqué un monstre car elles ont tout donné aux plus gros et aux écoutes boulimiques des 15-25 ans. Résultat : aujourd'hui, la quasi-totalité des revenus du streaming va aux musiques urbaines, un peu aux musiques électroniques à la mode et à la pop internationale. À côté de cela, quand bien même des "petits" artistes sont écoutés, ils ne touchent quasiment rien.
Moralement, le sens de l'histoire est d'aller vers un décompte dit user centric (ndlr : la rémunération va réellement aux ayants droit de l'œuvre écoutée), mais je ne crois pas un seul instant que cela puisse se faire au niveau mondial à court terme. Je ne suis pas sûr que les majors et même Spotify soient prêts à adopter ce schéma. Peut-être que cela se fera en France, dans la grande tradition de l'exception culturelle, et je m'attends à ce que le débat naisse dans notre pays en 2018 avec, pourquoi pas, un projet de loi sur le user centric. En tout cas, je ne vois pas sur quel autre territoire que la France cela pourra se faire.

« En 2007, personne ne pouvait imaginer ce que deviendrait le streaming en 2017 »

Vous expliquez dans votre livre que la vision du futur de la musique établit à la fin des années 80 et dans les 90 s'est révélée totalement fausse. Du coup, aujourd'hui, est-ce qu'on ne fait pas fausse route en misant tout sur le streaming ? L'avenir ne va-t-il pas venir contredire ce « boulevard » annoncé pour le streaming ?

Si, il va sûrement nous contredire. Disons que, dans ce livre, je m'appuie sur des technologies qui sont déjà enclenchées. Les assistants personnels, la voiture autonome, sans trop s'avancer, on peut dire qu'on y va.
Mais comment fonctionnera la musique dans 15 ans, je ne peux l'imaginer. En 2007, personne ne pouvait imaginer ce que deviendrait le streaming en 2017. Il ne faut jamais essayer d'anticiper le futur, mais plutôt s'adresser au présent. Il s'agit d'une des leçons du livre justement : globalement, le monde de la musique ne s'est pas assez intéressé à son présent. Les personnes qui ont inventé le mp3 n'étaient pas des hackers dans un garage mais pour partie des chercheurs à France Telecom. Ils sont allés voir les maisons de disques et le Sacem, mais personne ne s'y est intéressé. Les majors sont sur du court terme, pourtant elles pourraient créer des structures de veille et de compréhension des usages.

Comment l'ouvrage est-il accueilli ?

Ce n'est pas un livre écrit pour plaire à tout le monde, je l'assume.
Chez Deezer ou Believe, ils ont trouvé que j'expliquais avec rigueur et précisions leur histoire. Il y a également les jeunes professionnels de la musique de moins de 30 ans qui n'ont pas forcément vécu ce que je raconte. Eux sont contents de découvrir ce qui a construit leur métier. À part ça, je n'ai pas eu d'écho venant des maisons de disques et personne ne m'a encore appelé pour m'insulter.
J'espère surtout que l'ouvrage va s'installer sur la durée et donnera envie à de jeunes journalistes d'écrire sur les industries culturelles. C'est important de savoir qui nous propose ce qu'on écoute, d'avoir du recul en tant qu'auditeur, consommateur et citoyen, de savoir ce qui se joue derrière l'écran.

Propos recueillis par Mathias Milliard Boulevard du stream - Du mp3 à Deezer, la musique libérée, Sophian Fanen
Préface de Pedro Winter
Le Castor astral
ISBN 979-10-278-0133-6

Concours, tremplins, appels à candidatures…

mar, 12/05/2017 - 16:04

Musiciens et artistes, préparez les prochains concours, tremplins et appels à projets pour développer votre carrière.

Tremplin Golden Jazz en Nord
Date limite de dépôt : 10 décembre 2017
Ouvert aux artistes/groupes de jazz émergents de la région Hauts-de-France et de Belgique dans la limite du quintet et/ou sextet.





John's Session - Festival Beauregard
Date limite de dépôt : 15 décembre 2017
Ouvert aux artistes/groupes en voie de professionnalisation de Normandie.





Résidence à La Minoterie - Dijon
Date limite de dépôt : 15 décembre 2017
Ouverte aux compagnies proposant un spectacle jeune public.





Tremplin de musiques actuelles - La Marmite
Date limite de dépôt : 15 décembre 2017
Ouvert aux artistes débutants et/ou émergents de l'Essonne, du Val-de-Marne et de la Seine-et-Marne.





Tremplin Action jazz
Date limite de dépôt : 15 décembre 2017
Ouvert aux groupes de jazz et de musique improvisée de la région Nouvelle-Aquitaine, du solo au septet maximum n'ayant jamais été distribués par un label commercial.





Dispositif Mad
Date limite de dépôt : 17 décembre 2017
Ouvert aux groupes dont la majorité des membres résident en Loire-Atlantique et qui souhaitent être accompagnés par des professionnels dans le but de développer leur projet musical.





Forte, Fonds régional pour les talents émergents
Date limite de dépôt : 22 décembre 2017
Ouvert aux artistes de 18 à 30 ans, résidant en Ile-de-France et en voie de professionnalisation, diplômés d'une école d'art ou de culture, ou ayant suivi une formation qualifiante dans le secteur culturel.





Tremplin Rock'n Solex
Date limite de dépôt : 22 décembre 2017
Ouvert aux artistes, groupes ou DJ amateur ou émergents.





Level Up
Date limite de dépôt : 31 décembre 2017
Ouvert aux artistes débutants et/ou émergents de Seine-et-Marne.





Rock en Stock
Date limite de dépôt : 31 décembre 2017
Ouvert aux artistes et/ou groupes débutants et/ou émergents.





Challenge blues français
Date limite de dépôt : 31 décembre 2017
Ouvert aux artistes français de blues soit en solo/duo soit en groupe.





Concours Crest Jazz Vocal
Date limite de dépôt : 4 janvier 2018
Ouvert aux chanteuses et chanteurs s'exprimant dans le champ du jazz vocal et de ses nouvelles expressions, telles que les musiques improvisées.





Seine montante
Date limite de dépôt : 8 janvier 2018
Ouvert aux groupes et musiciens seuls, amateurs ou semi-professionnels de l'Essonne ou de Seine-et-Marne.





L'Oiseau rare
Date limite de dépôt : 8 janvier 2018
Ouvert aux artistes de la région Grand Est dont les compositions sont en français.





Tremplin Décibulles
Date limite de dépôt : 11 janvier 2018
Ouvert aux artistes émergents d'au moins trois ans d'existence du territoire alsacien.





Musiques de R.U
Date limite de dépôt : 15 janvier 2018
Ouvert aux groupes de tous styles musicaux composés d'une moitié d'étudiants au minimum.





Tremplin 7ème Vague
Date limite de dépôt : 18 janvier 2018
Ouvert aux groupes des Pays de la Loire, Bretagne et Poitou-Charentes.





Pépinière d'artistes Nomad Kultur
Date limite de dépôt : 18 janvier 2018
Ouvert aux groupes/artistes en voie de professionnalisation résidant dans la région Paca.





The French Nordic Tour, Spring 2018
Date limite de dépôt : 24 janvier 2018
Ouvert à un DJ/artiste solo/groupe professionnel en musique électronique projetant une tournée en Scandinavie.





Class'Eurock
Date limite de dépôt : 5 février 2018
Ouvert aux groupes de la Région Paca (musiciens de moins de 23 ans).





Bucharest International Jazz Competition
Date limite de dépôt : 10 février 2018
Ouvert aux groupes de jazz de 6 membres maximum (musiciens, vocalistes de moins de 40 ans au 1er mai 2018).





Tremplin Jazz à Sète
Date limite de dépôt : 20 février 2018
Ouvert aux groupes de jazz émergents non distribués commercialement composés de 5 membres maximum.





Jeunes talents Jazz à Saint-Germain-des-Prés
Date limite de dépôt : 28 février 2018
Ouvert aux musiciens et compositeurs de jazz de moins de trente ans.





Tremplin Face & Si
Date limite de dépôt : 1er mars 2018
Ouvert aux groupes, artistes de jazz, blues, rock, classique, traditionnel, musiques du monde, chanson.





Auditions régionales JMF
Date limite de dépôt : variable selon les régions
Ouvert aux artistes professionnels proposant un spectacle jeune public et résidant dans la région organisatrice.





RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Calendrier 2018 du crédit d'impôt phonographique

mar, 12/05/2017 - 11:07

Reconduit en 2018, le crédit d'impôt en faveur de la production phonographique fera l'objet de six réunions du comité d'expert de janvier à novembre. Le calendrier prévisionnel des dates limites de dépôt des dossiers a été communiqué par la DGMIC.

Ce crédit correspond à un mécanisme fiscal de réduction d'impôt en faveur des labels et des maisons de disques. Il peut être égal à 30 % du montant total des dépenses de production, de développement et de numérisation d'un enregistrement.
En savoir plus sur le crédit d'impôt phonographique

La DGMIC (Ministère de la Culture) attire l'attention des demandeurs sur les points suivants :

  • le respect de ce calendrier : Le secrétariat du crédit d'impôt pourra être amené à reporter toute demande d'agrément déposée après la date limite indiquée au comité d'experts suivant.
  • demandes d'agréments provisoires : les dépenses antérieures à l'obtention de l'agrément provisoire (après avis des experts), ne sont pas éligibles au crédit d'impôt.
  • demandes d'agréments définitifs : les enregistrements agréés provisoirement n'ayant pas reçu l'agrément définitif dans un délai de 24 mois après la fixation ou production de l'enregistrement, conformément au quatrième alinéa de l'article 220 Q du code général des impôts, font l'objet d'un reversement du crédit d'impôt éventuellement obtenu.
Calendrier prévisionnel des dates limites de dépôt des dossiers de demandes d'agréments provisoires et définitifs dans le cadre des comités d'experts
  • lundi 8 janvier 2018
  • jeudi 8 mars 2018
  • jeudi 17 mai 2018
  • jeudi 28 juin 2018
  • jeudi 6 septembre 2018
  • jeudi 8 novembre 2018

Le comité d'experts est généralement prévu la semaine suivant la date de dépôt, à l'exception du comité de novembre qui a lieu deux semaines plus tard.
Plus d'information sur le site de la DGMIC / Ministère de la Culture

RETROUVER TOUTES LES AIDES À LA FILIÈRE SUR L'AGENDA PRO. EN LIGNE

Semaine du 4 au 10 décembre

lun, 12/04/2017 - 12:19

Chaque semaine, retrouvez les principaux rendez-vous professionnels, aides et appels à candidatures de la musique : rencontres, ateliers, forums, AG, salons, concours, tremplins, etc.



4 DÉCEMBRE

DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT (date d'ouverture des candidatures)
Jazz migration




4 DÉCEMBRE

CONFÉRENCE
Histoire des radios pirates
Nantes



4 DÉCEMBRE

TREMPLIN (date limite de candidature)
Lab festival




4 DÉCEMBRE

APPEL À PROJETS (date limite de candidature)
Rencontres DAV 2018




5 DÉCEMBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Soutien aux premières parties
CNV - Commission 45 du 12.12



5 DÉCEMBRE

RENCONTRE
Organiser des spectacles avec des amateurs
Limoges




6 DÉCEMBRE

AIDE (date limite de dépôt)
Fonds d'Aide à la Mobilité FRAM





6 - 7 DÉCEMBRE

RENCONTRE
Rencontre nationale du Collectif MERCI
Cenon (33)



6 - 10 DÉCEMBRE

CONFÉRENCE
Les rencontres pro des Transmusicales
Rennes




7 DÉCEMBRE

CONFÉRENCE
Le rap américain : In the Name of the Street
Paris



7 DÉCEMBRE

CONFÉRENCE
Photographie de la diffusion du rap et des musiques hip-hop en France en 2017
Paris



8 DÉCEMBRE

RENCONTRE
Petit déjeuner des éditeurs
Paris



8 DÉCEMBRE

RENCONTRE
Agi-Son en Région Bretagne
Rennes



9 DÉCEMBRE

RENCONTRE
Meet-up Musiknum # 7 : zoom réalité virtuelle & musique
Paris



9 DÉCEMBRE

SALON
Music Up !
Paris



RETROUVEZ L'AGENDA COMPLET (tremplin, dispositif d'aide, etc.)
ET ACTUALISÉ EN CONTINU

Veille d'actualités - Semaine 48

ven, 12/01/2017 - 14:36

Cette semaine : les annonces du ministère de la Culture (clips, export, crédit d'impôt, plan Chorale…), maison commune de la musique, compensation CSG pour les auteurs, le CA des paroles, Because Music, hip hop, VisaForMusic, etc.

Chaque semaine, l'IRMA vous propose une sélection d'informations sur le secteur musical. Cette sélection est issue de la veille d'actualités relayée sur nos réseaux sociaux :

Musique : les annonces du ministère de la Culture

À l'occasion de la présentation du rapport Maistre et en attendant les décisions du ministère de la Culture relatives à la maison commune de la musique, Françoise Nyssen a annoncé une série de mesures : doublement de la subvention au Bureau Export, mise en place d'un plan d'aide aux clips, lancement d'un "plan Chorale", prorogation du crédit d'impôt phonographique…



Maison commune de la musique : un objectif de 60 millions d'euros de budget

La ministre de la Culture Françoise Nyssen s'est déclarée lundi après-midi "totalement en harmonie" avec les préconisations du rapport de Roch-Olivier Maistre en vue de la création d'une "Maison commune de la musique". L'objectif du gouvernement est donc désormais "d'annoncer en janvier" la création d'un nouvel établissement public.



Artistes auteurs : une solution définitivement trouvée pour compenser la hausse de la CSG en 2018

Le Gouvernement a choisi par voie réglementaire un mécanisme de compensation qui sera mis en œuvre par les organismes agréés gérant le régime de sécurité sociale des artistes auteurs (Agessa et Maison des Artistes) et qui sera financé sur le budget du Ministère de la Culture en 2018.



Delphine Paul, Sony/ATV : « le chiffre d'affaire généré par Boem continue d'augmenter »

Delphine Paul de Sony/ATV préside la commission Graphique et Numérique de la CSDEM, en charge notamment des paroles de musiques. Elle nous explique les développements récents en matière de paroles en ligne, ainsi que les avancées des éditeurs grâce à la base de données « BOEM ».



En bref : Voir la rubrique
ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

Pages